Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Catégories sociales

Les inégalités sociales sont fortes dès le primaire et le collège

Données 10 janvier 2019

58 % des élèves des sections pour jeunes en difficulté au collège sont issus de catégories sociales défavorisées, 2 % sont enfants de cadres supérieurs. Selon le milieu social, la réussite des élèves au collège est très inégale.

Éducation Catégories sociales Origine sociale Difficultés scolaires Éducation

Les inégalités de niveau scolaire liées au milieu social existent dès les petites classes. Au CE2, le quart des élèves les moins favorisés – selon un indice de position sociale [1] élaboré par le ministère de l’Éducation nationale – obtient une note de 58 sur 100 en maîtrise du français et de 57 en mathématiques, contre 87 et 85 pour le quart issu du milieu social le plus favorisé (données 2017).

Le redoublement, même s’il est de moins en moins utilisé, traduit les difficultés de certains élèves à suivre le rythme normal de la scolarité. Il concerne principalement les enfants issus des catégories modestes. À l’entrée en sixième, un enfant d’ouvriers sur dix a déjà au moins un an de retard, contre moins de 2 % des enfants de cadres supérieurs et 4 % des enfants de professions intermédiaires (données 2017).

Taux de maîtrise du français et des mathématiques en CE2
selon l'indice de position sociale
Unité : %
Français
Mathématiques
Premier quart*58,156,6
Deuxième quart71,269,2
Troisième quart79,378,3
Quatrième quart 87,384,6
* Indice de position sociale le plus bas.
Source : ministère de l'Éducation nationale – Données 2017 – © Observatoire des inégalités
Élèves de sixième ayant redoublé
selon l'origine sociale
Unité : %
Part
Agriculteur5,3
Artisan, commerçant6,0
Cadre1,9
Profession intermédiaire4,3
Enseignant1,7
Employé6,5
Ouvrier10,4
Ensemble7,7
Part des élèves ayant déjà redoublé parmi l'ensemble des élèves entrant en sixième.
Source : ministère de l'Éducation nationale, données 2017 – © Observatoire des inégalités

On retrouve ces écarts au collège. Les enfants d’ouvriers, d’employés et d’inactifs représentent 86 % des élèves des sections d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), filière qui rassemble les élèves les plus en difficulté. Dans l’enseignement général, ils ne représentent que 53 % des jeunes. Les enfants de cadres supérieurs ne représentent que 2 % des élèves de Segpa, dix fois moins que leur part dans l’enseignement général.

Origine sociale des collégiens de la voie générale et des Segpa
Unité : %
Enseignement général
Enseignement pour élèves en difficulté (Segpa)
Agriculteurs1,71,1
Artisans, commerçants et chefs d'entreprise10,56,1
Cadres supérieurs*19,01,9
Enseignants3,30,2
Professions intermédiaires12,85,0
Employés16,813,2
Ouvriers26,243,3
Inactifs9,729,2
Ensemble100100
* hors enseignants.
Source : ministère de l'Éducation nationale – Données 2017 – © Observatoire des inégalités

En troisième, 5 % des élèves des catégories très favorisées (voir la définition en encadré) ont redoublé au moins une fois, contre 21 % des élèves des catégories défavorisées. À la fin du collège, l’écart s’est creusé. L’école n’a pas su compenser les inégalités sociales.

Élèves de troisième ayant déjà redoublé
selon l'origine sociale
Unité : %
Part
Origine sociale très favorisée5,1
Favorisée9,1
Moyenne12,7
Défavorisée21,0
Ensemble13,4
Lecture : en 2017, 5,1 % des élèves de troisième d’origine sociale très favorisée ont redoublé au moins une fois. Ils sont 21 % parmi les élèves de troisième d’origine défavorisée.
Source : ministère de l'Éducation nationale – Données 2017 – © Observatoire des inégalités

Collège : le point de bascule

La classe de troisième est devenue un moment clé dans l’orientation, comme l’était hier le certificat d’études. Les enfants des catégories défavorisées forment 41,7 % des élèves au collège, toutes sections confondues. Ils ne représentent plus que 31 % des élèves de seconde générale et technologique. Inversement, la part des enfants de milieux très favorisés est de 19,7 % au collège, mais de 27,7 % en seconde générale et technologique. Alors que, du collège à l’entrée au lycée, la part des premiers est réduite de 25 %, celle des seconds augmente de 50 %. En partie parce qu’à niveau scolaire équivalent, les élèves de catégories populaires sont plus souvent orientés dans l’enseignement professionnel [2].

Qui va jusqu'en seconde générale ou technologique ?
Composition des élèves en fonction de leur origine sociale
Unité : %
Élèves de collège
Élèves de seconde générale et technologique
Origine sociale très favorisée19,727,7
Favorisée12,214,4
Moyenne26,426,9
Défavorisée41,731,0
Ensemble100100

Source : ministère de l'Éducation nationale – Données 2017 – © Observatoire des inégalités

Le ministère de l’Éducation nationale a étudié la trajectoire d’élèves entrés en sixième en 2007. Alors que 85 % des élèves de milieu favorisé sont entrés en seconde générale (aux alentours de 2012, en fonction des redoublements), seulement 42 % des élèves de milieux défavorisés sont dans ce cas. Dans le temps, l’étude du taux d’accès en seconde des élèves cinq années après leur entrée en sixième en fonction du milieu social fait apparaître une forte progression pour les élèves d’origine sociale défavorisée, surtout dans les années 1970 et 1980, beaucoup moins depuis.

Taux d'accès en seconde générale et technologique selon l'origine sociale
Unité : %
Origine sociale favorisée
Origine sociale défavorisée
196777,823,0
198577,526,7
199487,840,1
200084,639,0
201284,842,4
Pour chaque année, il s’agit du suivi des élèves entrés en sixième cinq ans plus tôt. Lecture : en 2012, 84,8 % des élèves d’origine sociale favorisée qui étaient en sixième cinq ans plus tôt sont en seconde générale ou technologique, contre 42,4 % des élèves d’origine sociale défavorisée.
Source : Cnesco, d'après ministère de l'Éducation nationale et Ined – © Observatoire des inégalités

Les inégalités de résultats scolaires entre milieux sociaux se construisent tout au long de la scolarité. S’il est faux de dire que « tout est joué dès le plus jeune âge », il n’en demeure pas moins que le système français, en favorisant les apprentissages précoces, place vite les enfants en situation d’échec ou de réussite. En particulier, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture à un très jeune âge creuse les écarts, les enfants étant, selon l’appartenance sociale de leurs parents, inégalement dotés en vocabulaire.

Le collège constitue un point de bascule entre les catégories sociales. La coupure marquée avec le primaire dans la façon d’enseigner, la forme des enseignements (calqués sur le lycée, lui-même préfigurant l’université), la fréquence des évaluations et bien d’autres facteurs désavantagent les plus défavorisés. Une partie des jeunes décrochent et attendent l’âge de fin de la scolarité obligatoire, faute de solutions adaptées ou de ne pas avoir été soutenus et encouragés. Du primaire au lycée, l’école laisse se développer les écarts au fil de la scolarité. En fin de troisième, un certain nombre de jeunes issus des milieux défavorisés se retrouvent « orientés » contre leur gré vers des filières qui mènent trop souvent vers des emplois peu qualifiés et sous-rémunérés et un avenir qu’ils n’ont pas souhaité.

Le regroupement des catégories sociales du ministère de l’Éducation nationale
Le ministère de l’Éducation nationale regroupe les catégories socioprofessionnelles en quatre classes. Catégorie très favorisée : chefs d’entreprise de dix salariés ou plus, cadres et professions intellectuelles supérieures, instituteurs, professeurs des écoles. Favorisée : professions intermédiaires, retraités cadres, retraités des professions intermédiaires. Moyenne : agriculteurs exploitants, artisans et commerçants (et retraités correspondants), employés. Défavorisée : ouvriers, retraités ouvriers et employés, inactifs (chômeurs n’ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelle).

Photo / © drivepix - Fotolia


[1Cet indice rassemble un grand nombre d’indicateurs comme le niveau de diplôme des parents, les conditions matérielles, le nombre de livres à la maison, etc.


Date de première rédaction le 18 novembre 2010.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Catégories sociales


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 19/06/2019
Les milieux populaires largement sous-représentés dans l’enseignement supérieur
Points de vue 04/06/2019
Une vague de mépris social
Points de vue 28/05/2019
Comment échapper à l’illusion de la méritocratie
Données 12/04/2019
Chômage : les non-qualifiés en première ligne
Données 22/03/2019
Professions : qui gagne combien ?
Données 26/02/2019
Une représentation des catégories socioprofessionnelles à la télévision loin de la réalité sociale
Points de vue 11/02/2019
Qui sont les privilégiés en France ?
Points de vue 07/02/2019
Des jeunes au bord de l’illettrisme numérique
Données 31/01/2019
Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ?
Données 24/01/2019
Tel père, tel fils ? L’inégalité des chances reste élevée