Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Où vous situez-vous sur l’échelle des salaires ?

Données 20 novembre 2017

La moitié des salariés touchent moins de 1 800 euros net par mois, 17 % touchent plus de 3 000 euros. Et vous dans tout ça ? Cet outil proposé par l’Observatoire des inégalités permet de vous situer sur l’échelle des salaires.

Revenus et patrimoine Salaires

59 % des salariés touchent moins de 2 000 euros net par mois, la moitié moins de 1 800 euros, 30 % moins de 1 500 euros. Afin de mieux mesurer la hiérarchie des salaires, l’Observatoire des inégalités propose un outil qui vous permet de vous situer sur l’échelle des salaires, grâce aux données publiées par l’Insee pour l’année 2015.

En équivalent temps plein, l’échelle commence en théorie au Smic (1 135 euros nets mensuels en 2015) et peut atteindre des niveaux très élevés. Le seuil des 1 % des salariés les mieux payés se situe à 8 300 euros nets mensuels. Avec un salaire de 4 000 euros, vous faites partie des 8 % des Français les mieux payés. À 3 000 euros, seuls 17 % des salariés gagnent plus que vous.

Comment avons-nous procédé ?

Ces données de l’Insee portent sur les salaires nets mensuels en France, et non sur les niveaux de vie. Elles n’incluent donc ni les prestations sociales, ni les revenus financiers. Elles comprennent les salariés du privé et des entreprises publiques, temps partiels et contrats aidés compris. Pour les temps partiels, le salaire a été calculé en équivalent temps plein. Les fonctionnaires, apprentis, stagiaires, salariés agricoles et les salariés de particuliers employeurs ne sont pas pris en compte. Il s’agit des données 2015 : certains salaires ont augmenté depuis, mais les hausses demeurent en moyenne très faibles. Les chiffres que nous publions ne tiennent pas compte des différences de coût de la vie selon les territoires (logement et transports notamment).

Les données de l’Insee débutent au niveau des 5 % les moins bien rémunérés, soit 1 123 euros [1]. Notre outil affiche toujours 4 % pour les données inférieures, il ne faut donc pas tenir compte du résultat pour les salaires inférieurs à 1 123 euros.

Cliquez sur l’image pour utiliser notre outil

Vous figurez parmi les 10 % les mieux rémunérés ?
Cliquez ici.
Salariés en temps partiel, comment calculer votre salaire en équivalent temps plein ?
Pour calculer votre salaire en équivalent temps plein, divisez votre salaire net mensuel par votre taux de temps partiel. Si vous touchez 1 000 euros à 80 %, votre salaire en équivalent temps plein est de 1 000 divisé par 0,8 = 1 250 euros.


[1Environ 5 % des salariés touchent moins que le Smic en équivalent temps plein du fait de dérogations (jeunes de 17 ans, animateurs de centres de vacances, personnes dont le temps de travail est difficile à mesurer).


Date de première rédaction le 22 décembre 2015.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Entretiens 15/06/2018
« Le décalage est terrible entre la France qui vit bien et les plus pauvres ». Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités
Points de vue 14/06/2018
Non, les enfants pauvres n’existent pas
Données 05/06/2018
Les inégalités de niveau de vie continuent d’augmenter
Propositions 05/06/2018
Pour réduire la pauvreté, la croissance ne suffit pas
Données 15/05/2018
La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés
Points de vue 07/05/2018
Pour combattre le populisme, il faut un impôt universel et progressif
Propositions 19/04/2018
Entreprises - Agir où se crée la richesse
Données 02/03/2018
Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ?
Données 02/03/2018
Revenus : qui gagne combien ?
Points de vue 01/03/2018
Politiques publiques - « Peut-on faire confiance aux riches ? »