Observatoire des inégalités
Soutenez l'Observatoire des inégalités >>                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Emploi

La précarité de l’emploi augmente à nouveau

Données 20 juin 2019

Depuis 2014, le taux de précarité de l’emploi a repris sa progression. Sur le long terme, la hausse de la précarité traduit un changement en profondeur du marché du travail qui frappe surtout les jeunes et les personnes peu diplômées.

Emploi Précarité

C’est un signal d’alarme pour la société française : après des années de stagnation, la part des contrats à durée déterminée, en intérim et en apprentissage dans l’emploi total a repris sa progression. Le taux de précarité atteint 13,6 % de l’emploi total en 2017, contre 12,1 % en 2014. Il s’agit essentiellement de personnes en contrat à durée déterminée et d’intérimaires (lire notre article).

La hausse de la précarité n’est pas une nouveauté. Elle a débuté dès le milieu des années 1980 : le taux bondit de 5 % à 8 % entre 1984 et 1989. Les choses se calment ensuite jusqu’au milieu des années 1990, puis la précarité repart à la hausse, grimpant de 8 % à 12 % entre 1994 et 2000. Même s’il y a eu des variations, on en était toujours à ce niveau en 2014. C’est alors que la situation s’est aggravée à nouveau.

Que se passe-t-il ? Même si cela peut sembler paradoxal, à court terme une augmentation de la précarité de l’emploi peut être le signe d’une reprise économique : les employeurs commencent à embaucher avec des contrats courts (inversement, en période de crise, on ne renouvelle pas les CDD). Il est possible que la hausse récente soit une manifestation de ce phénomène. Le problème, c’est que depuis les années 1980, la croissance économique ne dure jamais assez longtemps pour que la précarité diminue ensuite de manière importante au fil des nouvelles embauches. Finalement, la courbe de la précarité ressemble à un escalier qui ne descend jamais.

À long terme, cet escalier traduit surtout un changement structurel de l’organisation du travail davantage fondée sur la flexibilité et les contrats courts pour répondre aux variations de la demande. Les lois récentes sur le travail ont poussé dans ce sens en assouplissant encore les règles. Cette précarité est loin d’être généralisée. Elle frappe surtout les personnes peu diplômées et les jeunes. Le marché du travail est scindé en deux entre des flexibles qui passent d’un emploi précaire à l’autre, et des stables installés pour longtemps dans leur emploi. C’est l’une des fractures sociales majeures de la société française.

Part de salariés en CDD, intérimaires et apprentis parmi les personnes en emploi.
Source : Insee - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Photo / CC0 Robin Stickel


Date de première rédaction le 20 juin 2019.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Emploi


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 25/10/2019
40 % des chômeurs touchent moins de 500 euros par mois
Données 24/10/2019
Chômage : les jeunes toujours aux premières loges
Données 19/08/2019
Cinq millions d’emplois demeurent fermés aux étrangers non européens
Données 11/07/2019
Chômage des immigrés : le poids des inégalités sociales et des discriminations
Analyses 25/06/2019
Que pensent les Français des inégalités ?
Données 20/06/2019
La précarité de l’emploi augmente à nouveau
Données 17/06/2019
3,7 millions de salariés précaires en France
Données 14/06/2019
Mal-emploi : huit millions de personnes fragilisées
Le tour de la question 04/06/2019
Rapport 2019 : l’essentiel sur les inégalités au travail
Points de vue 04/06/2019
Une vague de mépris social