Commandez le « Rapport sur les riches en France »                               X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Emploi

Inégaux face à l’environnement de travail

Données 25 février 2020 https://www.inegalites.fr/environnement-travail - Reproduction interdite

L’environnement de travail des ouvriers n’a rien à voir avec celui de ceux qui travaillent dans les bureaux. Produits dangereux, fumées, poussières ou bruit : l’exposition aux nuisances est sans comparaison entre les milieux socioprofessionnels et les secteurs d’activité.

Emploi Conditions de vie Conditions de travail Santé

Un salarié du secteur privé sur dix est exposé à des produits chimiques cancérogènes sur son lieu de travail, comme par exemple le benzène, la silice ou des fibres d’amiante, selon l’enquête 2017 du ministère du Travail [1]. Un tel environnement concerne au total 1,8 million de travailleurs. Les ouvriers qualifiés sont trois fois plus soumis à ces produits dangereux pour la santé que la moyenne des salariés, et seize fois plus que les cadres supérieurs. Ces produits chimiques cancérogènes sont connus pour provoquer des cancers, ou au moins pour en augmenter le risque, s’ils sont inhalés, ingérés ou s’ils pénètrent dans la peau. Le secteur de la construction est le plus concerné : 30 % des salariés (en majorité des hommes) qui y travaillent sont exposés à de telles substances nocives, contre 7 % de ceux qui sont employés dans le tertiaire, les moins touchés par ce risque sanitaire.

Entre 2003 et 2017, la part des salariés exposés à au moins un produit chimique cancérogène a diminué de 13,8 % à 9,7 %. Cette amélioration notable est en partie due aux changements de procédés de production, au remplacement de produits cancérogènes par des produits moins dangereux, et s’explique aussi plus généralement par le déclin de l’emploi industriel.

La baisse a eu lieu exclusivement entre 2003 et 2010. Entre les deux enquêtes de 2010 et 2017, le niveau d’exposition a stagné autour de 10 %. Les ouvriers qualifiés et les employés de commerce et de services sont même davantage soumis aujourd’hui qu’en 2010 à au moins un produit chimique cancérogène sur leur lieu de travail qu’en 2010. Le secteur de la construction a également connu une hausse importante (+ 6 points) de cette exposition entre 2010 et 2017.

Ensemble des salariés du privé. Lecture : en 2017, 30 % des ouvriers qualifiés sont exposés à au moins un produit chimique cancérogène sur leur lieu de travail.
Source : enquêtes Sumer, ministère du Travail - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Poussières, fumées et autres produits dangereux

En 2016, près d’un salarié sur trois subit des nuisances liées à son environnement de travail telles que respirer des poussières, des fumées, ou être en contact avec des produits dangereux. Parmi eux, plus de deux tiers des ouvriers non qualifiés, et presque autant d’ouvriers qualifiés, exercent leur métier dans la saleté, contre à peine un cadre supérieur sur dix. La moitié des ouvriers (qualifiés ou non) sont au contact de produits dangereux, contre 13,3 % des cadres. Les employés administratifs sont très peu à être concernés par ces nuisances (5,3 %).

Nuisances liées à l'environnement du travail
selon la catégorie socioprofessionnelle
Unité : %
2005
2013
2016
Respirer des fumées ou des poussières
Cadres 12,711,09,1
Professions intermédiaires23,123,022,4
Employés administratifs16,614,212,7
Employés de commerce et services 27,124,826,3
Ouvriers qualifiés65,866,465,6
Ouvriers non qualifiés61,265,967,1
Ensemble32,429,230,1
Être en contact avec des produits dangereux
Cadres 12,413,513,3
Professions intermédiaires25,527,527,0
Employés administratifs6,84,85,3
Employés de commerce et services30,430,831,8
Ouvriers qualifiés49,952,148,6
Ouvriers non qualifiés45,050,453,6
Ensemble28,230,728,9

Source : ministère du Travail - © Observatoire des inégalités

Qui travaille dans le bruit ?

L’environnement du travail, c’est aussi le bruit. Près des deux tiers des ouvriers non qualifiés affirment subir des nuisances sonores au travail, c’est-à-dire n’entendre une personne placée à deux ou trois mètres qu’à condition qu’elle élève la voix, contre 6,6 % des cadres supérieurs, soit presque dix fois plus. Cette exposition au bruit a un impact à long terme sur l’audition des personnes, mais aussi sur leur santé en général.

*Salarié déclarant entendre une personne placée à deux ou trois mètres à condition qu'elle élève la voix.
Source : ministère du Travail - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Photo / © endostock - Fotolia.com



Date de première rédaction le 3 janvier 2015.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Emploi


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 21/10/2020
La pénibilité des métiers selon les catégories sociales
Données 15/07/2020
Qui sont les chômeurs de longue durée ?
Données 25/06/2020
Peu de femmes cheffes d’entreprise
Analyses 04/06/2020
Des générations de plus en plus souvent déclassées
Analyses 26/05/2020
Revenus : qui est touché par le Covid-19 ?
Données 17/03/2020
Chômage : femmes et hommes désormais à égalité
Données 25/02/2020
Inégaux face à l’environnement de travail
Analyses 24/01/2020
Qu’est-ce qu’un système de retraites juste ?
Données 06/01/2020
Les ouvriers plus fréquemment victimes d’accidents du travail
Données 05/12/2019
Aux marges du chômage, un « halo » qui progresse