Données

L’échelle des revenus de l’Observatoire des inégalités

Du revenu de solidarité active (RSA) aux rémunérations des grands patrons ou des stars du sport et du show-business, l’amplitude des revenus est immense en France. Notre échelle des revenus vise à donner quelques points de repère.

Publié le 5 juillet 2023

https://www.inegalites.fr/echelle-des-revenus - Reproduction interdite

Revenus Pauvreté Riches Niveaux de vie

Tout en bas de l’échelle des revenus, les plus modestes échappent à la mesure statistique, mais on sait qu’une partie de la population vit avec seulement 200 ou 300 euros par mois, voire moins. C’est le cas des sans-abri, des jeunes isolés et au chômage, des migrants en attente de papiers, par exemple. À peine au-dessus de 500 euros par mois, on trouve le RSA [1] et l’allocation de solidarité spécifique versée aux chômeurs en fin de droits. Ces minima sociaux sont très inférieurs au seuil de pauvreté qui, fixé à 50 % du niveau de vie médian, est de 940 euros mensuels. Avec le salaire minimum réglementaire (le smic), on atteint 1 350 euros net par mois (à condition de travailler à plein temps), montant auquel peut s’ajouter une prime d’activité.

La population située au milieu de la société sur notre échelle (les classes moyennes) gagne autour de 1 880 euros par mois pour une personne seule, après impôts et prestations sociales. C’est ce qu’on appelle le niveau de vie [2] médian [3]. Ce montant est très proche du salaire moyen des ouvriers à temps plein.

Les cadres supérieurs ont des revenus nettement au-dessus. L’Observatoire des inégalités place le seuil de richesse au double du niveau de vie médian, soit à 3 762 euros par mois pour une personne seule et après impôts. Au-delà de ce niveau, on trouve environ 7 % de la population [4].

Mais l’échelle des niveaux de vie grimpe bien plus haut, et concerne de moins en moins de personnes. À partir de 4 113 euros par mois, on appartient aux 5 % les plus riches. Et à 7 180 euros, on entre dans le 1 % du sommet. 630 000 personnes se situent au-dessus de ce seuil, parfois très très au-delà. Tellement haut qu’on ne peut pas les représenter sur notre échelle.

L'échelle des revenus de l'Observatoire des inégalités
Unité : euros mensuels
Montant mensuel pour une personne seule
Niveau de vie minimum du 1 % le plus riche7 180
Niveau de vie minimum des 5 % les plus riches4 113
Seuil de richesse3 762
Niveau de vie minimum des 10 % les plus riches3 348
Niveau de vie médian (50 % de la population vit avec moins)1 881
Smic net1 353
Niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres1 020
Seuil de pauvreté940
RSA* 535
Seuil de pauvreté fixé à 50 % du niveau de vie médian, seuil de richesse au double. Pour une personne seule, après prestations sociales et impôts. *Forfait logement déduit.
Source : Insee et gouvernement – Données 2020 pour les niveaux de vie et le seuil de pauvreté, sauf le 1 % le plus riche (donnée 2018). Données avril 2023 pour le RSA et le smic. – © Observatoire des inégalités
Ordres de grandeur
Les niveaux de vie, les seuils de pauvreté et de richesse sont des revenus après impôts et prestations sociales, pour une personne seule. Le smic net et le RSA, en revanche, sont des revenus avant impôts. En toute rigueur, pour pouvoir vraiment comparer ces montants aux niveaux de vie, il faudrait y ajouter en particulier les allocations logement, qui complètent souvent ces revenus. Notre échelle vise à présenter les principaux points de repère et à donner des ordres de grandeur.

Photo / Domaine public CC0


[1Le revenu minimum versé aux personnes âgées de 25 à 65 ans qui n’ont pas d’autres ressources. Son montant est de 535 euros pour une personne seule en tenant compte du forfait logement déduit en cas d’aide au logement.

[2Niveau de vie : ensemble des revenus après impôts et prestations sociales, pour une personne seule.

[3Médian : qui partage la population en deux. La moitié gagne plus, l’autre moins.

[4Donnée 2019, voir le Rapport sur les riches en France, édition 2022, sous la direction d’Anne Brunner et Louis Maurin, Observatoire des inégalités, 2022.

Commandez le « Rapport sur les discriminations en France »

Le « Rapport sur les discriminations en France » de l’Observatoire des inégalités réunit des données sur les discriminations, que leur motif soit la couleur de peau, l’origine, le sexe, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou encore l’appartenance syndicale. Il apporte également les explications utiles sur la définition et la mesure des discriminations.


Commander
Date de première rédaction le 12 octobre 2018.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Sur ce thème