Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Monde

Un siècle d’inégalités de revenus : les super-riches regagnent le terrain perdu

Données 7 octobre 2018

La part des revenus perçue par les 1 % les plus riches a nettement baissé depuis les années 1920 jusqu’aux Trente Glorieuses. Depuis 1975, ils ont rattrapé une bonne part de ce qu’ils avaient perdu.

Monde Revenus

Au début du siècle dernier, les 1 % les plus riches percevaient environ 20 % du revenu global avant impôt dans les pays occidentaux, selon les données World Wealth and Income Database [1]. C’est l’âge d’or des rentiers, de ceux qui ont récolté les fruits de la seconde révolution industrielle et qui vivent des revenus de leur patrimoine industriel, foncier et immobilier.

Inflation et guerres mondiales : la fin des rentiers ?

Dès les années 1920, la part des 1 % les plus riches s’effondre en Allemagne et en Suède. Les pertes dues à la Première Guerre mondiale, l’hyperinflation et la crise économique réduisent fortement la valeur des patrimoines et les revenus qui en découlent. En France, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, la crise de 1929, suivie de la Seconde Guerre mondiale, ont le même effet.
Dans les pays riches, la période 1916-1950 est marquée par une très forte baisse de la part des revenus des plus riches rapportée à l’ensemble des revenus. En France, celle perçue par le centième le plus riche a été divisée par deux, passant de 22,8 % en 1916 à 10,3 % en 1950. L’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont connu une diminution comparable. Le mouvement a été encore plus radical en Suède (de 28,1 % en 1916 à 7,7 % en 1950). Cette forte réduction des inégalités n’est pas liée à un resserrement de la hiérarchie des salaires de l’ensemble de la population, mais bien aux chocs subis par les fortunes des plus riches. Ceux que l’on appelle les « rentiers », qui vivent des revenus du patrimoine, perdent du terrain.


Revenus avant impôts. Lecture : en 2014 aux États-Unis, les 1 % les plus riches ont perçu 20,2 % de l’ensemble des revenus du pays.
Source : World Wealth & Income Database – © Observatoire des inégalités.

Trente Glorieuses : plus égalitaires

De la sortie de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1970, la part des revenus dévolus aux très riches se stabilise ou poursuit sa baisse à un rythme plus modéré. Aux États-Unis, elle avoisine les 10 % en 1975, un niveau proche de l’Allemagne et de la France à cette même période. Même si les Trente Glorieuses profitent davantage aux 10 % les plus riches qu’aux 1 % du haut de la distribution, cette période est marquée par une diminution relative des inégalités de revenus, au bénéfice des classes moyennes et populaires. Le haut de la distribution des revenus est de plus en plus souvent occupé par les personnes aux très hauts salaires, et non plus seulement par celles vivant des revenus d’un capital accumulé. La mise en place d’une fiscalité progressive sur les revenus et les capitaux redistribue la richesse et limite la transmission des fortunes entre générations, de parents à enfants.

1975-2007 : hyper-riches, le retour

Dès les années 1970, la part des 1 % les plus riches dans le revenu global se remet à progresser dans les pays anglo-saxons (États-Unis, Royaume-Uni), où elle retrouve ses niveaux d’avant-guerre. En Allemagne et France, cette inversion de la tendance débute dans les années 1980. La part qui revient aux 1 % dans le revenu global est passée de 9,3 % en France et 6,8 % en Allemagne en 1983 à 11,7 % et 15,4 % à la veille de la crise de 2008. Même en Suède, elle a plus que doublé entre 1982 (4,1 %) et 2007 (9,9 %). Aux États-Unis, leurs revenus représentaient 10,6 % du revenu national en 1975, ils approchent les 20 % en 2007. Dans ce pays, les inégalités de revenus, mesurées par la part des 1 % les plus riches, retrouvent leur niveau du début du vingtième siècle.

Crise financière et hauts revenus : divergence américaine

La crise financière de 2008 change la donne. L’effondrement du cours des actions, le repli des gains dans l’immobilier, suivis par une baisse des taux d’intérêt, stabilisent, voire font baisser, la part du 1 % le plus riche. Dans la décennie la plus récente, l’indicateur évolue en dents de scie. Les États-Unis suivent une trajectoire différente. L’effet de la crise financière sur la part des très hauts revenus y a été de courte durée : celle-ci remonte au-dessus de 20 % dès 2012, soit un niveau équivalent à celui du début du vingtième siècle.
Alors que les situations européenne et américaine étaient comparables dans les années 1970, les États-Unis rejoignent aujourd’hui les pays les plus inégalitaires au monde. À 22 %, la part du revenu captée par les Américains les 1 % les plus riches est comparable à celle de l’Inde (21 % en 2015 selon les données WID) ou de la Russie (20 %) [2]. Cette spécificité américaine parmi les pays riches s’explique notamment par l’ampleur des revenus financiers, la dérégulation du marché du travail et un système éducatif qui avantagent de plus en plus les super-riches. Et encore ces données avant impôts et prestations sociales ne comptabilisent-elles pas l’effet de la redistribution opérée par les États. Vu l’évolution de la fiscalité américaine, la divergence entre les États-Unis et les pays d’Europe, après impôts, est en réalité encore plus grande.

Retour aux années 1950

Au bout du compte, les 1 % ont réussi à regagner – avant impôts – le terrain perdu dans les années 1960 et 1970. Aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni, ils ont même effacé les conséquences de la Seconde Guerre mondiale. La désindustrialisation, la déréglementation du marché du travail, le chômage et la précarité notamment sont passés par là. Il faut s’interroger sur les facteurs économiques et politiques qui pourraient infléchir durablement ce phénomène que l’on enregistre depuis les années 1980.

Avertissement
Ces données publiées par le WID sont issues des services fiscaux. Il s’agit de revenus avant impôts. Elles ne tiennent donc pas compte de l’évolution des systèmes d’imposition. Les inégalités de revenus après impôts et prestations sociales sont moindres que ce qui est présenté ici.

Photo / © dimdimich - Fotolia.com


[1Les données mentionnées dans cet article se réfèrent aux estimations de revenus de la World Wealth and Income Database. Les revenus des individus sont établis en divisant le revenu du ménage par le nombre d’adultes de plus de vingt ans, sans tenir compte des enfants à charge.

[2On compare ici la proportion du revenu national captée par les 1 % les plus riches, et non le niveau de revenu de ces 1 %. Le seuil d’entrée dans le club des 1 % aux États-Unis (363 000 euros en 2014) reste six fois plus élevé qu’en Inde (62 000 euros en 2015) et près de trois fois plus haut qu’en Russie (129 000 euros).


Date de première rédaction le 18 septembre 2009.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Monde


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires

Sur le même sujet

Données 07/10/2018
Un siècle d’inégalités de revenus : les super-riches regagnent le terrain perdu
Données 24/08/2018
730 millions de travailleurs dans le monde survivent avec moins de trois dollars par jour
Données 11/06/2018
L’accès à l’eau potable dans le monde
Entretiens 26/04/2018
Crise alimentaire : « Les chiffres des Nations unies sont discutables ». Entretien avec Rony Brauman
Données 26/04/2018
800 millions de personnes sous-alimentées dans le monde
Analyses 26/04/2018
La faim dans le monde
Données 20/04/2018
Une personne sur sept n’a pas accès à l’électricité dans le monde
Analyses 23/03/2018
Quand les enfants travaillent
Données 22/03/2018
Les inégalités d’espérance de vie dans le monde se réduisent
Données 16/03/2018
150 millions d’enfants travaillent dans le monde