Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Faire un don
Revenus, patrimoine, pauvreté

Selon le Palma, en France, les inégalités de revenus se sont accrues en vingt ans

Données 27 janvier 2020 https://www.inegalites.fr/Selon-le-Palma-en-France-les-inegalites-de-revenus-se-sont-accrues-en-vingt-ans - Reproduction interdite

Les 10 % les plus riches perçoivent une masse des revenus égale à 1,06 fois la part des 40 % les plus pauvres, alors qu’ils sont quatre fois moins nombreux. Ce rapport était de un il y a vingt ans.

Revenus et patrimoine Niveaux de vie

En 1998, en France, le rapport entre la masse des revenus reçue par les 10 % les plus aisés et celle des 40 % les plus pauvres – appelé « ratio de Palma » – était égal à un. Cela signifie que les six millions de personnes les plus aisées recevaient autant que les 24 millions les plus pauvres. En 2019, le ratio de Palma affiche 1,06. Dit autrement, le dixième le plus aisé reçoit à lui seul 1,06 fois (ou 106 %) ce que reçoivent les 40 % les plus démunis.

En deux décennies, les plus riches ont donc gagné six points de pourcentage par rapport aux plus modestes. La hausse s’est déroulée par à-coups à certaines périodes : 1998-2001 (forte croissance économique), 2004-2006, et surtout 2008-2011. Le ratio de Palma atteint alors 1,15 (ou 115 %). Il diminue ensuite et oscille entre 1,05 et 1,06. Les inégalités se stabilisent, mais les plus riches restent nettement gagnants sur l’ensemble de la période.


Source : Insee – © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Pour comprendre ce qui s’est passé, il est intéressant d’entrer dans le détail des composantes du ratio : la masse globale des revenus qui va aux 10 % les plus aisés d’un côté, et celle qui va aux 40 % les plus pauvres de l’autre. En observant le graphique qui suit, on voit bien comment la part qui revient aux 10 % du haut de la distribution des revenus a progressé par paliers jusqu’en 2012. Entre 2013 et 2019, elle semble se stabiliser autour de 24 %, avec un pic à 25 % en 2018. Celle qui revient aux plus pauvres a diminué d’un point, de 23 % à 22 % entre 2004 et 2011 (période où le chômage a très fortement progressé), avant de se rétablir en fin de période à un niveau proche d’il y a 20 ans. Les premières estimations de l’Insee pour 2020 ne semblent pas indiquer d’effondrement des revenus du côté des plus modestes, ni de baisse pour ceux des plus riches.

Niveau de vie après impôts et prestations sociales. Lecture : en 2019, les 10 % les plus riches perçoivent 23,9 % de la masse des revenus. Les 40 % les plus pauvres en perçoivent 22,5 % alors qu'ils sont quatre fois plus nombreux.
Source : Insee – © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Photo / © Eduardo Sánchez


Date de première rédaction le 27 janvier 2020.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Propositions 17/05/2022
Réduire les inégalités : sept mesures urgentes du quinquennat
Données 12/05/2022
Un million de travailleurs pauvres en France
Données 06/05/2022
Comment évoluent les inégalités de patrimoine en France ?
Données 05/05/2022
Où vous situez-vous sur l’échelle des salaires ?
Données 19/04/2022
Les immigrés frappés par la pauvreté et les bas revenus
Analyses 15/04/2022
L’argent fait-il le bonheur ?
Données 06/04/2022
Quelles sont les dix plus grandes fortunes de France ?
Propositions 04/04/2022
Que faire pour réduire les inégalités ?
Données 09/03/2022
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Données 09/03/2022
Les inégalités de patrimoine en France