Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Grandes villes, le cœur des inégalités

Données 20 septembre 2019

Les zones rurales isolées affichent le niveau de vie le plus faible. Mais c’est dans les villes-centres que les inégalités de revenus sont les plus fortes. La grande richesse de quelques quartiers favorisés y côtoie l’extrême pauvreté.

Territoires Revenus

Les zones rurales isolées sont celles où le niveau de vie médian [1] est le moins élevé : 1 568 euros par mois, selon les données 2015 de l’Insee. Les territoires les plus aisés sont les banlieues situées au sein des grands pôles urbains (1 773 euros) et leurs couronnes (1 811 euros). Avec 1 611 euros, les villes-centres occupent une position intermédiaire. Les couronnes périphériques des grandes villes sont le plus souvent occupées par des ménages des couches moyennes qui disposent d’un niveau de vie leur permettant d’accéder à la propriété individuelle. Le milieu rural isolé est, lui, en partie composé de ménages d’agriculteurs âgés avec de faibles retraites, du fait notamment de l’inactivité (officielle) des femmes.

Ces données doivent être relativisées en tenant compte de la taille de la population concernée. Les territoires ruraux isolés abritent moins de 5 % de la population, alors que cette dernière habite désormais à 58,2 % dans les grands pôles urbains et à 19,5 % dans leur couronne. Les seules banlieues regroupent huit fois plus d’habitants que les zones rurales isolées. Leur niveau de vie médian est celui d’un ensemble qui regroupe des banlieues très favorisées et des banlieues très pauvres, situées bien en dessous du niveau de vie observé en milieu rural.

Niveau de vie médian selon le type de territoire
Répartition de la population par type de territoire
en %
Niveau de vie médian mensuel
en euros
Grands pôles urbains 58,21 708
- dont villes-centres23,11 611
- dont banlieues35,11 773
Périurbain24,8n.c.
- dont couronne des grands pôles urbains19,51 811
- dont communes reliées à plusieurs grands pôles5,31 683
Petits et moyens pôles6,5n.c.
- dont moyens pôles2,91 582
- dont petits pôles3,61 587
Rural non isolé6,1n.c.
- dont couronne des moyens pôles0,61 678
- dont couronne des petits pôles0,31 654
- dont communes reliées à plusieurs petits pôles ou moyens pôles5,21 620
Rural isolé4,41 568
Ensemble1001 708
n.c. : non communiqué. Revenus après impôts et prestations sociales pour une personne seule. Lecture : dans les villes-centres, la moitié de la population a un niveau de vie inférieur à 1 611 euros par mois. L'autre moitié a un niveau de vie supérieur.
Source : Insee – Données 2015 – © Observatoire des inégalités
De la ville-centre au rural isolé
Le découpage géographique de l’Insee comprend plusieurs types de territoires. Nous en présentons une version simplifiée. Tout d’abord, les grands pôles désignent des ensembles urbains qui comprennent au moins 10 000 emplois. Ils se décomposent en villes-centres et en banlieues. L’habitat périurbain est composé des communes dont 40 % des actifs travaillent dans les grands pôles. Les petits et moyens pôles sont des aires urbaines qui comprennent entre 1 500 et 10 000 emplois. Nous avons qualifié de « rural non isolé » les communes proches de ces petits ou moyens pôles, à 90 % rurales. Enfin, le « rural isolé » est composé des communes rurales non reliées aux pôles.

Les grandes villes : des pauvres plus pauvres, des riches plus riches

Les niveaux de vie des 10 % les plus pauvres sont au plus bas dans les villes-centres : ils touchent au mieux 778 euros mensuels (après impôts et prestations sociales). Vient ensuite le milieu rural isolé avec 856 euros. Dans les petites villes et le rural non isolé, ce niveau se situe entre 837 et 1 003 euros. C’est dans l’habitat périurbain (les couronnes des grands pôles) que le niveau maximum de ces 10 % les plus pauvres est le plus élevé (1 054 euros mensuels).

Quant aux 10 % les plus riches, ils perçoivent un minimum situé entre 2 634 et 2 760 euros par mois dans les zones rurales et les petits et moyens pôles respectivement. Dans les zones périurbaines, le seuil d’entrée dans la tranche des 10 % des plus riches est de 3 030 euros. Il est de 300 euros supplémentaires dans les grands pôles.

Les grands pôles urbains, et tout particulièrement les villes-centres, réunissent les situations les plus contrastées. Ils sont à la fois le lieu des revenus les plus élevés et celui de la plus grande pauvreté. Notamment parce que l’essentiel des logements sociaux se situe dans les grands pôles. Le périurbain se distingue par des revenus médians plus élevés et par une plus grande homogénéité sociale. Quant au rural isolé, il abrite une population pour partie très défavorisée. Le poids désormais très faible dans la population totale de ces populations rurales très modestes accentue encore leur sentiment d’isolement.

Niveau de vie des 10 % les plus pauvres et des 10 % les plus aisés
selon le type de territoire
Unité : euros
Niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres
Niveau de vie minimum des 10 % les plus riches
Grands pôles urbains 8373 326
- dont villes-centres7783 342
- dont banlieues8983 326
Périurbain
- dont couronne des grands pôles urbains1 0543 030
- dont communes reliées à plusieurs grands pôles9532 802
Petits et moyens pôles
- dont moyens pôles8372 760
- dont petits pôles8822 688
Rural non isolé
- dont couronne des moyens pôles1 0032 691
- dont couronne des petits pôles9632 677
- dont communes reliées à plusieurs petits ou moyens pôles9372 634
Rural isolé8562 711
Ensemble8843 132
Revenus après impôts et prestations sociales pour une personne seule. Lecture : dans les grands pôles urbains, les 10 % de la population les plus pauvres ont un niveau de vie de moins de 837 euros par mois. Les 10 % les plus riches ont un niveau de vie de plus de 3 326 euros.
Source : Insee – Données 2015 – © Observatoire des inégalités

Photo / © MurielleB - Fotolia.com


[1Le niveau de vie est le revenu après impôts et prestation sociale, pour une personne seule. Sa médiane est le revenu qui partage la population en deux : la moitié gagne moins, l’autre plus.


Date de première rédaction le 11 décembre 2014.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Territoires


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Monde

Sur le même sujet

Données 23/09/2019
Inégalités : vivre dans un grand pôle urbain n’est pas la panacée
Analyses 20/09/2019
L’Île-de-France, championne des inégalités
Données 20/09/2019
Grandes villes, le cœur des inégalités
Analyses 25/04/2019
Chômage : quels territoires profitent le plus de la reprise ?
Analyses 11/04/2019
Ces communes où les jeunes adultes sont pauvres
Entretiens 26/03/2019
« La pauvreté du rural est surestimée », entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités
Analyses 08/03/2019
Inégalités femmes-hommes : la situation des communes
Entretiens 04/01/2019
« La marge est partout », entretien avec Samuel Depraz, géographe
Analyses 29/05/2018
Comment définir le territoire des inégalités ?
Propositions 17/05/2018
Inégalités urbaines : faire émerger la mixité