Observatoire des inégalités
Journée de formation "la jeunesse face aux inégalités"                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Comment mesurer la pauvreté ?

Analyses 28 septembre 2017

Être pauvre, c’est disposer de peu. Définir la pauvreté revient à définir ce que représente ce « peu » : peu par rapport à quoi ? Pour cela, il existe plusieurs méthodes. Les explications de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Revenus et patrimoine
bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Pour mesurer la pauvreté et son évolution, quatre méthodes sont les plus couramment utilisées : la première s’appuie sur un niveau de revenu (le seuil de pauvreté) défini par rapport au niveau de vie général de la population ; la seconde, sur le fait de recevoir une allocation de revenu minimum ; la troisième, sur des critères de privation en termes de conditions de vie ; et la dernière, sur la définition d’un train de vie minimum (pauvreté absolue).

La pauvreté relative au niveau de vie médian  

Dans la plupart des pays riches, le « peu » s’applique au niveau de vie : on est pauvre parce que l’on vit avec beaucoup moins d’argent que la moyenne. En fait, pas exactement la moyenne, mais la « médiane ». La moyenne prend en compte les revenus de toute la population divisés par le nombre de personnes, ce qui présente un inconvénient : un petit nombre de personnes très riches tirent la valeur de la moyenne vers le haut, sans que ce soit très significatif du niveau de vie global. D’où l’utilisation de la médiane qui est la valeur du niveau de vie pour laquelle autant de personnes gagnent plus et autant gagnent moins, elle sépare la population en deux. Quelques « hyper-riches » ne modifient pas le revenu médian   de la population.

Pour définir la pauvreté, reste à déterminer la distance à ce niveau de vie médian  . Pour cela on décide arbitrairement d’un seuil exprimé en pourcentage de ce niveau de vie. En Europe, le plus souvent, on utilise le seuil à 60 % du niveau de vie médian   (après impôts et prestations sociales). En France, le niveau de vie médian   est de 1 692 euros mensuels pour une personne seule en 2015. Le seuil de pauvreté à 60 % est donc de 1 015 euros (60 % de 1 692). Tous ceux qui vivent avec moins de 1 015 euros par mois sont considérés comme pauvres.

Le calcul n’est pas terminé. Avec 1 015 euros, on ne vit pas de la même façon si on est seul ou au sein d’une famille avec trois enfants. Pour en tenir compte, l’Insee utilise un système de parts, comme pour un gâteau. Dans une famille, le premier adulte vaut une part entière, toutes les personnes de plus de 14 ans comptent pour une demi-part et les moins de 14 ans pour 0,3 part. Chacun ne vaut pas une part entière car on fait des économies en vivant à plusieurs : nul besoin d’une cuisine ou d’une salle de bain par personne. Selon l’Insee, une personne seule est pauvre si elle perçoit moins de 1 015 euros par mois et un couple avec deux enfants en bas âge si ses ressources ne dépassent pas 2 132 euros (à 60 % du niveau de vie médian  ). L’institut décline ainsi des seuils pour tous les types de famille.

Pourquoi un seuil à 60 % ? On pourrait tout aussi bien décider que la pauvreté est définie par un seuil à 47 %, à 72 % ou à 83 %. Aucun ne serait plus juste ou plus « objectif » qu’un autre. Jusqu’à la fin des années 2000 en France, on utilisait celui à 50 %, soit 846 euros en 2015 pour une personne seule. Le choix du taux a un impact énorme : à 60 % du niveau de vie médian  , on compte près de neuf millions de pauvres ; à 50 %, on arrive à cinq millions. L’Observatoire des inégalités - comme l’OCDE - continue à utiliser le plus souvent (quand les données sont disponibles) le seuil à 50 %, car il estime qu’à 60 % on rassemble des populations trop différentes.

Ce n’est pas parce qu’il existe plusieurs seuils de pauvreté qui conduisent à des mesures différentes que « l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres », comme on l’entend dire trop souvent. En revanche, il faut avoir conscience que la statistique est une construction et qu’il faut utiliser ses outils en maîtrisant ce dont on parle, au risque, sinon, de porter des jugements erronés.

Quand le niveau de vie médian   baisse, le seuil de pauvreté baisse aussi
Le seuil de pauvreté monétaire est calculé en pourcentage du niveau de vie médian  . Quand le niveau de vie médian   baisse d’une année sur l’autre, automatiquement le seuil de pauvreté baisse aussi. Pour un même revenu, une partie des personnes qui étaient considérées comme pauvres une année ne le sont plus l’année suivante du fait de la baisse du seuil, alors que leur niveau de vie n’a pas changé. C’est ce qui s’est passé en France entre 2009 et 2013. Cette situation est liée à la définition relative de la pauvreté : puisqu’on est pauvre par rapport au niveau de vie médian  , il est « normal » que le seuil de pauvreté baisse aussi quand le niveau de vie médian   baisse.

Allocataires de minima sociaux : la pauvreté « légale »

La deuxième méthode pour évaluer la pauvreté consiste à décider que les personnes pauvres sont celles à qui la société apporte un soutien en leur versant un revenu minimum. La société décide que vivre en dessous de ce revenu minimum est trop peu et qu’avec moins que ce revenu, on est pauvre. Notre Constitution indique que « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement » [1]. En dénombrant le nombre d’allocataires de minima sociaux, on mesure une pauvreté que l’on peut qualifier de « légale » car c’est l’administration qui octroie cette reconnaissance.

Il existe plusieurs minima sociaux : les principaux sont versés, sous conditions de revenus, aux personnes âgées (minimum vieillesse), aux handicapés, aux chômeurs en fin de droits (allocation spécifique de solidarité) et aux personnes de plus de 25 ans sans ressources (revenu de solidarité active). Au total, quatre millions de ménages environ perçoivent ces minima. En comptabilisant les ayants droit (conjoints, enfants...), plus de six millions d’individus doivent vivre de la solidarité nationale.

Cette pauvreté « légale » évolue en fonction de la loi. Une règle qui durcit les conditions d’accès à tel ou tel minimum social réduit la pauvreté, et inversement. La création du RMI, en 1989, a fait apparaître une pauvreté dissimulée auparavant. L’utilisation des données sur les minima sociaux pour mesurer l’évolution de la pauvreté est complexe : cette méthode n’est valable que si les règles d’attribution demeurent les mêmes.

La société ne fixe pas le même minimum pour tous : les montants tiennent compte de la composition de la famille. En outre, on estime que les personnes âgées et les handicapés doivent percevoir un montant minimum beaucoup plus élevé : 800 euros, contre un peu plus de 500 euros pour les autres adultes. On justifie cette différence par le fait que les aînés, comme les personnes handicapées, ont très peu de possibilités de voir leur situation s’améliorer dans le temps. Pour les autres, ils sont sensés pouvoir retrouver du travail.

La pauvreté en termes de conditions de vie

Les mesures précédentes ne reposent que sur des critères monétaires ou administratifs. Or, la conséquence de la pauvreté, c’est aussi l’exclusion de certaines pratiques, de certaines consommations. Avoir peu, mais de quoi concrètement ? Pour mieux comprendre le phénomène, l’Insee mesure les privations d’une partie de la population, ce que les chercheurs appellent « la pauvreté en conditions de vie ». L’institut établit une liste et pose la question aux ménages : « Pouvez-vous chauffer votre logement ? », « recevoir des amis ? », « remplacer les meubles ? », etc.

En France, en 2012, 6 % des ménages n’ont pas les moyens de maintenir leur logement à la bonne température, 28 % n’ont pas assez d’argent pour partir en congés une fois par an, etc. On peut calculer un taux de pauvreté en conditions de vie en estimant que, si une personne ne répond pas à un certain nombre de critères, elle est pauvre. En 2013, si on considérait comme pauvre un ménage cumulant huit difficultés sur 27, on obtenait alors un taux de pauvreté en conditions de vie de 12,8 %.

Ce type de mesure de la pauvreté repose sur l’interrogation des ménages et il pose des difficultés méthodologiques importantes [2]. Les questions posées – comme dans tous les sondages – sont sujettes à interprétation : « joindre les deux bouts avec difficultés » ne signifie pas la même chose pour tout le monde, et en période de crise, une partie des sondés peuvent réduire leurs exigences.

La pauvreté absolue : ce qu’il faut pour vivre dignement

Enfin, on peut définir le « peu » comme les biens et services indispensables pour vivre correctement (se nourrir, se vêtir, se soigner, etc.). On qualifie ce seuil d’« absolu » (par opposition au seuil de pauvreté « relatif ») car il ne dépend pas du niveau de vie de la population. Cette méthode est utilisée aux États-Unis et dans les pays en développement. En France, la liste des biens insaisissables fonctionne de la même façon : il s’agit des biens et services dont la collectivité décide que l’on ne peut priver personne, quoi qu’il arrive. Cette liste sert à déterminer ce qui ne peut être retiré à une famille qui ne rembourse pas un emprunt. Elle comprend les vêtements, le linge de maison, les appareils de chauffage, le téléphone, etc.

La pauvreté « absolue » ne l’est pas vraiment car « l’indispensable » évolue avec le temps. Au fond, il faut la faire évoluer en fonction de la richesse du pays. Comment savoir ce qu’est une vie « correcte » ? Ce qui est « indispensable » ? Comme pour le pourcentage du seuil de pauvreté relatif, la définition du minimum vital est arbitraire. L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale a déterminé des « budgets de référence » : les biens et services minimaux pour « participer effectivement à la vie sociale », un concept proche de celui de pauvreté absolue. Mais l’organisme est arrivé à un budget minimum de 1 400 euros mensuels pour une personne seule. À ce niveau, 40 % de la population ne peut pas « participer effectivement à la vie sociale », un chiffrage qui dépasse notre conception de la pauvreté.

Inversement, le risque est d’aboutir à une liste minimaliste qui évoluerait peu, sans tenir compte du progrès de la société. C’est le cas aux États-Unis où l’ensemble a été défini au milieu des années 1960 et a peu été revalorisé, ce qui minimise la pauvreté. Même si le travail sur le sujet est relativement ignoré en France, la notion de minimum décent pour vivre reste pertinente pour mesurer la pauvreté.

Il n’existe pas de mesure « juste » ou « objective » de la pauvreté. Comprendre ce phénomène implique même certainement d’utiliser différents outils qui se complètent plus qu’ils ne se concurrencent car ils permettent d’éclairer les différentes formes que peut prendre la pauvreté. On pourra malgré tout regretter que, le plus souvent, le débat se concentre sur l’évolution de données sans toujours bien maîtriser de quoi il est question au fond, ce qui peut conduire à des contresens importants. Le travail sur la méthode est rarement séparable de l’analyse du contenu.

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités


[1Article 10 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, toujours en vigueur.


Date de première rédaction le 28 septembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Publication



Rapport sur les inégalités en France, édition 2017

Espace jeunes

illustration espace jeune

Formation

21 novembre 2017
La jeunesse face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

Participez au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017-2018

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?