Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Professions : qui gagne combien ?

Données 9 janvier 2017

Avec un salaire mensuel moyen net de 4 000 euros en moyenne, les cadres supérieurs gagnent 2,4 fois plus que les ouvriers. Chaque mois, ils disposent de 2 350 euros de plus à dépenser que les catégories populaires.

Revenus et patrimoine Catégories sociales Salaires Revenus et patrimoine

Les cadres supérieurs et chefs d’entreprise salariés, avec un salaire mensuel moyen net de 3 988 euros en équivalent temps plein, touchent 1,9 fois plus que la moyenne des salariés, 2,6 fois plus que les employés et 2,4 fois plus que les ouvriers, selon les données 2014 de l’Insee.

Chaque mois un cadre supérieur dispose de 2 350 euros de plus à dépenser qu’un salarié des catégories populaires. Il faut bien se représenter ce que cela signifie : c’est l’équivalent de deux mois complets de travail d’une personne payée au Smic. Les écarts sont encore plus importants chez les hommes parce que les cadres supérieurs masculins touchent des salaires beaucoup plus élevés en moyenne : 4 407 euros contre 3 524 euros pour les femmes.

Salaires en équivalent temps plein. Lecture : les femmes cadres supérieurs gagnent 20 % de moins que les hommes cadres (en équivalent temps plein).
Source : Insee - Données 2014 - © Observatoire des inégalités

      

Ces données concernant les fiches de paie ne représentent pas avec précision les niveaux de vie. Les cadres paient davantage d’impôts sur le revenu que les ouvriers ou les employés. Mais d’autres éléments jouent en sens inverse : ces salaires ne comprennent pas l’ensemble des avantages des salariés dont les cadres profitent bien davantage, tes que stock-options [1], les avantages en nature ou les primes. Ils ne tiennent pas compte non plus de l’ancienneté. Or les cadres sont en moyenne plus jeunes que les ouvriers et les employés : à âge équivalent, l’écart est encore plus grand. Enfin, on raisonne à temps complet, ce qui conduit à surestimer le revenu salarial réel des femmes, beaucoup plus nombreuses parmi les bas niveaux de rémunérations et les employées à temps partiel.

Des écarts « justes » ?

Ces écarts sont-ils « justes » ? C’est une question de jugement de valeur. Il faut pour cela savoir quel mérite ils récompensent. En admettant une hiérarchie des salaires, il est difficile en effet de déterminer ce qui justifie que certaines professions touchent dix fois plus que d’autres. Il ne s’agit pas de ’travail’, car personne ne peut prétendre qu’un maçon du bâtiment qui s’use sur les chantiers ’travaille’ moins qu’un cadre d’une grande entreprise. Le travail physique est mal récompensé en France, et les promotions internes sont rares. C’est l’inverse pour le travail intellectuel.

La réussite scolaire est en partie liée au milieu social d’origine et ne peut donc pas non plus totalement expliquer la récompense. Il ne peut s’agir de compenser les pertes dues aux années d’études, puisque les mieux rémunérés vont rattraper cette perte en une année environ. Enfin, il ne s’agit pas de concurrence internationale, puisqu’un grand nombre de professions en sont totalement protégées (médecins, avocats, chirurgiens). Par contre, les professions les mieux payées sont beaucoup mieux organisées collectivement pour défendre leurs niveaux de vie et les légitimer. Une partie de leur argumentation consiste, par exemple, à mettre en avant un nombre d’heures de travail très élevé alors qu’une heure de « travail » des plus qualifiés est beaucoup moins contraignante que celles de la plupart des non-qualifiée.

Pour vous situer sur l’échelle des salaires : utilisez notre outil

Photo / © Jérôme SALORT - Fotolia.com


[1Stock-option : droit attribué à un salarié d’acheter, après un délai fixé, des actions de son entreprise à un prix inférieur au cours du marché à la date d’attribution.


Date de première rédaction le 23 août 2013.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Propositions 14/02/2019
Que serait une fiscalité (plus) juste dès 2019 ?
Points de vue 11/02/2019
Qui sont les privilégiés en France ?
Données 31/01/2019
Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ?
Analyses 18/01/2019
Salaires, le grand écart
Points de vue 14/01/2019
Ras-le-bol fiscal : info ou intox ?
Données 09/01/2019
Les inégalités de revenus à la lumière du « Palma »
Le tour de la question 28/12/2018
La misère persiste en France
Analyses 21/12/2018
Pauvreté : qui arrive à s’en sortir (ou pas) ?
Données 14/12/2018
Les allocations réduisent le nombre de pauvres de cinq millions
Analyses 12/12/2018
La fiscalité française est-elle juste ?