Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Tous temps de travail confondus, quels sont les écarts de salaires ?

Données 24 novembre 2017

Tous temps de travail confondus, les cadres supérieurs touchent en moyenne trois fois plus que les employés. Les écarts de salaires sont plus élevés lorsqu’on tient compte des salaires à temps partiels qu’en comparant les salaires en équivalent temps plein.

Revenus et patrimoine Salaires

Tous temps de travail confondus, un salarié touche 1 700 euros nets mensuels en moyenne (Insee, données 2014). Il s’agit du « revenu salarial » qui inclut les salaires des personnes en temps plein mais les salaires des personnes employées en temps partiel et de celles qui n’ont travaillé que quelques mois dans l’année [1]. Le revenu salarial montre concrètement de combien les salariés disposent chaque mois pour vivre.

Les hommes touchent en moyenne 31 % de plus que les femmes, les bac + 3 deux fois plus que ceux qui ont un diplôme inférieur au bac, les cadres 2,9 fois plus que les employés. Les écarts sont encore plus importants quand on entre dans le détail des milieux sociaux. Le niveau de salaire mensuel des 10 % des cadres les mieux payés (5 700 euros) [2] est ainsi 44 fois plus grand que niveau maximum des 10 % des employés les moins bien payés (130 euros). Il est aussi 5,8 fois plus élevé que celui des cadres supérieurs les moins bien payés.

Ces données combinent à la fois les écarts liés à la hiérarchie des salaires et ceux liés la disparité du temps de travail. Une partie des différences s’explique par le choix du temps partiel par certains salariés : ces différences ne peuvent être interprétées comme des inégalités. Même s’il faut relever qu’un tiers [3] des temps partiels sont subis, que beaucoup de ces salariés occupent des plages horaires morcelées qui ne leur permettent ni de profiter pleinement de leur temps libre, ni d’accéder aux mêmes normes de consommation que les autres salariés (loisirs, vacances, etc.). Les femmes occupent 80 % des cinq millions d’emploi en temps partiel : c’est pour elles que l’écart de temps de travail réduit le plus les revenus.

Que ce temps partiel soit choisi ou subi, et même si on ne peut l’interpréter entièrement comme une inégalité, ces données révèlent les véritables niveaux de salaires perçus chaque mois, contrairement aux salaires en équivalent temps plein. Il s’agit des ressources dont disposent les salariés pour vivre et bénéficier d’une forme d’autonomie dans la société. C’est, par exemple, ce qui restera comme ressources pour une femme suite à une séparation.

Ces données permettent de mieux comprendre la réalité salariale française et notamment les niveaux de vie des catégories populaires, des femmes et des hommes. La moitié des employés et des ouvriers ont un revenu salarial inférieur à 1 300 euros environ, un quart touche au mieux 650 euros mensuels. Ces deux catégories sociales représentent à elles seules la moitié des emplois, soit 12,6 millions de personnes.

Revenu salarial net moyen de l'ensemble des salariés, tous temps de travail confondus.
Source : Insee - Données 2014 - © Observatoire des inégalités

      

Revenu salarial mensuel par catégorie sociale
Unité : euros
Limite supérieure des 10 % les moins bien payés
Revenu salarial médian*
Limite inférieure des 10 % les mieux payés
Cadres supérieurs97929175688
Professions intermédiaires49719382951
Employés13012182062
Ouvriers16613722126
Revenu salarial net de l'ensemble des salariés, tous temps de travail confondus. * Le revenu médian est celui qui partage la population en deux : la moitié des salariés gagne plus, l'autre moitié gagne moins.
Source : Insee - Données 2014 - © Observatoire des inégalités

Cet article est repris du Centre d’observation de la société.

Photo / CC Valeria Boltneva


[1Les salariés agricoles, les stagiaires et les personnes employées par des particuliers ne sont pas comptés.

[290 % touchent moins, 10 % touchent plus.

[3Proportion minimisée parce que certaines femmes sont découragées par l’état du marché du travail et ne déclarent pas souhaiter travailler à temps plein.


Date de première rédaction le 24 novembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Entretiens 15/06/2018
« Le décalage est terrible entre la France qui vit bien et les plus pauvres ». Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités
Points de vue 14/06/2018
Non, les enfants pauvres n’existent pas
Données 05/06/2018
Les inégalités de niveau de vie continuent d’augmenter
Propositions 05/06/2018
Pour réduire la pauvreté, la croissance ne suffit pas
Données 15/05/2018
La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés
Points de vue 07/05/2018
Pour combattre le populisme, il faut un impôt universel et progressif
Propositions 19/04/2018
Entreprises - Agir où se crée la richesse
Données 02/03/2018
Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ?
Données 02/03/2018
Revenus : qui gagne combien ?
Points de vue 01/03/2018
Politiques publiques - « Peut-on faire confiance aux riches ? »