Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Les allocations réduisent le nombre de pauvres de cinq millions de personnes

Données 22 janvier 2021 https://www.inegalites.fr/Les-allocations-reduisent-le-nombre-de-pauvres-de-cinq-millions - Reproduction interdite

Les prestations sociales réduisent le nombre de personnes pauvres en France de 13,7 à 8,7 millions de personnes. Sans ces mesures, 22 % de la population vivrait sous le seuil de pauvreté, contre 14 % après redistribution.

Revenus et patrimoine Pauvreté

Si notre système de prestations sociales et d’impôts n’existait pas, le taux de pauvreté en France serait de 22 %, et non de 14 %, au seuil de pauvreté fixé à 60 % du niveau de vie médian [1], selon le ministère des Solidarités [2]. Le nombre de pauvres est ainsi réduit de 14 millions à 8,8 millions de personnes. Concrètement, notre modèle social évite la pauvreté à 5,2 millions de personnes. Une grande partie des personnes concernées préfèreraient vivre de leurs propres ressources et en particulier avoir un emploi. Il n’en demeure pas moins que les aides jouent un rôle indispensable, notamment pour les plus éloignés de l’emploi (personnes âgées, handicapés par exemple).

L’impact de notre système de redistribution varie selon le type de ménage. Pour les personnes seules, le taux de pauvreté est réduit de 24 % à 16 %, au seuil de 60 %. L’effet de la protection sociale est le plus fort pour les familles, du fait des allocations familiales. Avant redistribution, le taux de pauvreté chez les couples avec trois enfants ou plus est de 36 % ; après redistribution, il passe à 18 %. Pour les familles monoparentales avec deux enfants ou plus, le taux avant redistribution atteint 60 % et baisse à 40 % après.

Taux de pauvreté avant et après redistribution
selon le type de ménage
Unité : %
Avant redistribution
Après redistribution
Personne seule23,515,9
Famille monoparentale
- un seul enfant38,924,1
- 2 enfants ou plus60,439,9
Couples
- sans enfant8,16,2
- 1 enfant12,58,1
- 2 enfants15,29,0
- 3 enfants35,618,2
Ensemble22,214,0
Seuil de pauvreté de 60 % du niveau de vie médian. Lecture : sans les impôts et les prestations sociales, 23,5 % des personnes seules vivraient sous le seuil de pauvreté. Après redistribution, 15,9 % d’entre elles sont pauvres.
Source : ministère des Solidarités – Données 2016 – © Observatoire des inégalités

L’étude du ministère des Solidarités permet de détailler l’impact des différentes mesures fiscales et des prestations sociales. Les impôts directs [3], payés principalement par les classes moyennes et aisées, a un effet sur le seuil de pauvreté, bien que la plupart des personnes modestes ne paient pas ou peu d’impôt sur le revenu. Pourquoi ? Le seuil de pauvreté dépend du niveau de vie médian. Sous l’effet des impôts, le niveau de vie des classes moyennes diminue, le seuil de pauvreté baisse donc, et avec lui le nombre de pauvres. Le taux de pauvreté dans la population est ainsi réduit de 0,8 point. C’est logique, mais cette baisse n’est liée à aucune amélioration du revenu des plus démunis.

Allocations logement, allocations familiales et minima sociaux constituent les principaux outils de diminution de la pauvreté. Chacun d’eux réduit le taux de pauvreté d’environ deux points. La prime d’activité (montant versé aux personnes aux plus bas salaires) joue un rôle plus modeste en réduisant de 0,9 point de pourcentage [4] le taux de pauvreté (mesuré au seuil de 60 % du revenu médian).

Impact des différentes mesures de redistribution sur le taux de pauvreté
Niveau
en %
Effet
en points
Pauvreté avant redistribution22,2
Pauvreté après redistribution14,0- 8,2
Soit :
- après impôts directs21,4- 0,8
- après prestations familiales19,1- 2,3
- après allocations logement17,0- 2,1
- après minima sociaux14,9- 2,1
- après prime d'activité14,0- 0,9
Seuil de pauvreté de 60 % du niveau de vie médian. Lecture : en 2016, le taux de pauvreté avant redistribution était de 22,2 %, après redistribution, il est de 14 %.
Source : ministère des Solidarités – Données 2016 – © Observatoire des inégalités

Photo / Joanna Malinowska - freestocks


[1Au seuil de 50 %, 17,1 % de la population serait pauvre sans la redistribution. Impôts et prestations sociales font reculer de 9,1 points le taux de pauvreté et de 5,8 millions le nombre de personnes pauvres, selon les données 2016 de la Drees.

[2Minima sociaux et prestations sociales, édition 2019, Drees, ministère des Solidarités, septembre 2019.

[3On ne considère pas ici les impôts indirects, comme la TVA.

[4Donnée 2016, avant la revalorisation et l’extension de la prime d’activité décidées début 2019.


Date de première rédaction le 14 décembre 2018.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Points de vue 13/04/2021
Encore plus ! Enquête sur les privilégiés qui n’en ont jamais assez
Entretiens 26/03/2021
« Le décalage entre le discours égalitariste des privilégiés et leurs actes ne passe plus »
Analyses 16/03/2021
XXe : le court siècle de l’égalité
Analyses 11/03/2021
Héritage : comment transmettre un million d’euros sans payer d’impôts
Propositions 08/03/2021
Pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes, il faut augmenter le smic
Données 05/03/2021
Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux
Données 16/02/2021
Le handicap expose à la pauvreté et aux bas niveaux de vie
Données 11/02/2021
Où vous situez-vous sur l’échelle des salaires ?
Données 11/02/2021
Pauvres, moyens ou riches ? Les revenus par type de ménage
Données 11/02/2021
Professions : qui gagne combien ?