Observatoire des inégalités
Commandez le « Rapport sur les riches en France »                               X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Conditions de vie

L’obésité chez les jeunes touche davantage les milieux populaires

Données 29 novembre 2019

L’obésité progresse chez les jeunes, mais davantage dans les milieux populaires. En classe de troisième, 7,5 % des enfants d’ouvriers sont considérés comme obèses, contre 2,7 % des enfants de cadres.

Conditions de vie Catégories sociales Santé Conditions et modes de vie

Un peu moins de 6 % des enfants d’ouvriers souffrent d’obésité en grande section de maternelle, contre 1,3 % des enfants de cadres supérieurs, soit 4,5 fois plus (selon des données 2013 du ministère de la Santé [1]). Le pourcentage est presque identique en CM2 : 5,5 % des enfants d’ouvriers souffrent d’obésité, contre 1,4 % des enfants de cadres, selon le même ministère, données 2015 [2].

En classe de troisième, la part d’enfants concernés est plus élevée qu’à l’école primaire, pour l’ensemble des milieux sociaux. Elle est de 7,5 % pour les enfants d’ouvriers et de 2,7 % pour les enfants de cadres, selon des données 2017 [3].

En un peu plus de 15 ans, de 2001 à 2017, le taux d’obésité de ces adolescents en troisième a augmenté. Il a notamment connu un net bond (+ 1,3 point) entre 2009 et 2017, en particulier chez les filles. Mais les écarts sociaux se sont réduits : le taux d’obésité a progressé davantage chez les enfants de cadres que chez les enfants d’ouvriers (+ 2 points et 0,7 point respectivement). L’obésité touche plus les milieux populaires, mais n’épargne aucune catégorie sociale.

De nombreux facteurs expliquent l’obésité des jeunes. Les habitudes de vie, différentes selon les milieux, jouent : l’alimentation (notamment la consommation de boissons hypersucrées, l’activité physique, le temps passé devant des écrans, etc. De même que la représentation que l’on a du corps, la nécessité plus ou moins importante d’être mince. En matière de corpulence, il faut être prudents. L’injonction à la maigreur est aussi, en partie, l’imposition d’un idéal corporel déterminé par les catégories favorisées. Idéal largement médiatisé et qui constitue une forme de distinction, par l’apparence physique. Ces normes évoluent au fil du temps. Ensuite, tout n’est pas social : le surpoids est aussi lié à des facteurs génétiques, indépendants des modes de vie.

Quel que soit le facteur en jeu, l’obésité constitue une maladie avec des conséquences lourdes pour les personnes concernées. Elle est aussi la source de discriminations ou de pratiques de rejet plus ou moins affichées. Encore plus difficiles à vivre quand on est jeune, notamment à l’adolescence, une période où l’on s’interroge sur ses capacités personnelles et sa place dans la société.


Source : ministère de la Santé - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données


Source : ministère de la Santé - Données 2014-2015 - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données


Source : ministère de la Santé - © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Comment définir l’obésité ?
L’obésité est définie à l’aide d’un indicateur qui s’appelle l’indice de masse corporelle (IMC). Celui-ci est égal au poids divisé par la taille au carré (la taille multipliée par la taille). En fonction de l’IMC, on détermine des seuils pour le surpoids et l’obésité. Pour les adultes, on considère que l’on est obèse quand son IMC dépasse la valeur de 30. C’est le cas d’une personne qui pèse 85 kg et qui mesure 1m60. Son IMC = 85/(1,6x1,6) = 30. Pour les enfants, le seuil de l’obésité est défini pour chaque âge et selon le sexe.

Pour en savoir plus : lire notre article « Obésité et milieux sociaux ».

Photo / © Raoul Duke - Fotolia.com


[1« La santé des élèves de grande section de maternelle en 2013 : des inégalités sociales dès le plus jeunes âges », Études et Résultats n° 920, ministère des Solidarités et de la Santé, 2015.

[2« La santé des élèves de CM2 en 2015 : un bilan contrasté selon l’origine sociale », Études et Résultats n° 993, ministère des Solidarités et de la Santé, 2017.

[3« En 2017, des adolescents plutôt en meilleure santé physique mais plus souvent en surcharge pondérale », Études et Résultats n° 1122, ministère des Solidarités et de la Santé, 2019.


Date de première rédaction le 6 octobre 2015.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Conditions de vie


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Entretiens 03/07/2020
« Les riches sont deux fois plus nombreux à partir en vacances que les pauvres, et cela depuis 30 ans ». Entretien avec Sandra Hoibian du Crédoc
Entretiens 21/04/2020
« Coronavirus : l’ampleur de la crise à venir dépendra des choix politiques »
Données 14/04/2020
Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent
Données 14/04/2020
Riches et pauvres, inégaux devant la mort
Points de vue 12/04/2020
Ce que fait le coronavirus aux inégalités
Données 02/04/2020
Une précarité énergétique qui diminue
Analyses 31/03/2020
Faut-il être riche pour être bien soigné ?
Données 19/03/2020
Qui vit dans un logement surpeuplé ?
Données 25/02/2020
Deux millions de salariés exposés à un produit cancérogène
Analyses 21/02/2020
Comment la hausse des loyers enrichit les propriétaires