Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

L’état de la pauvreté en France

Analyses 9 novembre 2017

Combien compte-t-on de pauvres en France ? Comment leur nombre évolue-t-il ? Sur ce sujet très sensible, les polémiques sont fréquentes et les points de repère manquent. L’Observatoire des inégalités publie une note de synthèse sur la pauvreté en France, avec les dernières données disponibles.

Revenus et patrimoine Pauvreté

Quel est le niveau de la pauvreté en France ? Comment évolue-t-elle ? Sur ce sujet très sensible, les polémiques sont fréquentes et les points de repère manquent. Pour permettre à chacun d’y voir plus clair, l’Observatoire des inégalités dresse l’état de la pauvreté monétaire en France, en huit pages synthétiques. Nous présentons les principaux chiffres, leur évolution et cherchons à cerner au mieux le phénomène, sans l’exagérer, comme cela est trop souvent fait. Notre synthèse présente les principales caractéristiques de la population pauvre en France [1].

La capacité est grande dans notre pays à forcer le trait, à exagérer les chiffres pour mobiliser l’attention. On n’assiste pas à une explosion de la pauvreté et de la misère. Partant de bons sentiments, le catastrophisme finit par décrédibiliser l’information et alimente la critique du modèle social français alors que notre pays est parmi ceux qui s’en sortent le mieux au monde sur ce plan jusqu’ici.

Il n’empêche : en considérant la définition la plus restrictive, c’est-à-dire le seuil de pauvreté situé à la moitié du revenu médian [2], le nombre de personnes pauvres a augmenté de 600 000 en dix ans [3]. Au cours de la même période, le taux de pauvreté est passé de 7,5 à 8 %. La décennie 2000 et plus encore, la crise déclenchée en 2008, ont marqué un retournement historique de la tendance : la pauvreté ne diminue plus en France, elle augmente. Vivre avec moins de 850 euros par mois est une réalité qui touche désormais plus de cinq millions de personnes.

Contrairement à un discours commun selon lequel la crise serait généralisée à tous les milieux, la pauvreté ne frappe pas au hasard. Une large partie de la population est à l’abri, même si la peur de la pauvreté ou du chômage s’étend. En 2014, le taux de pauvreté des employés est six fois plus élevé que celui des cadres supérieurs. Et le taux de pauvreté des non-diplômés est trois fois supérieur à celui des diplômés d’un bac + 2.

Face à ce constat largement étayé, faut-il se contenter de « donner sa chance à tout le monde » ? Les enfants et les jeunes de moins de vingt ans représentent 35,6 % des personnes pauvres en France. Suffit-il d’aider les plus méritants d’entre eux à tirer leur épingle du jeu dans une compétition scolaire puis professionnelle sans merci ? Assurément non.

Aider les enfants pauvres à réussir à l’école est un enjeu essentiel de justice sociale. Ils ne sont d’ailleurs pauvres que parce que leurs parents le sont. À l’heure où les allocations logement sont rabotées et le travail flexibilisé, c’est la situation globale des plus défavorisés qui doit nous inquiéter : celle en particulier des jeunes adultes peu diplômés qui peinent à entrer sur le marché du travail mais restent privés d’un revenu minimum, celle de toutes les personnes au chômage, en emploi précaire ou découragées face au manque d’emploi pour les moins qualifiés.

Contrairement à ce qui est dit ici ou là, les Français soutiennent massivement les plus pauvres et sont prêts à davantage de solidarité. Les soi-disant préjugés anti-pauvres ne sont colportés et reçus que par une minorité [4]. L’ampleur des cadeaux fiscaux qui viennent d’être annoncés pour les plus aisés montre clairement qu’améliorer la situation des ménages modestes n’est pas une question de moyens mais de choix politique.

Anne Brunner

« L’état de la pauvreté en France »,
Notes de l’Observatoire, n° 4, Observatoire des inégalités, novembre 2017.

Éditée avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre.

Notes de l’Observatoire
Cette note sur la pauvreté constitue une réactualisation complète de la première note parue sur le sujet en octobre 2013. Les Notes de l’Observatoire sont des publications disponibles gratuitement sur notre site. En regroupant un ensemble d’éléments publiés sur www.inegalites.fr, elles visent à fournir aux citoyens une information globale et documentée.

Voir les autres numéros des Notes de l’Observatoire.

Toute reproduction est interdite sans l’accord des auteurs.

Photo / Creative commons Pxhere


[1Voir également le rapport 2017 du Secours Catholique dont les données portent sur les personnes accueillies.

[2Revenu médian : autant touche moins, autant davantage

[3De 2005 à 2015 (dernière année disponible), selon les données de l’Insee.


Date de première rédaction le 9 novembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Entretiens 15/06/2018
« Le décalage est terrible entre la France qui vit bien et les plus pauvres »
Points de vue 14/06/2018
Non, les enfants pauvres n’existent pas
Données 05/06/2018
Les inégalités de niveau de vie continuent d’augmenter
Propositions 05/06/2018
Pour réduire la pauvreté, la croissance ne suffit pas
Données 15/05/2018
La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés
Points de vue 07/05/2018
Pour combattre le populisme, il faut un impôt universel et progressif
Propositions 19/04/2018
Entreprises - Agir où se crée la richesse
Données 02/03/2018
Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ?
Données 02/03/2018
Revenus : qui gagne combien ?
Points de vue 01/03/2018
Politiques publiques - « Peut-on faire confiance aux riches ? »