Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Conditions de vie

Activités sportives : des pratiques inégales

Données 16 octobre 2018

60 % des personnes les plus aisées pratiquent une activité sportive, contre un tiers des plus modestes. On retrouve également ces écarts selon le niveau de diplôme et la catégorie socioprofessionnelle.

Catégories sociales Conditions de vie Culture et loisirs Conditions et modes de vie

La moitié des Français âgés de 16 ans et plus déclarent pratiquer un sport ou une activité physique selon les données 2015 de l’Insee, publiées par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) [1]. « La pratique d’une activité physique et sportive joue un rôle positif sur la santé, le bien-être et l’intégration sociale des individus » rappellent les auteurs de l’étude. Pourtant, cette moyenne cache des pratiques différenciées selon le niveau de diplôme, la catégorie socioprofessionnelle et le niveau de vie.

Parmi les 20 % les plus aisés, 60 % ont pratiqué une activité physique ou sportive au cours des douze mois précédant l’enquête, contre un tiers des 20 % les plus modestes. Et, comme il est souligné dans l’étude « les plus aisés sont non seulement plus nombreux à pratiquer une activité sportive, mais ils la pratiquent aussi plus régulièrement  ».

Un quart de ceux qui ne disposent pas de diplôme font du sport, contre près des deux tiers de ceux qui sont titulaires d’un diplôme supérieur à bac + 2. Une partie de ces écarts s’explique par des facteurs comme l’âge ou le sexe : les peu diplômés sont en moyenne plus âgés, et l’âge est un déterminant majeur de la pratique sportive [2]. Si l’on raisonne « toutes choses égales par ailleurs » et que l’on tient compte de ces facteurs, les écarts en fonction du niveau de diplôme sont moins grands, mais ils persistent. La moitié de l’écart entre les bacheliers et les sans-diplôme s’explique ainsi par le seul effet du diplôme.

Un grand nombre d’éléments se conjuguent pour expliquer les inégalités dans le domaine des pratiques sportives. Le revenu est rarement le facteur qui empêche l’activité sportive elle-même : il discrimine surtout le type de pratique. Équitation, sports nautiques ou aériens, golf ne sont guère accessibles à tous. Pratiquer la course à pied l’est beaucoup plus.

Le rapport au corps joue davantage : l’attention à la prévention et le respect de normes sociales de minceur stricte ne sont pas les mêmes selon les milieux sociaux. Le sport est aussi un moyen de socialisation. Les parents « orientent » en partie les choix des enfants vers des pratiques qui leur correspondent, où les enfants se retrouveront pour partie entre milieux sociaux similaires. Les catégories sociales les plus favorisées se distinguent ainsi à la fois par leur type de pratiques sportives mais aussi par leur cumul et leur variété [3]. Au final, les cadres sont deux fois plus nombreux (64 %) que les ouvriers (37 %) à déclarer avoir eu une activité physique ou sportive au cours des douze derniers mois.

Pratique sportive selon le diplôme, la catégorie socioprofessionnelle et le revenu
Unité : %
Taux de pratique d'une activité sportive au cours des 12 derniers mois
Selon le niveau de diplôme
Aucun diplôme 25,9
Inférieur au bac 41,0
Bac 52,0
Bac + 260,1
Supérieur à bac + 2 64,1
Selon la catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs, artisans et commerçants 35,3
Cadres63,7
Professions intermédiaires 57,7
Employés 43,8
Ouvriers 37,1
Chômeurs 43,6
Étudiants et apprentis 58,7
Autres inactifs 29,6
Selon le niveau de vie
Les 20 % les plus pauvres 34,1
Les 20 % les plus riches 59,7
Ensemble47,1

Source : Insee, traitement Injep-MEOS - Données 2015 – © Observatoire des inégalités

Photo / © gstockstudio


[1« Pratiques sportives : une hausse portée par les femmes et les seniors », Injep analyses & synthèses n° 15, Injep, juillet 2018.

[2Lire « Un tiers des adultes font du sport régulièrement », Centre d’observation de la société, septembre 2018.

[3Pour aller plus loin, voir « Les pratiques culturelles et sportives des Français », Philippe Coulangeon et Yannick Lemel, Économie et statistique n° 423, Insee, 2009.


Date de première rédaction le 16 octobre 2018.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Conditions de vie


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 18/10/2018
Les pratiques culturelles selon les catégories sociales et les revenus
Analyses 18/10/2018
Rap = Opéra ?
Données 16/10/2018
Activités sportives : des pratiques inégales
Entretiens 27/07/2018
« Les riches sont deux fois plus nombreux à partir en vacances que les pauvres, et cela depuis 30 ans ». Entretien avec Sandra Hoibian du Crédoc
Données 12/07/2018
Qui va partir en vacances ?
Données 06/07/2018
L’homophobie reste présente dans la société française
Données 05/07/2018
Les homosexuels victimes de discriminations dans leur famille
Analyses 29/06/2018
Jeux d’argent : un impôt sur la fortune du pauvre
Analyses 24/05/2018
Les maîtres du temps prospèrent grâce aux flexibles
Analyses 15/05/2018
La justice française n’est pas juste