Commandez le « Rapport sur les riches en France »                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Faire un don
Revenus

La pauvreté se stabilise en France

Données 14 octobre 2022 https://www.inegalites.fr/evolution_pauvrete_annuelle - Reproduction interdite

La France compte cinq ou neuf millions de pauvres, selon la définition adoptée. La part de la population pauvre est stabilisée depuis le début des années 2000. Mais le nombre de pauvres augmente car la population s’accroit.

Revenus Pauvreté

La France compte 4,8 millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian [1] et 8,9 millions si l’on utilise le seuil de 60 %, selon les données 2020 (dernière année disponible) de l’Insee. Dans le premier cas, le taux de pauvreté (la part de personnes pauvres dans la population) est de 7,6 % et dans le second, de 13,9 %. Quelle que soit la définition que l’on utilise, les niveaux sont importants.

Les courbes de la pauvreté, pour peu qu’on prenne un peu de recul, montrent que la part de la population pauvre dans la population totale est assez stable depuis une vingtaine d’années. Les données de l’année 2020 doivent être considérées avec beaucoup de précautions (lire notre article) car l’Insee, lui-même, ne « valide » pas ses propres chiffres. D’une manière générale, il faut se méfier des variations annuelles, très commentées, mais qui peuvent résulter de changements de méthode de l’enquête de l’institut, autant que de l’évolution des revenus. Quels que soient les seuils qu’on utilise, le taux de pauvreté de 2019 est quasiment identique à celui de 1996 et a oscillé dans une fourchette d’un demi-point de pourcentage. On peut nuancer ce constat en prenant des valeurs extrêmes : le taux de pauvreté à 60 % était à son point le plus bas en 2004 (12,7 %) et il est de l’ordre de 14 % à la fin des années 2010. Ce qui n’est pas rien.

La population pauvre augmente, en gros, au rythme de la population totale. Au seuil à 50 %, on comptait quatre millions de pauvres au début des années 2000, ils sont 800 000 de plus en 2020. Au seuil à 60 %, le nombre a augmenté de plus d’1,2 million. Il y a là matière à inquiétude. Évolution en pourcentage ou en nombre, que retenir ? Tout dépend de ce que l’on cherche à mesurer. D’un côté, le rapport entre des catégories de revenus. De l’autre, un nombre de personnes, des situations.

Au fond, réfléchissons à ce que l’on mesure. Le seuil de pauvreté est calculé en fonction du niveau de vie médian : il est fixé le plus souvent à 50 % ou 60 % de ce montant. C’est un indicateur d’inégalité, pas de pauvreté absolue [2]. Quand le taux de pauvreté se stabilise, cela veut dire que, dans le temps, la même proportion de population vit à l’écart de la norme de revenus des classes moyennes. Cela signifie que les inégalités ne diminuent plus en bas de la hiérarchie des revenus, contrairement aux années 1970 où les plus pauvres se rapprochaient de la norme des classes moyennes. Au fond, notre société n’est pas marquée par l’explosion des écarts, mais plutôt comme figée. Et ce changement profond, de décennies de convergence à une longue période de maintien à distance des pauvres, est marquant.

Que s’est-il passé depuis 2020 ?

Il est très difficile de préjuger de l’évolution de la pauvreté depuis 2020, année des dernières données disponibles de l’Insee. Certes, le chômage continue à se réduire, ce qui devrait avoir un impact positif : une partie des personnes pauvres voient leurs revenus augmenter avec l’accès à l’emploi. Mais notre pays est marqué par un retour de l’inflation. A priori, les plus bas revenus devraient globalement être protégés de la hausse des prix si les prestations sociales et le smic sont bien augmentés du même pourcentage que l’inflation. Mais la hausse des prix alimentaires et de l’énergie a un impact très différent selon les ménages : ceux qui se déplacent beaucoup et dont les logements sont mal isolés notamment vont subir de fortes baisses de pouvoir d’achat. Surtout, les personnes avec de bas revenus qui ne sont pas indexés sur les prix : par exemple, les salariés situés au-dessus du smic mais en temps partiel, les travailleurs indépendants précaires, ceux qui vivent du soutien d’associations, de la famille ou d’amis. Même si on le mesure mal et qu’il est très inégal selon les ménages, le retour de l’inflation est un changement majeur et il aura un impact.

Aucune donnée disponible de 1970 à 1990 pour le seuil de 40 %. Données 2020 diffusées par l’Insee mais non validées, en raison des difficultés d’enquête rencontrées pendant la crise sanitaire.
Lecture : en 2020, 7,6 % de la population vit sous le seuil de pauvreté fixé à 50 % du niveau de vie médian.
Source : Insee – © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Données non disponibles de 1970 à 1990 pour le seuil de 40 %. Données 2020 diffusées par l’Insee mais non validées, étant donné les difficultés d’enquête rencontrées pendant la crise sanitaire.
Lecture : en 2020, 4,8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté fixé à 50 % du niveau de vie médian.
Source : Insee – © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Combien de pauvres en France ?
Seuil de pauvreté
en euros par mois
Nombre de personnes pauvres
Taux de pauvreté
en %
Seuil de pauvreté de 40 % du niveau de vie médian7522,1 millions3,2
Seuil de pauvreté de 50 %9404,8 millions7,6
Seuil de pauvreté de 60 %1 1288,9 millions13,9
Données présentées par l’Insee pour information, mais non validées. Lecture : si l'on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian (940 euros par mois pour une personne seule), 4,8 millions de personnes sont pauvres, soit 7,6 % de la population.
Source : Insee – Données 2020 – © Observatoire des inégalités

Photo / © elavuk81 - Fotolia


[1Le niveau de vie médian partage la population en deux groupes de même taille : une moitié a un niveau de vie supérieur, l’autre inférieur.

[2La pauvreté est mesurée de manière « absolue » lorsque le seuil de pauvreté est fixé, comme aux États-Unis, à partir de la valorisation d’un panier de biens et services jugés indispensables, et non à partir du niveau de vie des classes moyennes.


Date de première rédaction le 21 octobre 2013.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Modes de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Synthèse 06/12/2022
L’essentiel des données sur la pauvreté en France
Analyse 06/12/2022
Hausse des prix : quel impact sur la pauvreté ?
Point de vue 06/12/2022
La France de ceux qui n’ont rien
Proposition 17/11/2022
Comment réduire la pauvreté ? Les solutions de Pascale Novelli, du Secours catholique
Données 17/11/2022
Les personnes accueillies par le Secours catholique : portrait de la France la plus pauvre
Analyse 02/11/2022
La pauvreté paradoxale
Analyse 27/10/2022
L’impôt sur l’héritage est-il vraiment aussi impopulaire qu’on le dit ?
Données 26/10/2022
Les inégalités de revenus se stabilisent
Données 17/10/2022
À quels niveaux se situent les seuils de pauvreté en France
Données 14/10/2022
La pauvreté se stabilise en France