Observatoire des inégalités
Soutenez l'Observatoire des inégalités >>                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Éducation

Le parcours d’une génération à l’école selon l’origine sociale

Données 12 novembre 2019

Au collège, les enfants d’employés et d’ouvriers sont presque trois fois plus nombreux que les enfants de cadres supérieurs. À bac + 5, c’est l’inverse. Que s’est-il passé ?

Éducation Catégories sociales Données essentielles Origine sociale Éducation

Au collège, les enfants d’employés et d’ouvriers sont presque trois fois plus nombreux que les enfants de cadres supérieurs. Au sommet des études supérieures, à bac + 6 ou plus, les enfants de cadres supérieurs sont sept fois plus représentés. Une étude du ministère de l’Enseignement supérieur [1] décrit la trajectoire d’une génération, celle qui a obtenu le bac en 2008, tout au long de ses études. Elle met en lumière la façon dont les écarts entre milieux sociaux se creusent au fil du temps.

Suivons la trace de ces jeunes au fil de leur scolarité, en commençant par le collège. Presque tous les jeunes d’une génération vont jusqu’en troisième : l’origine des élèves représente alors à peu près la composition sociale de la population active. Au début des années 2000, 17 % des élèves étaient des enfants de cadres supérieurs, et près de la moitié avaient des parents ouvriers ou employés [2]. Ces derniers étaient donc 2,9 plus nombreux.

Ces mêmes élèves ont passé le bac en 2008. Parmi ceux qui l’ont obtenu, un tiers étaient enfants de cadres supérieurs [3] et un autre tiers enfants d’ouvriers ou d’employés. Quasiment l’égalité. La part des enfants de cadres a donc doublé et celle des enfants de milieu populaire a baissé d’un tiers. Pour ces derniers, la fin de la troisième est un moment charnière, une part d’entre eux est orientée vers des filières courtes, voire abandonnent l’école.

Dans l’enseignement supérieur, la part des enfants de milieux les moins favorisés s’amenuise au fil des études. Dans les filières courtes (bac + 2), on compte près de deux fois plus d’enfants de milieux populaires que d’enfants de cadres, mais, à bac + 5, les enfants de cadres supérieurs sont trois fois plus nombreux, et même sept fois plus pour ceux qui obtiennent les diplômes les plus élevés à partir de bac + 6.

Comment évolue la composition sociale au fil des études ?
Unité : %
Élèves de collège en 2002-2003
Bacheliers de 2008
Ensemble de ceux qui poursuivent dans le supérieur
Sortis sans diplôme de l'enseignement supérieur
Diplôme bac + 2
Diplôme bac +3/4
Diplôme bac + 5
Diplôme bac + 6 ou médecine
Agriculteurs32,62,61,92,92,82,91,0
Artisans, commerçants 108,27,79,38,18,76,42,2
Cadres supérieurs1733,036,424,521,630,552,173,2
Professions intermédiaires2023,924,124,224,828,121,712,9
Ouvriers et employés4930,827,637,040,828,516,110,1
Inactifs11,61,63,11,91,50,80,6
Ensemble100100100100100100100100
Rapport cadres / ouvriers et employés0,31,11,30,70,51,13,27,3
Ces données présentent l’évolution de la composition sociale à différents niveaux de diplôme pour une génération qui a eu le bac en 2008. Nous avons estimé la composition sociale de cette génération au collège. Lecture : parmi les bacheliers de 2008 on comptait 30,8 % d’enfants d’ouvriers et d’employés. Pour cette même génération, ils n’étaient plus que 16 % au niveau bac + 5.
Source : ministère de l'Enseignement supérieur – © Observatoire des inégalités

Au bout du compte, parmi les jeunes qui ont eu leur bac en 2008, un quart des enfants d’employés et plus du tiers des enfants d’ouvriers n’ont pas poursuivi leurs études ou n’ont obtenu aucun diplôme de l’enseignement supérieur. Seulement 14 % des enfants de cadres sont dans ce cas. 55 % des enfants de cadres supérieurs obtiennent un niveau bac + 5 ou plus, contre 23 % des enfants d’employés et 13 % des enfants d’ouvriers.

Niveau de diplôme obtenu par les bacheliers de 2008
selon leur origine sociale
Unité : %
Baccalauréat uniquement
Bac + 2
Bac + 3 ou 4
Bac + 5
Bac + 6 ou médecine
Ensemble
Agriculteurs161926381100
Artisans, commerçants261728281100
Cadres supérieurs141021496100
Professions intermédiaires221729312100
Employés262327221100
Ouvriers372921130100
Lecture : parmi les enfants d'ouvriers ayant eu leur bac en 2008, 37 % n'ont pas obtenu de diplôme supérieur et 29 % un diplôme de niveau bac + 2.
Source : ministère de l'Enseignement supérieur – © Observatoire des inégalités

Une partie de l’explication de ces inégalités se situe bien avant le bac, dès le collège et le lycée, où un tri s’opère. Les diplômes du supérieur sont marqués par les inégalités sociales car les filières du lycée elles-mêmes le sont. Les jeunes de milieux populaires sont beaucoup plus souvent orientés vers un lycée professionnel ou technologique. À niveau scolaire équivalent, une partie de ces jeunes n’osent pas non plus se diriger vers les filières prestigieuses, qui leur semblent inaccessibles. Non sans raison : l’enseignement supérieur lui-même reste élitiste et, pour certains, financièrement hors d’atteinte. Les bourses d’enseignement supérieur demeurent modestes et dans un grand nombre de filières, il est quasiment impossible de suivre convenablement ses études tout en menant une activité professionnelle.

Photo / CC-BY-NC-CD Camille Stromboni


[1« Parcours dans l’enseignement supérieur : devenir des bacheliers 2008 », Note d’information du SIES, n° 6 - Septembre 2018, ministère de l’Enseignement supérieur, 2018.

[2Calculs de l’Observatoire des inégalités d’après le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, données 2002-2003.

[3Plus exactement : avaient au moins un parent cadre supérieur.


Date de première rédaction le 11 septembre 2012.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Éducation


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 27/11/2019
École : des raisons de garder espoir
Points de vue 27/11/2019
Inégalités : oui, nous avons aussi de bonnes raisons d’espérer
Données 12/11/2019
Le parcours d’une génération à l’école selon l’origine sociale
Données 06/11/2019
L’enseignement supérieur se démocratise-t-il ?
Données 29/08/2019
Les inégalités sociales sont fortes dès le primaire et le collège
Données 29/08/2019
Du collège aux filières d’excellence, la disparition des enfants d’ouvriers
Points de vue 28/08/2019
Comment parler aux jeunes du déterminisme social ?
Données 19/06/2019
18 % de la population a un diplôme supérieur à bac +2
Données 19/06/2019
Les milieux populaires largement sous-représentés dans l’enseignement supérieur
Entretiens 14/06/2019
« L’orientation scolaire renforce les inégalités », entretien avec Agnès van Zanten, sociologue au CNRS