Commandez le « Rapport sur les riches en France »                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Faire un don
Emploi

Horaires décalés et journées discontinues : les conditions de travail des moins qualifiés

Données 13 juillet 2022 https://www.inegalites.fr/horaires-atypiques - Reproduction interdite

Travailler le soir ou le week-end rime souvent avec journées de travail discontinues et horaires imprévisibles. Les ouvriers et les employés les moins qualifiés subissent ces conditions de travail pénibles, qui ont des répercussions sur leur vie privée.

Emploi Conditions de travail

Plus du tiers des salariés déclarent être concernés par des horaires atypiques, c’est-à-dire décalés dans la journée (le soir, la nuit, tôt le matin) ou le week-end, selon l’Institut national d’études démographiques (Ined, données 2019) [1]. Une situation plus fréquente chez les salariés les moins qualifiés : plus de la moitié des femmes ouvrières non qualifiées et 60 % des hommes employés, qualifiés ou non, travaillent à contretemps du rythme de la société. Seuls 15 % des hommes cadres supérieurs sont dans ce cas.

Travailler en heures ou jours décalés par rapport au reste de la société n’est pas la seule contrainte de rythme de travail hors norme que subissent les catégories socioprofessionnelles les moins bien loties. Les employés non qualifiés, en particulier, cumulent d’autres contraintes liées au temps de travail, comme le fait de travailler en journées discontinues, c’est-à-dire avec des périodes de travail séparées par au moins trois heures de battement. Si 9 % des salariés en horaires atypiques déclarent en outre effectuer des journées de travail discontinues, contre 3 % des autres salariés, toujours selon l’Ined, 16 % des employés non qualifiés, quel que soit leur sexe, sont dans ce cas. Ces contraintes concernent aussi 11 % des ouvrières non qualifiées, soit deux fois plus que les ouvriers non qualifiés et que les femmes cadres supérieures.

À côté de journées de travail en pointillés, les salariés qui déclarent travailler selon des horaires atypiques disent aussi ne pas pouvoir prévoir leurs heures de travail à l’avance, c’est-à-dire qu’ils ne les connaissent pas un jour à l’avance, ou moins. 23 % des ouvriers qualifiés et 17 % des ouvrières qualifiées qui travaillent le soir ou le week-end ne savent ainsi pas quand ils devront retravailler d’un jour sur l’autre, ou même moins. Les professions intermédiaires sont les moins concernées par ce manque de visibilité, qui a des conséquences certaines sur la vie privée, mais aussi sur la santé des salariés.

Horaires atypiques, imprévisibles, et journées discontinues ont des répercussions concrètes sur l’organisation de la vie, les relations familiales, le fait de recevoir des amis, la possibilité de pratiquer des activités régulières. Massivement, ceux qui subissent cette situation sont les moins qualifiés. Les cadres ne sont pas épargnés, mais la flexibilité fait partie de leur fonction – qui est l’un des éléments qui légitime leur rémunération – et celle-ci est bien plus souvent choisie que chez les moins qualifiés.

Contraintes de temps de travail subies par les salariés en horaires atypiques
Unité : %
Salariés en horaires atypiques
Dont soumis à des journées discontinues*
Dont soumis à des horaires imprévisibles**
Femmes
Cadres supérieurs17,54,96,8
Professions intermédiaires29,24,54,4
Employées qualifiées26,91,66,9
Employées non qualifiées49,116,110,3
Ouvrières qualifiées51,56,217,2
Ouvrières non qualifiées55,011,212,4
Ensemble des femmes37,010,38,9
Hommes
Cadres supérieurs14,87,815,5
Professions intermédiaires26,76,47,2
Employés qualifiés59,84,67,2
Ouvriers qualifiés60,416,610,0
Ouvriers non qualifiés45,98,023,5
Ensemble des hommes35,08,114,8
Salariés de 15 à 64 ans déclarant travailler habituellement en horaires atypiques (le soir, la nuit ou le week-end).
*Journée discontinue : périodes de travail séparées par au moins trois heures de battement.
**Horaires imprévisibles : horaires de travail non connus un jour à l'avance ou moins.
Lecture : 23,5 % des ouvriers qualifiés déclarant travailler habituellement en horaires atypiques sont aussi soumis à des horaires imprévisibles.
Source : Ined d'après l'enquête Conditions de travail du ministère du Travail – Données 2019 – © Observatoire des inégalités

Photo / © Huy Phan


[1« Horaires atypiques de travail : les femmes peu qualifiées de plus en plus exposées », Population et Sociétés n° 599, Ined, avril 2022.


Date de première rédaction le 13 juillet 2022.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Emploi


Autres thèmes

> Revenus > Éducation > Modes de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 09/11/2022
Un quart des personnes en temps partiel souhaiteraient travailler plus
Synthèse 27/09/2022
L’essentiel des inégalités de conditions de travail en France
Proposition 20/09/2022
Inégalités en entreprise : comment permettre aux salariés d’agir ?
Point de vue 14/09/2022
Réduire les inégalités : pourquoi nous pouvons y croire
Proposition 13/07/2022
Pour un travail soutenable, il faut réduire les pénibilités
Données 13/07/2022
Horaires décalés et journées discontinues : les conditions de travail des moins qualifiés
Entretien 21/04/2022
« Le travailleur de la logistique, ouvrier des temps modernes », entretien avec David Gaborieau
Données 12/04/2022
Les maladies professionnelles touchent les moins qualifiés
Données 07/04/2022
Les femmes ne sont pas plus discriminées à l’embauche que les hommes
Analyse 04/03/2022
La mixité des métiers progresse, mais bien lentement