Observatoire des inégalités
Journée de formation "la jeunesse face aux inégalités"                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Loisirs et pratiques culturelles des jeunes

Analyses 26 février 2009

Les loisirs et pratiques culturelles des jeunes paraissent homogènes. Mais à y regarder de plus près, les inégalités d’accès, notamment à la culture, existent bel et bien. Une analyse de Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

Conditions de vie Ages et générations
bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Qui sont les jeunes ?

Cet article fait partie d’un dossier, réalisé par l’Observatoire des inégalités en partenariat avec Jeunesses en régions, qui dresse le portrait des 15-30 ans, aux premières loges de la crise de l’emploi et du mal logement.

Certains travaillent ou cherchent un emploi, d’autres étudient. Mais pour la plupart, la jeunesse reste et restera le temps des sorties, des soirées, du cinéma aux boites de nuit en passant par les clubs de sport. Les moins de 30 ans ont des pratiques culturelles et de loisirs plus intenses que le reste de la population. Premier loisir propre à cette génération : le temps passé avec les copains. Pour 85 % d’entre eux, c’est une activité centrale.

Les loisirs des jeunes paraissent assez homogènes : le cinéma et le sport sont leurs activités préférées. 80 % sont allés au cinéma au moins une fois dans l’année en 2006, contre 51 % de l’ensemble de la population. La pratique sportive concerne près de 90 % des jeunes adultes, dans un club ou non. Ecouter de la musique sur un baladeur, via un téléphone portable, Internet ou en allant au concert est également une pratique commune, qui dès l’adolescence distingue les jeunes, avec des styles différents, du R’n’B au rock en passant par le rap ou le métal. Chacun son style. En 2006, 46 % des moins de 29 ans sont allés au moins une fois dans l’année à un concert ou voir un spectacle. C’est le cas de 32 % de l’ensemble de la population, tous âges confondus.

Logiquement, la jeunesse est aussi l’âge de la nouveauté. Les jeunes générations adoptent beaucoup plus facilement les changements technologiques et les nouveaux outils qui vont avec. Qu’il s’agisse de se divertir, de communiquer avec son réseau d’amis ou de s’informer. Selon une étude du Crédoc [1], en 2008, 99 % des 18-24 ans ont un téléphone mobile, 89 % disposent d’au moins un micro-ordinateur à domicile, contre 17 % des plus de 70 ans. Quel usage en font-ils ? Plus d’un adolescent sur deux possède son blog, entre 18 et 24 ans un jeune sur trois a un site personnel. Les moins de 25 ans téléchargent de la musique sur Internet (59 %) ainsi que des films (47 %).

Contrairement à une idée reçue, les jeunes adultes ne passent pas une grande partie de leur temps devant la télévision, en tous cas moins que leurs aînés. Les 15-34 ans y ont passé 2h38 par jour en 2008, contre 3h37 en moyenne pour l’ensemble des plus de 15 ans [2]. Cette activité tend même à diminuer, en raison des attraits multiples de l’Internet, du jeu à la messagerie en passant par la musique.

Une partie de ces loisirs concerne l’ensemble des jeunes sans que le sexe ou l’origine sociale ait une grande influence. Les pratiques culturelles (livres, cinéma, musées, théâtre, etc.) se sont diffusées au cours des trente dernières années, notamment parce que l’élévation du niveau de diplôme se conjugue avec la croissance de l’offre (bibliothèques, patrimoine culturel, expositions notamment). Cependant à y regarder de plus près, les inégalités d’accès demeurent bel et bien présentes chez les jeunes, comme elles influencent le reste de la population en matière de pratiques culturelles.

S’inscrire à un club d’équitation ou s’offrir un mois de congé au bord de la mer n’est pas donné à tous les jeunes. Mais les inégalités d’accès aux loisirs entre jeunes de catégories sociales différentes résident autant dans des éléments matériels (niveau de vie, proximité géographique, etc.) que symboliques tels le diplôme, la maîtrise de la langue et de l’écrit ou le milieu familial. 17 % de ceux qui n’ont pas de diplôme ou au mieux le certificat d’étude sont allés au théâtre ou au concert au moins une fois dans l’année, contre 57 % de ceux qui ont un diplôme supérieur au bac (données 2000). Enfin, face aux loisirs, les rôles filles-garçons demeurent assez distincts. Pour occuper leur temps libre, les jeunes filles se tournent davantage que les garçons vers la communication entre ami(e)s (discussions, SMS, messageries instantanées…), le shopping en centre-ville ou dans les centres commerciaux, les jeunes garçons vers les jeux vidéo.

Des chiffres repères


[1Credoc « La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française (2008) »

[2Source : Médiamétrie - Médiamat Annuel 2008


Date de première rédaction le 26 février 2009.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Publication



Rapport sur les inégalités en France, édition 2017

Espace jeunes

illustration espace jeune

Formation

21 novembre 2017
La jeunesse face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

Participez au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017-2018

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?