Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Les seuils de pauvreté en France

Données 12 septembre 2017

En France, selon le seuil de pauvreté adopté, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 855 euros (seuil à 50 % du revenu médian) ou à 1 026 euros (seuil à 60 %).

Revenus et patrimoine Pauvreté

Un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs soit à 855 euros, soit à 1 026 euros (Insee, données 2016), selon la définition de la pauvreté utilisée (respectivement au seuil à 50 % et à 60 % du niveau de vie médian). Ces revenus sont mesurés après impôts et prestations sociales. Entre 2009 et 2014, le seuil de pauvreté a diminué du fait de la baisse du niveau de vie médian [1]. Le seuil à 60 % a perdu 15 euros et le seuil à 50 %, 12 euros. Après cinq années de baisse (2008-2013), les seuils de pauvreté se redressent de quelques euros par mois en 2015 et 2016, pour retrouver leur niveau de 2009.

Entre 1970 et 2009, le seuil de pauvreté à 50 % a doublé de 400 à 850 euros (en euros constants, une fois l’inflation déduite). Cette évolution est due à l’utilisation d’une définition relative de la pauvreté : le seuil de pauvreté dépend de la richesse de notre société. En dépit du ralentissement de la croissance à partir des années 1970, la France a continué à s’enrichir. Le seuil de pauvreté d’aujourd’hui, mesuré à 50 % du niveau de vie médian, est équivalent au niveau de vie médian de 1970. Une partie des pauvres d’aujourd’hui dispose de niveaux de vie proches de ceux des classes moyennes de l’époque.

À la fin des années 2000, la crise est telle que le niveau de vie médian a baissé plusieurs années consécutives, ce qui n’était jamais arrivé depuis les années 1970. Le seuil de pauvreté, calculé en proportion, a donc mécaniquement baissé aussi [2]. Depuis 2014, le niveau de vie médian a progressé à nouveau, d’où une remontée des seuils de pauvreté.

Ces données tiennent compte de l'inflation. France métropolitaine.
Source : Insee - © Observatoire des inégalités

      

Les seuils de pauvreté selon le type de ménage

Pour tenir compte de la composition des ménages, on élève le seuil de pauvreté en fonction du nombre de personnes du foyer. Vivre avec 1 026 euros ne représente pas la même chose pour une personne seule que pour une famille avec des enfants. L’Insee utilise pour cela un système de parts. Le premier adulte vaut une part entière, toutes les personnes de plus de 14 ans qui vivent dans le logement comptent pour une demi-part et les moins de 14 ans pour 0,3 part. Si chacun ne compte pas pour une part entière, c’est qu’à plusieurs on fait des économies : pas besoin d’une cuisine ou d’une salle de bain par personne, par exemple. Selon l’Insee, un couple avec deux enfants en bas âge est pauvre si ses ressources ne dépassent pas 1 800 euros (seuil à 50 %, données 2016) ou 2 155 euros (à 60 % du niveau de vie médian).

France métropolitaine.
Source : Insee – Données 2016 – © Observatoire des inégalités

      


Seuils de pauvreté mensuels selon le type de ménage
Unité : euros
Seuil à 60 %
Seuil à 50 %
Seuil à 40 %
Personnes seules1 026855684
Familles monoparentales avec un enfant de - de 14 ans1 3341 112889
Couples sans enfant1 5391 2831 026
Couples avec deux enfants de - de 14 ans2 1551 7961 436
Couples avec deux enfants de + de 14 ans2 5652 1381 710
France métropolitaine.
Source : Insee – Données 2016 – © Observatoire des inégalités
Définir le seuil de pauvreté
En France et en Europe, le seuil de pauvreté est fixé de façon relative [3]. On considère comme pauvre une personne dont les revenus sont inférieurs à un certain pourcentage du niveau de vie dit « médian ». Le niveau de vie médian est celui qui partage la population en deux, autant gagne moins, autant gagne davantage. Ce pourcentage est de plus en plus souvent fixé à 60 % du revenu médian, alors que, jusqu’en 2008, le seuil à 50 % était le plus couramment utilisé en France. Aucun seuil n’est plus objectif qu’un autre. Il s’agit d’une convention statistique. On peut tout aussi bien opter pour un seuil à 40 % ou à 70 %. L’Observatoire des inégalités publie les différents seuils mais utilise le plus souvent le seuil à 50 % dans ses analyses qu’il juge plus conforme à la réalité de la pauvreté.

Photo / © Kara - Fotolia


[1Voir « 200 000 pauvres en moins en 2012, comment est-ce possible ? », Centre d’observation de la société, septembre 2014.

[2Pour comprendre le phénomène, lire notre article « Pourquoi la crise affole les statistiques de la pauvreté ».

[3Pour une définition plus complète, lire notre article « Comment mesurer la pauvreté ? ».


Date de première rédaction le 11 octobre 2013.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 12/10/2018
Au bas de l’échelle des revenus
Analyses 11/10/2018
Le tableau de bord de la pauvreté en France
Points de vue 04/10/2018
Pauvreté : un plan cohérent, mais insuffisant
Données 27/09/2018
Le nombre d’allocataires de minima sociaux ne baisse plus
Points de vue 24/09/2018
Taxation des revenus financiers : 100 000 euros par an pour les plus riches
Points de vue 12/09/2018
De quoi les pauvres ont-ils besoin ?
Données 11/09/2018
600 000 pauvres de plus en dix ans
Données 04/09/2018
Un million de travailleurs pauvres en France
Analyses 21/08/2018
La France est l’un des pays d’Europe où la pauvreté persiste le moins
Données 19/07/2018
C’est quoi, être pauvre ?