Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Femmes et hommes

Dans la fonction publique, les femmes restent souvent des exécutantes

Données 17 janvier 2019

Près de deux tiers des emplois de la fonction publique sont occupés par des femmes. Pourtant, elles sont encore peu présentes dans les emplois d’encadrement et de direction, même si la situation s’améliore lentement.

Emploi Femmes et hommes Femmes et hommes au travail Emploi

Près des deux tiers des emplois de la fonction publique sont occupés par des femmes selon les données publiées par le ministère de l’Action et des Comptes publics [1]. Un secteur largement féminisé, contrairement au secteur privé où elles ne représentent que 46 % des emplois. Mais la présence des femmes s’amenuise à mesure que l’on grimpe dans la hiérarchie. Elles ne sont que 41 % à occuper un emploi d’encadrement supérieur et de direction.

C’est au sein de la fonction publique hospitalière (FPH) que les femmes sont les plus représentées (78 % de l’ensemble des emplois), principalement dans les filières administratives et soignantes, où près de neuf agents sur dix sont des femmes, comme, par exemple, dans les établissements hospitaliers ou les foyers-logements pour personnes âgées. Domaines où les femmes occupent près de la moitié des postes de direction : 48 % des directeurs d’hôpitaux ou encore un tiers des ingénieurs hospitaliers en chef sont des femmes.

Après la FPH, la fonction publique territoriale (FPT) est celle qui emploie le plus de femmes (61 %). Elles occupent pratiquement (95 %) tous les postes dans le secteur social et médico-social, administratif (82 %), mais les femmes sont quasiment absentes dans les services d’incendie et secours (5 %) et peu représentées dans les emplois de sécurité et de police municipale (23 %), comme dans ceux liés au sport (28 %). La représentation des femmes au sein des emplois d’encadrement et de direction de la FPT tombe en revanche à 31 %. 41 % des administrateurs territoriaux et un quart des ingénieurs territoriaux en chef, par exemple, sont des femmes.

Enfin, la fonction publique d’État (FPE) fait office de mauvais élève en matière d’égalité professionnelle. Si plus de la moitié de l’ensemble des postes sont occupés par des femmes (55 %), les emplois d’encadrement et de direction sont majoritairement masculins : seulement 33 % sont féminisés. Parmi les cadres dirigeants nommés par décret du président de la République, un quart des ambassadeurs, 17 % des préfets, un tiers des directeurs d’administration centrale des services centraux des ministères sont des femmes.

Les femmes dans la fonction publique
Unité : %
Part de femmes dans l'ensemble des emplois
Part de femmes dans les emplois d'encadrement supérieur et de direction
Fonction publique d'État55,332,7
Fonction publique territoriale61,330,8
Fonction publique hospitalière77,747,6
Ensemble de la fonction publique62,141,0
Ensemble du privé45,822,8*
* Donnée 2015.
Source : Insee, ministère de l’Action et des Comptes publics - Données 2016 – © Observatoire des inégalités

Quelle évolution ?

Les choses s’améliorent toutefois, mais à petits pas. La présence des femmes dans les plus hauts emplois d’encadrement et de direction a progressé dans les trois versants de la fonction publique entre 2010 et 2016 : + 6,2 points dans la FPE, + 6,8 points dans la FPT et + 4,1 points dans la FPH où elles étaient déjà largement présentes (43 % en 2010). En 2010, on ne comptait encore que 9 % de femmes à la tête d’une préfecture. Elles sont 16,5 % en 2016. La représentation des femmes à la tête des académies a bondi, passant de 23 % en 2010 à 48 % en 2016. La parité n’est pas très loin non plus dans les directions d’hôpitaux où elles sont 48 %, en hausse de 8 points entre 2010 et 2016.

Les femmes de la fonction publique sont massivement dirigées par des hommes. Un constat d’autant plus frappant au sein de ce secteur d’emploi très largement féminisé. Le « plafond de verre » est loin d’avoir été brisé. Alors que depuis des années les collectivités publiques vantent l’égalité femmes-hommes, elles ont bien du mal à passer à la pratique. L’égalité est encore lointaine.

Les femmes dans les emplois d'encadrement supérieur et de direction de la fonction publique
Unité : %
Part de femmes en 2010
Part de femmes en 2016
Fonction publique d'État26,532,7
Ambassadeurs8,722,7
Préfets9,216,5
Recteurs d'académie23,348,3
Directeurs d'administration centrale 25,734,2
Fonction publique territoriale24,030,8
Administrateurs territoriaux36,641,2
Ingénieurs territoriaux en chef17,224,7
Fonction publique hospitalière43,547,6
Directeurs d'hôpital40,048,4
Ingénieurs hospitaliers en chef35,533,2

Source : Insee, ministère de l’Action et des Comptes publics - Données 2016 – © Observatoire des inégalités

Photo / © shocky - Fotolia.com


[1« Rapport annuel sur l’état de la fonction publique - édition 2018 », ministère de l’Action et des Comptes publics.


Date de première rédaction le 30 octobre 2007.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Femmes et hommes


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Analyses 25/06/2019
Que pensent les Français des inégalités ?
Le tour de la question 04/06/2019
Rapport 2019 : l’essentiel sur les inégalités de mode de vie
Données 25/03/2019
Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux
Analyses 08/03/2019
Inégalités femmes-hommes : la situation des communes
Points de vue 06/03/2019
Inégalités entre les femmes et les hommes : les leurres du 8 mars
Données 05/03/2019
La durée de chômage selon le sexe et l’âge
Données 05/03/2019
L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes
Données 17/01/2019
Dans la fonction publique, les femmes restent souvent des exécutantes
Données 04/12/2018
La part des femmes progresse à l’Assemblée et au Sénat
Analyses 08/03/2018
Les filles stagnent dans les filières scientifiques de l’enseignement supérieur