Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Quels sont les seuils du sommet de la richesse ?

Données 17 juin 2020 https://www.inegalites.fr/Quels-sont-les-seuils-du-sommet-de-la-richesse - Reproduction interdite

Au sein du « club des riches », les inégalités sont énormes. On entre au sein des 10 % les plus aisés à partir de 3 133 euros par mois pour une personne seule après impôts et prestations sociales, avec 6 650 euros pour le 1 % le plus riche et 14 858 euros pour le 0,1 % du sommet de l’échelle.

Revenus et patrimoine Riches

Le seuil de richesse fixé au double du niveau de vie médian – 3 470 euros par mois après impôts et prestations sociales pour une personne seule – constitue une frontière. Au-delà de cette frontière se cachent des situations concrètes très hétéroclites. Au sein du « club des riches », les inégalités sont énormes.

Ainsi, par exemple, avec 4 000 euros par mois après impôts, un célibataire mène déjà un train de vie hors du commun. Il peut mettre de l’argent de côté, acheter un logement, s’offrir une voiture neuve et partir en vacances. Mais, avec 40 000 euros chaque mois, ce n’est pas la même chose. Il poursuit d’autres stratégies financières : l’argent perçu sert à la fois à maintenir un standing de vie extrêmement luxueux et à accumuler un patrimoine diversifié (immobilier, entreprises, œuvres d’art, etc.).

On pourrait distinguer « riches », « très riches » et « ultra-riches », que l’on situerait respectivement au niveau des 10 %, 1 % et 0,1 % les plus aisés. Avant impôts, 10 % des Français ont un revenu supérieur à 3 767 euros par mois selon l’Insee (données 2015) [1]. On entre au sein du 1 % le plus favorisé à partir d’au minimum 8 850 euros par mois et dans le top du 0,1 % avec plus de 21 658 euros. Même s’ils bénéficient d’un grand nombre de niches fiscales, les riches paient beaucoup d’impôts. Une fois ces derniers pris en compte, les seuils de revenus pour entrer dans ces catégories sont moins élevés : au minimum 3 133 euros par mois pour une personne seule pour les 10 % les plus aisés, 6 650 euros pour le 1 % et 14 858 euros pour le 0,1 %.

Seuils d’entrée dans chaque tranche de revenu
Unité : euros
Avant impôts et prestations sociales
Après impôts et prestations sociales
10 % les plus riches3 7673 133
1 % le plus riche8 8506 650
0,1 % le plus riche21 65814 858
0,01 % le plus riche58 26738 483
Revenu minimum mensuel de la catégorie, pour une personne seule. Lecture : on appartient aux 10 % les plus riches à partir de 3 767 euros par mois avant impôts ou de 3 133 euros après impôts et prestations sociales.
Source : Insee – Données 2015 – © Observatoire des inégalités

Attention : il s’agit bien de seuils, c’est-à-dire de frontières entre des tranches de revenu. Il ne faut pas les confondre avec le revenu moyen d’une tranche. Prenons nos 10 % les plus riches : on y entre à partir de 3 767 euros par mois avant impôts, mais, en moyenne, la tranche située entre les 10 % et le 1 % les plus aisés gagne à peu près 5 000 euros par mois, le 1 % touche en moyenne 14 749 euros. Une infime partie de la population, le 0,01 % le plus aisé touche 108 000 euros par mois en moyenne.

Revenu mensuel moyen de chaque tranche
Unité : euros
Revenu avant impôts et prestations sociales
90 % les plus modestes1 740
Des 10 % au 1 % le plus riche5 069
1 % le plus riche14 749
Du 1 % au 0,1 % le plus riche12 137
Du 0,1 % au 0,01 % le plus riche30 508
0,01 % le plus riche108 082
Ensemble2 170
Revenu mensuel avant impôts et prestations sociales pour une personne seule. Les données sur les plus hauts revenus doivent être utilisées avec beaucoup de précautions, plutôt comme des ordres de grandeur. Elles portent sur de très petits échantillons et un petit nombre d’individus peut faire varier sensiblement les données d’une année sur l’autre. Lecture : en moyenne, les personnes appartenant au 1 % le plus riche perçoivent 14 749 euros par mois pour une personne seule en 2015.
Source : Insee – Données 2015 – © Observatoire des inégalités


[1Voir « Les très hauts revenus en France », in Les revenus et le patrimoine des ménages, édition 2018, coll. Insee références, Insee. On raisonne toujours pour l’équivalent d’une personne seule.


Date de première rédaction le 17 juin 2020.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Analyses 23/06/2021
Encore plus ! Enquête sur les privilégiés
Données 15/06/2021
L’échelle des revenus de l’Observatoire des inégalités
Analyses 15/06/2021
Un million de salariés sous le smic ?
Analyses 02/06/2021
Crise sanitaire et inégalités : un premier bilan
Analyses 02/06/2021
La crise a gonflé le patrimoine financier des classes aisées
Analyses 02/06/2021
Crise et revenus : qui gagne, qui perd ?
L’essentiel 02/06/2021
Rapport 2021 : l’essentiel sur les inégalités de revenus
Données 27/05/2021
L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes
Points de vue 21/05/2021
Covid-19 : pourquoi nous devons tous payer l’addition
Données 14/05/2021
Qui met de l’argent de côté et combien ?