Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Les étrangers discriminés ?

Analyses 21 juin 2018

La loi punit les actes de racisme à des peines d’emprisonnement et à des amendes. Pourtant, selon leur origine, leur nom ou leur couleur de peau, les citoyens ne sont pas réellement égaux. Extrait de notre livret pédagogique Les inégalités expliquées aux jeunes.

Français et étrangers
Les inégalités expliquées aux jeunes

Cet article est extrait de notre ouvrage à vocation pédagogique Les inégalités expliquées aux jeunes, disponible à la commande sur notre site.

Ahmed et Guillaume

Ahmed et Guillaume envoient leur candidature pour un même emploi. Ils ont tous les deux le même diplôme mais Guillaume a deux fois plus de chance d’être convoqué à un entretien d’embauche. Il a également trois fois plus de chance d’obtenir un rendez-vous pour visiter un appartement, à Paris notamment, même s’il a des revenus identiques à Ahmed. Barrage à l’entrée des discothèques, contrôles de police plus fréquents... Les exemples de discriminations dans la vie de tous les jours ne manquent pas.

Des obstacles pour trouver du travail

Les immigrés sont deux fois plus souvent au chômage que les Français nés en France (17 % contre 9 %). Pourquoi ? Les étrangers sont en moyenne moins diplômés que les Français nés en France. Certains sont aussi discriminés par les employeurs. Enfin, en France, plus de cinq millions d’emplois (presque un sur cinq) sont interdits aux personnes qui n’ont pas une nationalité de l’Union européenne : elles n’ont, par exemple, pas le droit d’être, en France, professeur des écoles, facteur, contrôleur de train ou policier, etc.

Noir et ouvrier

Un noir, fils d’ambassadeur, n’a pas les mêmes difficultés qu’un noir dont le père est maçon, et la mère femme de ménage. Parce que, comme pour toutes les couleurs de peau, le milieu social dans lequel on vit compte beaucoup. Une personne originaire d’Afrique sur trois est pauvre, contre une personne sur 20 en moyenne pour l’ensemble de la population française. Pas forcément parce qu’on les rejette pour leur couleur de peau, mais plutôt parce qu’elles sont souvent moins diplômés que les autres.

Se loger : la galère

Moins riches, plus souvent au chômage, dans des emplois moins qualifiés, victimes de discriminations... Tout ça se répercute dans la vie quotidienne. Un quart des immigrés occupent un logement trop petit, près de quatre fois plus que les non-immigrés.

Immigré ou étranger c’est différent
Les étrangers sont les personnes qui n’ont pas la nationalité française. Les immigrés sont les personnes nées à l’étranger et qui sont venues en France ensuite. Mais on peut être né à l’étranger de parents français : dans ce cas, on est Français. Une partie des étrangers (dont aucun des deux parents n’est Français), environ 600 000 sur 4,2 millions, sont nés en France. Ils ont la possibilité, s’ils le veulent, de devenir Français à partir de 16 ans, mais ils ne sont pas considérés comme des immigrés. Une partie de ces derniers (2,3 millions sur 5,9 millions) sont Français : une fois arrivés en France, installés depuis longtemps en France, ils ont fait une demande pour obtenir la nationalité française.

Pourquoi certaines personnes sont-elles racistes ?

Être raciste, c’est croire qu’il existe des races et que certaines races sont supérieures à d’autres. Les personnes racistes rejettent celles qui sont différentes parce qu’elles ne parlent pas la même langue, n’ont pas la même couleur de peau, ne pratiquent pas la même religion, n’ont pas les mêmes coutumes, etc. L’immense majorité de la population n’est pas raciste, mais beaucoup ont des préjugés qui viennent d’une certaine appréhension de ce qu’on ne connaît pas, de ce qui est différent de nous. Certains rendent les étrangers responsables des problèmes de la société française : le chômage, le manque de logements, etc. Une cible facile quand la situation d’un pays n’est pas bonne.

Que faire face au racisme ?

Bien sûr, on peut porter plainte. Soit en se rendant seul dans un commissariat, soit en se faisant accompagner par des associations qui connaissent bien les lois et les droits dans ce domaine. Et comme elles ont déjà rencontré beaucoup de cas, elles peuvent guider les victimes. La meilleure façon de lutter contre le racisme, c’est de faire comprendre à tous, dès le plus jeune âge, qu’il n’y a pas de personnes supérieures aux autres. Et de combattre même les plus petites manifestations de rejet des autres.

Des enfants d’étrangers qui réussissent

Kylian Mbappé, Nicolas Sarkozy, Kenza Farah… Vous connaissez ? Tous ont un parent immigré. Ils ont tout de même réussi non ? Bien sûr, c’est caricatural, mais du métier de maçon à la fonction de Président de la République, les immigrés ont fait leur place petit à petit. Tous ne sont pas fils d’ambassadeur. Des Polonais aux Italiens en passant par les Marocains ou les Sénégalais, notre pays a toujours fini par intégrer les immigrés, qui contribuent à construire des maisons, des routes, et à fabriquer des voitures. Si la France n’avait pas fait appel à des millions de travailleurs étrangers, elle ne serait pas un pays si développé.

Les étrangers réussissent mieux à l’école

Les enfants français réussissent mieux à l’école que ceux qui ont des parents étrangers ou immigrés. Mais c’est parce que leurs parents sont plus souvent diplômés. Par contre, si on compare un enfant français et un enfant étranger ou immigré dont les parents ont le même niveau de diplôme, les enfants d’étrangers réussissent mieux ! Pour beaucoup de parents étrangers, l’école est considérée comme une véritable chance.

Où s’adresser ?
Vous êtes victimes ou témoins d’actes racistes, d’agressions, d’insultes, de discriminations, plusieurs associations peuvent vous aider : SOS Racisme, la Ligue des droits de l’homme (LDH), la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). Vous pouvez aussi contacter le Défenseur des droits. C’est une institution indépendante de l’État qui « veille au respect des droits et des libertés ». Toute personne ou organisation peut le saisir gratuitement si elle pense être discriminée, qu’elle constate par exemple qu’un policier, un gendarme, un agent de sécurité n’a pas respecté les règles de bonne conduite, qu’elle a des difficultés avec un service public (Caisses d’allocations familiales, Pôle Emploi, etc.) ou encore qu’elle estime que les droits d’un enfant ne sont pas respectés.

Les inégalités expliquées aux jeunes. Sous la direction de Nina Schmidt, édition de l’Observatoire des inégalités, avril 2018.
48 pages
ISBN : 978-2-9553059-3-5
Prix : 5 € hors frais d’envoi.
Voir le sommaire
AJOUTER AU PANIER Feuilleter quelques pages

Illustration réalisée par Damien Roudeau


Date de première rédaction le 21 juin 2018.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Notre actu


« #balancelesdiscriminations » : c’est le thème de la 6e édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité »

Newsletter

Espace jeunes

illustration espace jeune

Publication



Comprendre les inégalités

Formation

20 novembre 2018
La jeunesse face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

Au programme de la rentrée : un ouvrage pour expliquer les inégalités aux jeunes

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?