Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Europe

France, le pays où les riches sont très riches

Données 22 décembre 2017

La France est l’un des pays d’Europe où les riches sont les plus riches. Les 1 % les plus aisés reçoivent au moins 7 600 euros par mois contre 5 000 euros en moyenne dans l’Union européenne.

Europe Revenus et patrimoine Hauts revenus Revenus

En France, les riches sont très riches. Les 1 % les plus aisés ont un niveau de vie mensuel d’au moins 7 600 euros, contre 5 000 euros pour la moyenne de la population la plus riche de l’Union européenne (données moyennes de la période 2013-2015 selon Eurostat, après impôts et prestations sociales, pour une personne seule). L’Hexagone arrive en seconde position pour le niveau de vie des plus riches, juste après la Norvège très largement en tête du classement avec un niveau de vie au minimum de 9 500 euros par mois. Notre pays devance le Danemark où ce seuil est de 7 300 euros. Les 1 % les plus riches du Royaume-Uni sont moins aisés que les Français : il « suffit » de 6 600 euros par mois pour appartenir au club des ultra-riches outre-Manche. En Pologne ou en Hongrie, on appartient aux 1 % les plus riches à partir de respectivement 1 700 et 1 300 euros mensuels « seulement ».

Seuil des 1 % les plus riches
Unité : euros
Niveau de vie mensuel minimum
Norvège9 524
France7 631
Danemark7 351
Royaume-Uni6 581
Irlande6 467
Suède6 205
Finlande6 159
Allemagne6 000
Pays-Bas5 813
Belgique5 263
Italie5 156
Espagne4 371
Portugal3 046
Grèce2 627
Pologne1 715
Hongrie1 295
Union européenne à 284 976
Niveau de vie mensuel minimum des 1 % les plus riches, pour une personne, après impôts et prestations sociales.
Source : Eurostat, moyenne annuelle 2013-2015, calculs Observatoire des inégalités – © Observatoire des inégalités

Les 1 % des Français les plus riches accaparent 3,1 % du revenu national, comme les Italiens. Seuls les Portugais font mieux avec 3,3 %. En Norvège, les riches sont très riches par rapport à la moyenne européenne, mais les pauvres le sont bien moins qu’ailleurs : par conséquent, les premiers ne récupèrent « que » 2,3 % des revenus du pays, niveau le plus faible en Europe. Les très riches Britanniques sont à peu près au niveau français (3 %), les Allemands au-dessous (2,8 %).

Part des revenus des 1 % les plus riches dans le revenu global
Unité : %

Portugal3,3
France3,1
Grèce3,1
Italie3,1
Espagne3,0
Pologne3,0
Royaume-Uni3,0
Irlande2,9
Allemagne2,8
Hongrie2,7
Pays-Bas2,6
Danemark2,5
Finlande2,5
Belgique2,4
Suède2,4
Norvège2,3
Union européenne à 282,9
Niveau de vie mensuel, après impôts et prestations sociales.
Source : Eurostat, moyenne annuelle 2013-2015, calculs Observatoire des inégalités – © Observatoire des inégalités

Des écarts considérables

Il faut considérer les données de l’institut européen avec beaucoup de précautions [1], pour deux raisons : la collecte de ces données n’est pas opérée de la même façon partout en Europe et les données sur les très riches sont volatiles. Il suffit de variations exceptionnelles sur quelques individus vraiment très aisés dans l’échantillon pour faire varier la moyenne d’une année sur l’autre. Pour réduire l’impact de cette volatilité, nous avons calculé une moyenne de trois années (2013 à 2015).

Ces données donnent une indication globale. Elles invalident totalement la thèse d’une fuite des super-riches sous l’effet d’un « assommoir fiscal » utilisée comme un prétexte pour réduire les impôts des plus riches. La France est un pays où les plus aisés gagnent beaucoup d’argent. Et encore ces chiffres sont-ils mesurés après impôts et prestations sociales : la redistribution a déjà opéré. Comme ces transferts sociaux sont plutôt développés en France, cela signifie qu’avant impôts, notre pays est ultra-inégalitaire. Les cadres dirigeants du privé et les hauts fonctionnaires disposent de niveaux de rémunération bien supérieurs au reste de la population. Et les revenus de l’immobilier ou des placements financiers renforcent les écarts.

Dans notre pays, le débat se focalise souvent sur ces 1 % les plus riches qui n’ont pas bonne presse, non sans arrière-pensées. Cela permet aux « riches un peu moins riches » de reporter le mistigri de la solidarité sur une poignée d’individus aux revenus hors du commun. Reste qu’il est vrai que tout en haut de l’échelle, on vit bien mieux en France qu’ailleurs. Les mesures récentes d’allègement de l’impôt sur la fortune et de baisse de l’imposition des revenus financiers vont accroître les écarts dans les années à venir. Cela ne peut que faire grossir les tensions au sein des catégories populaires et moyennes pour qui, à l’inverse, les revenus baissent ou stagnent. Cela ne semble pas préoccuper outre-mesure la majorité.

Photo / Hans Porochelt CC-By-NC-ND


[1Eurostat publie ainsi des données sur la France que l’Insee se refuse de publier, les jugeant non suffisamment fiables, compte tenu des aléas statistiques.


Date de première rédaction le 22 décembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Europe


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Le tour de la question 11/01/2018
Les inégalités entre les femmes et les hommes en Europe
Données 22/12/2017
France, le pays où les riches sont très riches
Données 10/11/2017
La pauvreté en Europe
Données 30/09/2017
Les seuils de pauvreté en Europe
Données 02/11/2016
Les faibles niveaux d’éducation en Europe
Propositions 05/07/2016
Agir contre les inégalités en Europe en respectant les spécificités nationales
Analyses 19/11/2015
Echec scolaire et inégalités : l’école française, un plutôt bon élève en Europe
Analyses 07/04/2015
La France championne des dépenses publiques ? Une illusion
Données 20/10/2014
La part des femmes au parlement européen
Analyses 20/05/2014
Contre les inégalités : il faut agir au niveau européen