Données

Les inégalités de revenus selon les régions

L’Île-de-France est la région la plus inégalitaire, suivie de deux territoires d’outre-mer, La Réunion et la Martinique. Les écarts de revenus mensuels entre les ménages les plus riches et les plus pauvres varient de 1 913 euros dans les Pays de la Loire à 3 142 euros en Île-de-France.

Publié le 20 juillet 2023

https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-revenus-selon-les-regions - Reproduction interdite

Revenus Niveaux de vie

L’Île-de-France est la région la plus inégalitaire en termes de revenus : les 10 % les plus riches disposent de revenus minimum 4,3 fois supérieurs aux revenus maximum des 10 % les plus modestes, selon les données 2020 de l’Insee (pour une personne seule et après impôts et prestations sociales). Une situation qui s’explique notamment par le faible niveau de vie des plus pauvres (au maximum 946 euros par mois), mais surtout par celui très élevé des plus riches (au moins 4 100 euros), le plus haut de toutes les régions françaises. La Réunion arrive en seconde position des régions les plus inégalitaires : les 10 % de ses habitants les plus aisés ont un revenu au minimum 4,1 fois plus élevé (au moins 3 000 euros par mois) que celui maximum des 10 % les plus modestes (738 euros). Au troisième rang de ce classement, on trouve également un territoire d’outre-mer, la Martinique, avec un rapport de 4 entre le niveau de vie minimum des plus riches et celui maximum des plus pauvres. Des régions du sud de la France (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et Auvergne-Rhône-Alpes) se classent aussi parmi les régions où les écarts entre riches et pauvres sont importants (les plus aisés ont des revenus environ 3,5 fois plus élevés que les plus modestes).

À l’autre bout de l’échelle, les Pays de la Loire, la Bretagne, la Normandie et le Centre-Val de Loire sont les régions les moins inégalitaires : les plus aisés, avec des revenus d’au moins 3 000 euros par mois (soit presque 1,5 fois moins que les Franciliens les plus aisés), gagnent presque trois fois plus que les plus démunis.

Les inégalités de revenus selon les régions
Unité : euros
Revenu maximum des 10 % les plus pauvres
en euros
Revenu médian*
en euros
Revenu minimum des 10 % les plus riches
en euros
Écart entre le revenu minimum des 10 % les plus riches et celui maximum des 10 % les plus pauvres
en euros
Rapport entre le revenu minimum des 10 % les plus riches et celui maximum des 10 % les plus pauvres
Île-de-France9462 041 4 088 3 1424,3
La Réunion738 1 377 3 042 2 304 4,1
Martinique784 1 600 3 148 2 3644,0
Provence-Alpes-Côte d'Azur9301 8393 3042 3743,6
Corse910 1 792 3 199 2 2893,5
Auvergne-Rhône-Alpes1 038 1 926 3 433 2 3963,3
Grand Est993 1 858 3 258 2 2643,3
Occitanie943 1 785 3 095 2 1533,3
Hauts-de-France950 1 7352 960 2 0103,1
Nouvelle-Aquitaine1 024 1 8363 089 2 0653,0
Bourgogne-Franche-Comté1 040 1 843 3 091 2 0513,0
Centre-Val de Loire1 036 1 847 3 039 2 0032,9
Normandie1 031 1 8183 0061 9752,9
Bretagne1 083 1 8673 055 1 9732,8
Pays de la Loire 1 104 1 8633 017 1 9132,7
France métropolitaine9931 8673 3272 3343,4
Niveau de vie mensuel par personne après impôts et prestations sociales. *Le revenu médian partage la population en deux : la moitié gagne moins, l’autre moitié plus.
Lecture : les Franciliens les 10 % les plus riches ont un revenu minimum de 4 088 euros par mois.
Source : Insee – Données 2020 – © Observatoire des inégalités

Les inégalités de revenus peuvent également être mesurées en calculant la différence en euros entre le revenu minimum des 10 % les plus riches et celui maximum des 10 % les plus modestes. Selon cet indicateur, c’est toujours l’Île-de-France qui arrive en tête des régions les plus inégalitaires : ses habitants les 10 % les plus riches touchent au moins 3 100 euros par mois de plus que les 10 % les plus pauvres, contre 2 330 euros pour la moyenne nationale. Suivent deux régions du sud de la France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec des écarts de revenus mensuels qui se situent aux alentours de 2 400 euros entre les plus riches et les plus pauvres. Cet écart de revenus en euros est à peu près identique à La Réunion et à la Martinique, classées respectivement troisième et quatrième régions les plus inégalitaires selon cet indicateur.

Comme pour le rapport entre les revenus maximum des plus modestes et ceux minimum des plus riches, les Pays de la Loire se situent tout en bas du classement, cette fois basé sur la différence exprimée en euros entre ces niveaux de revenus. Les plus riches des habitants de cette région gagnent au minimum 1 900 euros de plus par mois que la population la plus modeste de ce territoire. En Bretagne, Normandie et Centre-Val de Loire, cet indicateur est aussi inférieur à 2 000 euros.

Ces inégalités de revenus selon les régions sont d’abord liées à la répartition des activités économiques sur le territoire. L’Île-de-France, la région où le revenu médian est le plus élevé de France (la moitié de la population gagne plus de 2 000 euros, l’autre moins) concentre les lieux de décision et donc les hauts revenus, tout en abritant aussi des populations très modestes.

Les régions du sud de la France accueillent également à la fois des cadres et des professions libérales aux hauts revenus, comme des chômeurs et des travailleurs précaires aux faibles niveaux de vie. L’ouest de la France, moins concerné par les inégalités de revenus, illustre le dynamisme économique de ces territoires, ainsi que le fait que le déclin industriel y a été moins marqué qu’ailleurs. Quant aux régions d’outre-mer, où le revenu médian des habitants est le plus bas en France (1 400 euros à La Réunion et 1 600 euros à la Martinique, soit près d’1,5 fois moins qu’en Île‑de‑France), la plus grande misère y côtoie les plus hauts revenus : la richesse y est encore moins bien répartie qu’en métropole.

Photo / Fort-de-France by Prayitno CC.

Commandez le « Rapport sur les discriminations en France »

Le « Rapport sur les discriminations en France » de l’Observatoire des inégalités réunit des données sur les discriminations, que leur motif soit la couleur de peau, l’origine, le sexe, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou encore l’appartenance syndicale. Il apporte également les explications utiles sur la définition et la mesure des discriminations.


Commander
Date de première rédaction le 5 décembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Sur ce thème