Point de vue

Immigration : les politiques pris par l’ivresse des sondages

Le débat médiatique et politique prend pour acquise la xénophobie des Français, alors que celle-ci est en recul constant. Cet état de fait devrait inciter le personnel politique à se détacher des sondages d’opinion et à s’intéresser aux autres motifs du vote d’extrême droite. Le point de vue de Louis Maurin, extrait d’une tribune parue dans le journal Le Monde.

Publié le 7 septembre 2023

https://www.inegalites.fr/Immigration-les-politiques-pris-par-l-ivresse-des-sondages - Reproduction interdite

Modes de vie Origines Catégories sociales Lien social, vie politique et justice

En France, 45 % de la population estime qu’« il y a trop d’immigrés », selon une enquête Kantar (ex-Sofres) de décembre 2022. L’affaire semble entendue : l’« opinion » rejette les immigrés. Ce chiffre, médiatisé à outrance, est un élément d’explication de la xénophobie ambiante d’une partie du personnel politique, notamment l’alignement du discours du parti Les Républicains sur celui du Rassemblement national. C’est aussi en partie pour cela que le gouvernement propose une énième loi sur l’immigration.

L’unanimisme sur ce sujet mérite quelques nuances. Ce pourcentage global rassemble le camp des « tout à fait d’accord » et celui des « plutôt d’accord ». Dans le sondage Kantar, les premiers représentent 20 % de la population, les seconds 25 %. Parmi ces derniers, une bonne partie suit le sens du débat médiatique et pense peut-être : « Après tout, puisqu’on nous le dit, c’est sans doute vrai… », ou estime que, dans certains quartiers, la ségrégation est trop grande. Résumer l’« opinion » à une seule question a peu de sens. Ainsi, en même temps, plus de 60 % des Français trouvent que « l’immigration est une source d’enrichissement culturel », selon les enquêtes de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH).

De plus, les commentateurs des sondages ne soulignent jamais que le pourcentage de ceux qui estiment qu’il y a « trop » d’immigrés est en forte baisse depuis plusieurs années. Il était de 63 % en 2005 et même de 74 % en 1995… La part des « tout à fait d’accord » était de 45 % en 1994, plus de deux fois supérieure au niveau d’aujourd’hui. La part de ceux qui pensent que « l’immigration est une source d’enrichissement culturel » n’était que de 45 % au début des années 1990.

Boucs émissaires

Les sondages ne valent que pour ce qu’ils sont : un clic sur Internet au milieu de dizaines de questions sans rapport les unes avec les autres. Une réponse à une question qu’on ne se posait pas forcément, du moins pas en ces termes. Les sondages « hument » l’air du temps, ils ne représentent que l’ombre des valeurs. Le clic sur le « oui » au « trop d’immigrés » est la conséquence de l’amplification à outrance de la parole xénophobe (que l’on pourrait qualifier de « xénophobisme »).

Il traduit aussi un ras-le-bol des classes populaires et moyennes. Les niveaux de vie des catégories populaires stagnent depuis le début des années 2000. Répondre à un sondeur qu’il y a « plutôt » trop d’immigrés, c’est une manière de dire son sentiment de ne pas être écouté face à la violence de la précarité croissante du travail, des pertes de pouvoir d’achat et des inégalités scolaires, pour ne citer que quelques exemples. Pour les classes moyennes, c’est aussi l’impression d’être le dindon de la farce de politiques qui se concentrent sur les plus pauvres et nourrissent l’épargne des riches à force de baisses d’impôts.

Le succès de l’extrême droite ne corrobore-t-il pas les sondages ? Interrogeons-nous un instant. Celui qui, en 2022, a placé dans l’urne un bulletin Marine Le Pen – comme celui qui s’est abstenu – est responsable de son vote. Est-il raciste ? Pour partie, sans doute. Dans la dernière enquête de la CNCDH, 3 % des Français se disent « plutôt » racistes et 15 % « un peu » (contre respectivement 12 % et 31 % en 2000).

Cette explication est cependant trop courte, car ce vote traduit beaucoup de choses. Par exemple, la peur de la fin d’un monde pour les catholiques. Leur part dans la population est passée de 70 % en 1981 à 32 % en 2018, selon l’enquête Arval sur les valeurs. Les mariages religieux et les baptêmes ont chuté, les églises se vident, le nombre d’ordinations de prêtres n’a jamais été aussi bas. Le « remplacement » n’a rien à voir avec l’islam, qui représente 6 % de la population, mais avec les non-croyants, dont la part a plus que doublé (de 26 % à 58 %)… Les musulmans sont les boucs émissaires d’un autre phénomène.

Sortir de l’ivresse des sondages

Le vote pour l’extrême droite exprime surtout le rejet de forces politiques qui ne parlent plus aux classes populaires. Dont les mots et les programmes, forgés par notre élite scolaire, sont inintelligibles et inadaptés à leurs besoins, à droite comme à gauche. Dans le secret de l’isoloir, l’électeur inquiet sacrifie l’immigré sur l’autel du coup de gueule et de l’appel à l’aide sans réponse depuis des années.

Suivre ce raisonnement n’empêche en rien de débattre des difficultés posées par la concentration d’immigrés dans certaines cités, par l’expression du radicalisme religieux, quel qu’il soit, et des solutions concrètes à mettre en œuvre. Les premières victimes en sont souvent les immigrés eux-mêmes. Ce même raisonnement devrait surtout conduire la classe politique à une cure de désintoxication aux sondages afin de sortir de l’ivresse dans laquelle elle se trouve. Elle doit quitter au plus vite cette bulle de communication qui la tue à petit feu et qui menace nos valeurs démocratiques.

Les partis politiques responsables devraient mener une réflexion sur les motivations profondes des électeurs et sur la fracture sociale qui mine le pays

Sauf à imaginer qu’ils se moquent, au fond, de l’avènement d’un régime autoritaire, les partis politiques responsables devraient mener une réflexion sur les motivations profondes des électeurs et sur la fracture sociale qui mine le pays, sur les programmes capables de répondre aux besoins sociaux concrets des classes populaires et moyennes, notamment dans le domaine de l’école, du logement ou des transports. Plutôt que de restreindre sans fin leurs droits, ils devraient faciliter l’insertion des étrangers vivant en France, en particulier sur le marché du travail.

Louis Maurin est directeur de l’Observatoire des inégalités
Tribune initialement parue dans le journal Le Monde, « Le pourcentage de ceux qui estiment qu’il y a “trop” d’immigrés est en forte baisse depuis plusieurs années », Le Monde, 29 août 2023.

Commandez le « Rapport sur les discriminations en France »

Le « Rapport sur les discriminations en France » de l’Observatoire des inégalités réunit des données sur les discriminations, que leur motif soit la couleur de peau, l’origine, le sexe, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou encore l’appartenance syndicale. Il apporte également les explications utiles sur la définition et la mesure des discriminations.


Commander
Date de première rédaction le 7 septembre 2023.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Sur ce thème