Le non-recours aux droits en France

29 septembre 2011 - En France, de nombreuses personnes n’ont pas recours à des droits et à des services sociaux alors qu’ils en ont la possibilité. Les niveaux de non-recours sont très variables selon les droits et services concernés.


La France dispose d’un système de prestations sociales très développé, dont l’objectif est d’aider la population disposant de faibles ressources à faire face aux difficultés pour se loger, se soigner, élever les enfants, etc. On insiste très souvent sur ceux qui profitent indûment du système en exagérant le phénomène pour pointer du doigt les plus démunis [1]. A l’opposé, certaines personnes bénéficient de ces mêmes droits sans en disposer en pratique, c’est ce qu’on nomme « le non-recours aux droits ». Selon les domaines, les taux de non-recours à ces droits et aux services sociaux varient considérablement [2].

Le non-recours aux minima sociaux

Le taux de non-recours au RMI (Revenu minimum d’insertion, remplacé aujourd’hui par le Revenu de solidarité active) s’établissait à 35 % en moyenne en France au milieu des années 1990 [3]. Ce taux est équivalent à celui observé aujourd’hui pour le RSA dit « socle » (pour les personnes sans emploi). En revanche, le taux est beaucoup plus élevé pour le « RSA activité », qui fournit un complément de revenus quand ceux liés au travail sont trop faibles. Fin 2009, quelques mois après le remplacement officiel du RMI par le RSA, on observait alors un taux de non-recours de l’ordre de 70 % [4]. Tout comme pour le RMI il y a quelques années, il convient de prendre en compte le nécessaire temps d’adaptation des usagers face à une nouvelle prestation pour expliquer en partie ce non-recours à des aides existantes. Mais cela n’explique pas tout : ce taux semble persister à un niveau élevé. Dans l’attente des résultats d’une enquête en cours sur le taux de non-recours à l’échelle nationale, les résultats locaux ne sont pas encourageants : en Gironde, alors qu’on comptabilisait fin 2009 9 600 allocataires du RSA activité, 11 300 personnes éligibles n’en bénéficiaient pas en mai 2010 [5].

Le non-recours aux prestations sociales

Des taux de non-recours importants sont également observés pour les prestations sociales concernant l’accès aux soins. En 2008, 1,5 million de personnes sur les six millions de bénéficiaires potentiels ne disposaient pas d’une CMU (Couverture maladie universelle), assurant aux plus démunis un accès gratuit aux soins [6]. Au 31 décembre 2010, une étude du Fonds CMU estimait que le nombre de personnes n’ayant pas recours à la CMU-C (Couverture maladie universelle complémentaire, mutuelle complémentaire rattachée à la couverture maladie synonyme de sécurité sociale) était de 1,7 million, soit un taux de non-recours de plus de 20 %. Plus spécifiquement, les personnes qui touchent le RSA socle, et qui sont ainsi systématiquement affiliées à la CMU-C, présentaient un taux de non-recours de 28,9 % en juin 2010 [7]. En ce qui concerne les prestations liées au logement, en revanche, les taux sont relativement faibles, mais il n’existe pas de données assez récentes pour estimer le phénomène. Le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) estimait par exemple que le taux de non-recours aux aides au logement au Havre était inférieur à 1 % en 2000 [8].

Ces données sont à prendre néanmoins avec précaution : pour certaines, la méthode peut être mise à caution, et les données obtenues ne sont pas toujours extrapolables à l’ensemble du territoire national. Ces difficultés de mesure ne sont pas dues à la qualité des enquêtes citées, mais plutôt à la difficulté de l’exercice de mesure du non-recours en tant que tel. Les personnes qui ne font pas appel à des aides qu’ils pourraient obtenir ne sont pas facilement quantifiables, en raison du manque de recoupement des divers fichiers administratifs. Comment comptabiliser des personnes non- inscrites administrativement auprès des organismes qu’ils devraient approcher pour obtenir de telles aides ?

Les causes du non-recours

Les niveaux élevés de non-recours observés pour le RSA et la CMU s’expliquent notamment par la complexité des démarches, qui peuvent décourager certaines personnes éligibles. D’autres ignorent, faute d’informations, qu’elles sont concernées par ces aides. Certains ayants droits potentiels refusent tout simplement ces aides, de peur de se voir assimilés à des « assistés » et d’être considérés comme « pauvres », ou parce qu’ils estiment une telle aide inutile ou injustifiée. L’exercice de mesure des taux de non-recours est précieux : si l’existence d’aides sociales en faveur des plus démunis est fondamentale, leur efficacité est toute aussi importante. Et pour déterminer si une politique est adaptée, il faut être capable d’en mesurer le niveau de réception.

Malheureusement, l’intérêt pour ce sujet est loin d’être à la hauteur du phénomène. Il apparaît bien faible à côté des discours actuels sur l’ « assistanat ». Des programmes scientifiques s’y intéressent cependant, au premier rang desquels l’Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services, voir en ligne).

- Pour en savoir plus : lire l’article de Philippe Warin, "Non-recours aux droits et inégalités sociales", disponible dans la rubrique recherche de l’Observatoire des inégalités.

Photo / © Delphimages - Fotolia.com

Notes

[1L’histoire économique de notre pays montre que ce phénomène n’est pas nouveau et qu’il existe toujours des « profiteurs » dans tous les milieux, qu’il s’agisse de 450 euros de RSA ou de valises de billets… Les pauvres sont plus nombreux dans la population, mais les plus riches fraudent à des niveaux supérieurs…

[2Un panel d’études (en anglais) proposé par l’Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services) permet d’avoir une vision d’ensemble de quelques études produites sur le non-recours. Voir Marie-Pierre Hamel, Philippe Warin, « Access to social rights : criteria for evaluating public sector reforms », Odenore, document de travail, avril 2011.

[3Antoine Terracol, « Coûts de perception et taux de non-recours aux prestations sous conditions de ressources », Les cahiers de la MSE, série blanche, n 2002.07, 2001.

[4Nicolas Duvoux, « Le RSA et le non-recours », La vie des idées, 1er juin 2010.

[5Nadia Okbani, « Le non-recours au RSA activité : étude auprès des allocataires de la CAF de la Gironde », Comité d’évaluation du RSA – Rapport intermédiaire 2010, pp. 51 – 56.

[6Pierre Volovitch, « Une couverture santé à deux vitesses », Observatoire des inégalités, 31 mai 2011.

[7Fonds CMU, Références n° 43, avril 2011.

[8Marie-Odile Simon, « Le non-recours aux aides personnelles au logement : l’exemple de la CAF du Havre », Recherches et prévision n° 62, 2000.

Date de rédaction le 29 septembre 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Déserts médicaux : une première cartographie

8 août 2017
8 % des français vivent dans une commune « sous-dense » en médecins généralistes. Parmi eux, 300 000 personnes sont également éloignés d’un service d’urgence et à plus de 10 minutes d’une pharmacie. L’analyse de Xavier Molénat, extrait d’Alternatives Économiques.

Une médecine de classe

26 juin 2017
La médecine française demeure une médecine de classe. Elle ne soigne pas de la même façon les malades selon leur origine sociale. Un point de vue de Maud Gelly et Laure Pitti, sociologues, extrait de la revue Agone.

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

Hétérosexuels et homosexuels : histoire d’une lente évolution vers l’égalité

3 février 2017
Jusqu’en 1990, l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale par l’Organisation mondiale de la santé. Histoire d’une lente évolution vers l’égalité.

Hétérosexualité/homosexualité : « passer de la question du droit à la question des normes », entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue.

15 décembre 2016
Le mariage pour tous constitue une avancée réelle pour l’égalité des droits entre hétérosexuels et homosexuels. Le combat à venir est un combat contre l’institution de l’hétérosexualité comme norme de référence. Entretien avec Sébastien Chauvin, sociologue au Centre en études Genre de l’université de Lausanne.

Portrait social des familles monoparentales

13 décembre 2016
Le nombre de familles monoparentales a doublé durant ces vingt dernières années, de 950 000 en 1990 à 1,8 million en 2013. Qui sont ces familles ? Quelle est leur situation au regard de la pauvreté, de l’emploi ou encore du logement ? Leur portrait social, par Valérie Schneider.

Mal-logement : aux racines de l’inquiétude

19 août 2016
Depuis les années 1970, les conditions de logement s’améliorent globalement. Comment expliquer alors que le mal-logement continue à faire débat ? Article extrait du Centre d’observation de la société.

Un toit pour tous

12 août 2016
Les conditions de logement se sont améliorées au cours des dernières décennies. Pourtant, il reste 3,8 millions de personnes mal logées aujourd’hui en France.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

FERMER