Observatoire des inégalités
Journée de formation "la jeunesse face aux inégalités"                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

Données 24 février 2017

Avec 4 % de chômeurs, les cadres supérieurs restent largement épargnés par la crise. Ce n’est pas le cas des ouvriers non qualifiés, dont le taux de chômage s’élève à 20 %.

Emploi Catégories sociales Chômage Emploi
bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Toutes les catégories sociales ne subissent pas de la même façon l’impact du manque d’emplois. Les cadres et les professions intermédiaires sont quasiment au plein emploi avec un taux de chômage respectif de 4 et 5,8 % en 2015 [1]. Le taux de chômage des ouvriers non qualifiés (20,3 %) est cinq fois plus important que celui des cadres, celui des employés (10,2 %), deux fois et demie plus.

      

Au cours des trente dernières années, et en particulier au milieu des années 1990, les professions intermédiaires et les cadres supérieurs ont connu une détérioration de leur situation vis-à-vis du chômage, mais ces catégories demeurent - avec un taux de chômage compris entre 4 et 6 % - bien en-deçà des catégories populaires. Pour les ouvriers non qualifiés, la dégradation a été beaucoup plus forte que pour tous les autres groupes sociaux. Leur taux de chômage, qui était déjà de l’ordre de 9,4 % en 1982, n’a quasiment pas cessé d’augmenter pour atteindre 17,1 % en 1997. Ce chiffre a diminué les trois années suivantes, mais il est reparti très vite à la hausse pour toucher désormais un ouvrier non qualifié sur cinq. Le taux de chômage des ouvriers qualifiés comme des employés oscille depuis les années 1980 de 6 à 11 %.

Des générations entières de populations peu diplômées – nées à partir de la fin des années 1960 – n’ont connu que le chômage de masse. Pour ces milieux populaires, il ne s’agit plus de « crise » mais d’un déséquilibre profond et durable. Un nouveau régime s’est installé sur le marché du travail. Cette situation est particulièrement marquée pour les jeunes peu qualifiés.

      
Que se passe-t-il depuis 2008 ?
Entre 2008 et 2015, le nombre de chômeurs a augmenté de 911 000. Parmi eux, 514 000 - soit plus de la moitié des chômeurs supplémentaires - étaient ouvriers ou employés, contre 163 000 professions intermédiaires et 68 000 cadres supérieurs. Durant cette période, le taux de chômage des ouvriers non qualifiés est passé de 14,7 % à 20,3 %, celui des ouvriers qualifiés de 7 % à 11,4 %. Le taux de chômage des cadres a augmenté de 2,8 à 4 %. Si l’on mesure l’évolution 2008-2015 en valeur relative (en pourcentage), la progression du nombre de chômeurs varie selon les catégories sociales : + 63 % chez les ouvriers qualifiés, + 53 % pour les professions intermédiaires, + 46 % chez les employés. Même à un niveau qui reste très faible, le chômage progresse aussi chez les cadres supérieurs de 41 % sur cette période.
      

Photo / © Pixinoo - Fotolia.com


[1Dernière année disponible pour les catégories sociales.


Date de première rédaction le 30 décembre 2012.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Publication



Rapport sur les inégalités en France, édition 2017

Espace jeunes

illustration espace jeune

Formation

21 novembre 2017
La jeunesse face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

Participez au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017-2018

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?