Données

La pauvreté selon l’activité

La moitié des personnes pauvres sont des inactifs. Le chômage expose aussi fortement à la pauvreté. Mais le travail ne protège pas entièrement. 3,4 % des salariés sont pauvres, mais ils représentent 21,7 % de l’ensemble des personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Publié le 5 janvier 2021

https://www.inegalites.fr/La-pauvrete-selon-l-activite - Reproduction interdite

Revenus Pauvreté

La moitié des personnes pauvres sont « inactives », c’est-à-dire à la retraite ou au foyer. Le taux de pauvreté des retraités (3,6 %) est deux fois moins élevé que la moyenne des adultes (7,3 %). Parmi les inactifs qui vivent sous le seuil de pauvreté, trois quarts ne sont pas des retraités. Ce sont des parents au foyer et des personnes découragées par les conditions d’emploi et qui ne recherchent plus un travail. La pauvreté touche d’abord des personnes qui ne sont pas ou plus dans l’univers professionnel, notamment des jeunes non qualifiés qui n’ont jamais réussi à y entrer compte tenu du handicap que constitue, particulièrement en France, l’absence de diplôme pour trouver un emploi.

L’autre moitié de la population pauvre est active (salariés, indépendants, chômeurs). 16,7 % sont des chômeurs [1] qui, souvent, ne touchent aucune indemnité ou un faible montant. Un tiers des personnes pauvres sont en emploi : 21,7 % des personnes situées sous le seuil de pauvreté sont des salariés et 11 % des indépendants. Si les salariés modestes représentent une part importante de la population pauvre, ils sont peu touchés par la pauvreté en proportion : seuls 3,4 % de l’ensemble des salariés sont pauvres. Un taux près de huit fois inférieur à celui des chômeurs (26,2 %).

Le manque d’emplois fait basculer des millions de personnes dans la pauvreté. Mais l’activité salariée ou indépendante ne protège plus totalement : temps partiels contraints, contrats courts, intérim et faibles rémunérations ont donné naissance à une population de travailleurs pauvres.

Source : Insee – Données 2019 – © Observatoire des inégalités

Graphique Données


La pauvreté selon l’activité
Nombre d'individus pauvres
en milliers
Taux de pauvreté
en %
Part de la population pauvre
en %
Salariés7843,421,7
Indépendants39812,211,0
Chômeurs60326,216,7
Retraités5333,614,8
Autres inactifs1 29320,735,8
Ensemble des adultes3 6107,3100
Adultes uniquement. Seuil de pauvreté fixé à 50 % du niveau de vie médian.Hors ménages étudiants. *Notamment des mères au foyer.
Lecture : parmi les adultes pauvres, 16,7 % sont des chômeurs. 26,2 % des chômeurs sont pauvres.
Source : Insee – Données 2019 – © Observatoire des inégalités
La précarité étudiante, grande inconnue
L’Insee ne mesure pas la précarité étudiante. Les étudiants qui ne vivent plus chez leurs parents, et constituent des ménages autonomes, sont exclus de ces données car on connait mal les aides que leur apportent leurs parents. Quant à ceux qui vivent chez leurs parents, ils sont considérés comme pauvres si leurs parents le sont, et non en fonction de leurs ressources propres. Le chiffre parfois cité de 19 % d’étudiants qui vivent sous le seuil de pauvreté ne concerne ainsi que les étudiants qui vivent chez leurs parents, et remonte à 2012 [2]. Selon l’Observatoire national de la vie étudiante, un étudiant sur trois exerce une activité rémunérée pendant l’année universitaire (donnée 2020), sans lien avec ses études. 8 % travaillent au moins à mi-temps (hors stages et formations en alternance), ce qui concurrence leurs études. Parmi les étudiants qui travaillent, 51 % déclarent que cette activité leur est « indispensable pour vivre ».

Photo / © elavuk81 - Fotolia.com


[1Les personnes comptées comme chômeuses par l’Insee répondent à des critères très stricts : elles n’ont pas du tout travaillé dans la semaine qui précède l’enquête, recherchent activement un emploi et sont immédiatement disponibles.

[2Au seuil de pauvreté fixé à 60 % du niveau de vie, selon « Les niveaux de vie en 2012 », Insee Première n° 1513, Insee, septembre 2014.

Commandez le « Rapport sur les discriminations en France »

Le « Rapport sur les discriminations en France » de l’Observatoire des inégalités réunit des données sur les discriminations, que leur motif soit la couleur de peau, l’origine, le sexe, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou encore l’appartenance syndicale. Il apporte également les explications utiles sur la définition et la mesure des discriminations.


Commander
Date de première rédaction le 16 juillet 2012.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Sur ce thème