Observatoire des inégalités
Journée de formation "la jeunesse face aux inégalités"                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Inégalités : quels enseignements du classement des communes ?

Analyses 18 mars 2014

L’Observatoire des inégalités, le Compas et la Gazette des communes se sont associés pour lancer une nouvelle application Internet qui permet de dresser un état des lieux en matière d’inégalités et de revenus pour toutes les communes de France métropolitaine. Quels enseignements tirer du classement des communes ? Les explications de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Territoires
bouton facebook bouton twitter Bouton imprimer

Neuilly-sur-Seine - en banlieue ouest de Paris – est de loin la ville la plus inégalitaire de France. L’indice dit de « Gini   », qui mesure l’écart entre l’égalité parfaite des revenus et la situation actuelle des villes du classement, y atteint 0,53 contre une moyenne de 0,38 pour la France (données 2010 avant impôts et prestations sociales, voir « notre méthode »). Qu’en est-il pour le reste de la France ? Pour mieux apprécier à quel niveau se situent les écarts, l’Observatoire des inégalités, le Compas, bureau d’étude spécialiste des données sociales locales, et la Gazette des communes ont lancé une nouvelle application sur Internet : le Comparateur des territoires www.comparateur-territoires.fr qui permet à chacun de disposer des données sur les revenus et les inégalités pour sa commune.
Pour permettre une analyse globale, nous avons exploité les mêmes données sous forme d’un classement des villes les plus inégalitaires et des villes les plus égalitaires à partir des chiffres des revenus 2010 [1] en nous limitant aux communes de plus de 10 000 habitants pour plus de lisibilité. Ces communes représentent la moitié de la population française. On peut en tirer plusieurs enseignements significatifs.

Plus une ville est petite, moins elle est inégalitaire

Parmi les 50 villes les plus égalitaires, on compte deux villes de plus de 30 000 habitants. Montigny-le-Bretonneux (banlieue parisienne) avec un indice de Gini   de 0,28 et Rezé près de Nantes qui affiche 0,29. La ville la plus égalitaire (parmi celles de plus de 10 000 habitants) est Plouzané avec 0,26, une commune de 11 000 habitants de la banlieue brestoise. Brest est d’ailleurs la commune de plus de 100 000 habitants la plus égalitaire (0,35) mais elle n’arrive qu’à la 461e place sur 892 au classement global.

A l’inverse, on compte peu de villes de petite taille parmi les plus inégalitaires. Denain - banlieue de Valenciennes - avec ses 20 000 habitants et Fourmies 13 000 habitants, toujours dans le département du Nord (0,46 chacune) se situent à ce niveau du fait de l’extrême faiblesse des revenus des plus démunis. Le Vésinet (16 000 habitants, 17e ville la plus inégalitaire) et Saint-Cloud (29 000 habitants, 18e rang), deux communes cossues de l’ouest parisien, constituent des cas de villes de petite taille dans notre échantillon, inégalitaires du fait de populations particulièrement aisées. Au Vésinet, les 10 % les plus riches vivent avec un niveau de vie annuel d’au moins 8 800 euros mensuels, le 2e rang dans notre classement par niveau de vie des catégories aisées.

Si nous avions considéré l’ensemble des communes quelle que soit leur population, les résultats de notre classement n’auraient pas été profondément modifiés : nous aurions retrouvé beaucoup de petites communes parmi les plus égalitaires. Globalement, le paysage territorial des inégalités est moins accentué que ne le montrent nos chiffres. C’est logique : les grandes communes concentrent aussi les logements sociaux et le parc locatif privé dégradé, là où peuvent se loger les plus pauvres. La France « périphérique » ou pavillonnaire compte beaucoup moins de pauvres et d’inégalités que les centres-villes, entre leurs quartiers huppés et leur périphérie proche [2].

Une ville peut être riche et inégalitaire, pauvre et égalitaire…

Ce classement permet de croiser niveau de vie et inégalités, et fait ainsi apparaître quatre types de villes.

Les deux premières catégories sont constituées de communes où les inégalités sont fortes. La première conjugue niveau de vie et inégalités élevés. Neuilly-sur-Seine en est l’archétype, mais on trouve aussi le Vésinet (78), Saint-Cloud (92) ou Boulogne-Billancourt (92) notamment, toutes situées entre 0,43 et 0,45. Les riches y sont plus riches qu’ailleurs, mais ces communes n’ont pas évincé l’ensemble des plus pauvres, d’où le niveau d’inégalités. Ceci dit, les 10 % les plus pauvres du Vésinet disposent d’un niveau de vie annuel équivalent à 15 000 euros, soit le revenu médian   des habitants de la ville de Nîmes…

Notre deuxième type est formé de villes où le niveau de vie est réduit mais où les écarts sont importants. On y trouve des villes comme Roubaix (0,48), Perpignan (0,46) ou Maubeuge (0,45). Ces villes doivent faire face à des difficultés économiques énormes et accueillent une population démunie importante. De taille relativement plus importante, elles ne sont pas non plus composées uniquement de populations pauvres, d’où leur niveau d’inégalités également élevé.

Dans nos deux dernières catégories les disparités de revenus sont plus faibles. Tout d’abord, une commune peut à la fois rassembler une population aisée, mais compter plutôt moins d’inégalités que la moyenne, notre troisième type. C’est le cas de Voisins-le-Bretonneux (0,28) dans les Yvelines où les 10 % les plus pauvres touchent au plus 1 400 euros par mois. Un certain nombre d’autres communes de banlieue parisienne de petite taille sont dans ce cas, mais ces îlots de populations aisées restent rares.

Enfin, on compte des communes où les niveaux de vie et les inégalités sont moindres du fait d’une faible proportion d’habitants aisés et de très pauvres. C’est notre quatrième et dernier cas, représenté par des villes comme Grand-Quevilly (0,26) près de Rouen, Gerzat (0,28) en banlieue de Clermont-Ferrand ou Trélazé (0,29) à l’est d’Angers. Si leur niveau de vie médian   est modeste, ces villes ne figurent pas parmi les plus pauvres de France.

Les villes des Dom, l’inégalité démultipliée
Nous n’avons pas repris les villes des départements et territoires d’Outre-mer dans notre classement du fait du manque de certaines données. Mais ces villes sont les plus inégalitaires de France. Au total, 20 des communes les plus inégalitaires de France (parmi les plus de 10 000 habitants) sur les 30 premières se trouvent dans les Dom… Dans une ville comme Saint-Denis de la Réunion, une partie importante de la population vit dans la misère. Avant prestations sociales, le niveau de vie annuel maximum des 10 % les plus pauvres est de… 18 euros ! Mais dans cette ville, les 10 % les plus riches vivent avec au moins 40 000 euros, soit l’équivalent du niveau de vie des couches aisées de Rennes ou de Strasbourg. Au niveau local, ces territoires sont marqués par les difficultés économiques, largement renforcées par le fait que la richesse produite est accaparée par une minorité de la population. Le coût de la vie élevé réduit encore les niveaux de vie.

Une ville inégalitaire, c’est mal ?

Le niveau des inégalités au sein d’une ville indique que des riches et des pauvres y vivent. Après tout, cela pourrait être un signe d’un relatif maintien de la mixité sociale. Pour comprendre la réalité sociale, il faudrait donc aller chercher dans chaque commune, quartier par quartier, comment se répartissent les populations. Cette posture est assez théorique. On le remarque en pratique dans nos deux premiers groupes de communes inégalitaires : riches ou pauvres, elles ne sont pas des modèles de mixité sociale. Il y a de bonnes chances que la mixité des populations aille de pair avec l’égalité même si l’on trouve moins de très très pauvres et de très très riches dans ces communes. Les villes sont plus égalitaires, aussi parce que les écarts de loyers sont moins grands. Ceci dit, cette situation n’est valable que dans les villes de revenus moyens, dans notre troisième type riche-égalitaire, les plus pauvres n’ont que rarement les moyens d’habiter la commune.

Les maires sont-ils responsables ?

Il serait imprudent de tirer de ce classement des leçons de gestion municipale à l’heure du bilan. Que pouvait faire un maire élu en 2008 face à un indicateur aussi structurel, et à l’histoire et la conjoncture économique et sociale ? Difficile d’empêcher les usines de fermer – parfois hors de sa commune d’ailleurs, on ne vit pas toujours où l’on travaille – et la population de pointer au chômage. Ceci dit, certaines villes aisées (Neuilly-sur-Seine, Saint-Maur-des-Fossés ou Nice), ont tout fait pour éviter d’avoir à accueillir les plus démunis. A l’inverse, certaines communes - comme Béziers ou Grenoble - ont continué à estimer qu’il convenait de loger les catégories populaires, en dépit des difficultés. Elles sont parfois marquées par les inégalités. La politique du logement social devrait aussi figurer au bilan qui servira à l’électeur à se prononcer en 2014.

Conclusion

Riches ou pauvres, inégales ou égales, nos communes de plus de 10 000 habitants offrent des réalités sociales très différentes. Un univers sépare le Vésinet de Maubeuge [3]. Pour partie, la collectivité compense les écarts par le biais des services publics : sans ces derniers, peu nombreux seraient les habitants des communes pauvres qui auraient accès à la santé, à la sécurité ou à l’enseignement. Ce sont justement ces habitants qui seront les plus touchés par les diminutions des dépenses publiques annoncées par le gouvernement. Enfin, la redistribution des recettes entre communes (la « péréquation » en jargon de finances publiques) reste symbolique en regard de la masse globale des dépenses, mais c’est un signe important de la participation des territoires favorisés à la solidarité nationale pour réduire l’impact de la crise dans les communes les plus pauvres.

Notre méthode
Les données présentées portent sur l’année 2010, elles ne prennent pas en compte les impôts et les prestations sociales (allocations familiales, allocations logement notamment), elles ont par conséquent, tendance à exagérer les écarts de revenus. Les chiffres sont calculés pour une unité de consommation  , soit l’équivalent d’un ménage formé d’une seule personne. Le revenu médian   est celui qui partage l’effectif en deux : autant gagnent moins et autant gagnent plus. Le terme « revenu des 10 % les plus pauvres » indique la valeur maximale perçue par cette tranche, « 10 % les plus riches » indique la valeur minimale. L’indice de Gini   compare la distribution des revenus dans le territoire à une distribution égale. Plus il est proche de zéro, plus on est proche de l’égalité. Plus il est proche de 1, plus les revenus sont inégaux.
Les 20 villes les plus inégalitaires
Revenu par personne avant impôts et prestations sociales
Département
Indice de Gini
Revenu médian mensuel en euros
Revenu mensuel minimum des 10 % les plus riches
Revenu mensuel maximum des 10 % les plus pauvres
Nombre d'habitants
Neuilly-sur-Seine920,533 70810 72699260 501
Paris750,502 0875 6074892 234 105
Roubaix590,487952 065495 028
Béziers340,471 1292 6347270 957
Denain590,467901 886020 157
Fourmies590,461 0032 1831913 010
Saint-Omer620,461 1122 6108614 893
Perpignan660,461 1612 71660117 905
Mulhouse680,461 1022 678197111 156
Gaillard740,461 6354 46321911 144
Nîmes300,451 2592 951157140 747
Montargis450,451 1482 61217315 020
Lille590,451 3443 148207226 827
Maubeuge590,459772 2756931 970
Béthune620,451 2412 83717025 766
Strasbourg670,451 3883 295284271 708
Vésinet780,453 3328 7901 27216 159
Saint-Cloud920,453 0657 3201 06329 726
Cannes060,441 4773 45746073 372
Marseille130,441 3713 085201850 602

Source : Insee - données 2010, Communes de plus de 10 000 habitants hors DOM


Les 20 villes les plus égalitaires
Revenu par personne avant impôts et prestations sociales
Département
Indice de Gini
Revenu médian mensuel en euros
Revenu mensuel minimum des 10 % les plus riches
Revenu mensuel maximum des 10 % les plus pauvres
Nombre d'habitants
Plouzaine290,261 6852 85189411 725
Coueron440,261 6412 73086418 573
Grand-Quevilly760,261 4692 43269525 160
Bois-d'Arcy780,262 1323 5941 06913 646
Cestas330,272 0913 6181 11016 409
Saint-Médard-en-Jalles330,271 9343 31298327 332
Tarnos400,271 6072 75278311 798
Sainte-Luce-sur-Loire440,271 8233 19797311 679
Wittelsheim680,271 6132 68368910 338
Mions690,271 8233 09187511 575
Chevigny-Saint-Sauveur210,281 6652 85274810 076
Betton350,281 9513 5071 03910 137
Montlouis-sur-Loire370,281 7092 94683910 448
Sassenage380,281 8533 17394110 881
Roche-la-Molière420,281 5062 62469210 330
Bouguenais440,281 6302 76273317 622
Chapelle-sur-Erdre440,282 0023 4961 08417 330
Dombasle-sur-Meurthe540,281 5312 63067310 108
Gerzat630,281 4992 56467910 398
Lieusaint770,281 6912 82465410 416

Source : Insee - données 2010, Communes de plus de 10 000 habitants hors DOM

Téléchargez les données complètes ici :

Photo / neuilly© Lotharingia - Fotolia.com


[1Voir notre article sur les revenus 2009, limité aux 100 plus grandes villes.

[2Voir « Villes, périurbain rural, quels sont les territoires les moins favorisés ? », Centre d’observation de la société, 11 janvier 2013.

[3Cela ne signifie pas que la qualité de la vie y soit meilleure et notamment ne préjuge en rien de la dynamique municipale, au contraire.


Date de première rédaction le 18 mars 2014.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Publication



Rapport sur les inégalités en France, édition 2017

Espace jeunes

illustration espace jeune

Formation

21 novembre 2017
La jeunesse face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

Participez au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017-2018

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?