Observatoire des inégalités
Soutenez l'Observatoire des inégalités >>                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

"Vie politique "

La part des femmes progresse à l’Assemblée et au Sénat

Avec 32 % de sénatrices, la parité progresse très lentement au Sénat alors que la part des femmes à l’Assemblée nationale a fortement augmenté lors des dernières élections.

L’Assemblée nationale ne compte quasiment plus de représentants des milieux populaires

À quand la parité sociale à l’Assemblée nationale ? Employés et ouvriers représentent la moitié de la population active et comptent pour dix fois moins parmi les député(e)s. Contrairement à la question du genre, la composition sociale intéresse peu, y compris dans les instances représentatives.

Inégalités : comment expliquer l’hypocrisie de la gauche ?

« Faites ce que je dis, pas ce que je fais ». La bourgeoisie culturelle s’enflamme de façon aussi ardente qu’hypocrite contre les inégalités. Au fond, elle n’a pas grand-chose à faire des catégories populaires. Comment expliquer cette situation ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Le tableau de bord de la parité en politique

29 % de sénatrices, 39 % de députées, 40 % de conseillères municipales. Le bilan de la parité en politique est de moins en moins défavorable aux femmes, sauf aux fonctions à haute responsabilité.

L’origine sociale des élus ne reflète pas la société, même au niveau local

32 % des conseillers régionaux sont des cadres supérieurs, 1 % sont des ouvriers. Le grand écart de la représentation politique.

Mandats locaux : les femmes mieux représentées

Trois femmes sont présidentes d’un conseil régional, six sont maires d’une ville de plus de cent mille habitants. Malgré la parité imposée par la loi dans les assemblées locales, les exécutifs restent peu accessibles aux femmes.

En politique, les femmes ont encore mauvais genre

Après les élections législatives, cantonales, municipales et sénatoriales de 2007-2008, la progression des élues est significative. Mais seulement si la loi est contraignante. Une analyse de Marie-Paule Mémy de l’Observatoire des inégalités.