Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir

Pauvreté et inégalités au Brésil

Analyses 5 avril 2006

Selon Jérôme Sgard, économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales, la pauvreté au Brésil n’est pas tant l’effet de la faiblesse du revenu moyen que celui de l’existence de très fortes inégalités.

Monde Revenus Éducation

Depuis plusieurs années, les politiques de libéralisation dans les économies en développement font l’objet d’une contestation croissante qui s’explique notamment par le passage difficile des réformes de structure à la croissance, l’instabilité, voire les crises financières, le partage inéquitable des coûts puis des éventuels bénéfices des réformes. Ceci empêche désormais de présenter le progrès social comme le résultat de réformes économiques abouties, ou de ne voir dans toute politique de redistribution qu’une source d’inefficience économique et donc de moindre croissance.

Dans ce débat, l’expérience du Brésil est l’une des plus intéressantes à étudier. C’est celle d’un très grand pays (180 millions d’habitants), de niveau de revenu intermédiaire (6 800 dollars par habitant en parité de pouvoir d’achat), dont l’économie a été fortement libéralisée depuis 1990. C’est aussi un pays où la distribution du revenu est extrêmement inégale, en dépit de politiques sociales relativement développées : près de 40% des dépenses publiques leur sont consacrés, soit environ 15% du Produit intérieur brut (PIB). Enfin, comme on le sait, la réduction de la pauvreté est la priorité affichée par le Président Lula da Silva, arrivé au pouvoir en janvier 2003.

Un des pays les plus inégalitaires du monde

Le constat de départ est effectivement accablant. Différents indicateurs d’inégalités convergent pour attribuer au Brésil, depuis des décennies, le record absolu des inégalités dans le monde - peut-être partagé avec l’Afrique du Sud. La présence d’une importante population recensée comme pauvre (34 %), voire indigente (14 %), n’est pas le reflet du niveau de vie moyen du pays, mais celui d’un problème distributif : dans les pays disposant d’un PIB par habitant comparable, la proportion de pauvres n’est en moyenne que de 10%. Dans la grande majorité des pays, le rapport du revenu moyen des 20 % les plus riches à celui des 20 % les plus pauvres, est inférieur à 10, avec une médiane autour de 7 (8 en France). Au Brésil, il est de 32 [1]. En d’autres termes, les plus pauvres disposent en un an du même revenu que les plus riches en onze jours. Autre exemple : 50% du revenu disponible des ménages est alloué aux 10% les plus riches, alors que les 50% les plus pauvres se partagent 10% du revenu. Sur une longue période, le bilan n’est guère plus encourageant : le niveau global des inégalités a été peu affecté par les crises économiques des vingt dernières années, tandis que la pauvreté, plus sensible à ces chocs, montre surtout une réponse lente aux phases de croissance. En d’autres termes, l’expansion économique ne suffit pas pour assurer une baisse forte et spontanée du nombre des pauvres : des politiques sociales actives sont aussi nécessaires.

Au-delà de ces chiffres globaux, le « profil » de la pauvreté est sociologiquement très marqué. Le Nordeste concentre ainsi 46% des pauvres (et 63% des indigents) alors qu’il ne représente que 30% de la population totale. Les pauvres sont sur-représentés aussi dans le secteur agricole (40% de pauvres) et informel (57%) ou dans les familles qui comptent beaucoup d’inactifs (enfants en bas âge) ; ils sont également jeunes (37% des moins de 16 ans sont pauvres) et noirs (46% de la population mais 65% des pauvres) [2]. Enfin, bien que des efforts récents aient atténué la différenciation liée au milieu de résidence, celui-ci reste aussi un facteur important : la pauvreté est maximale en milieu rural et décline régulièrement avec la taille de l’agglomération de résidence, pour atteindre son niveau le plus bas au centre des grandes métropoles [3].

L’enjeu central de l’éducation

L’analyse des déterminants de la pauvreté conduit toutefois à souligner, au Brésil comme ailleurs, le rôle central de l’éducation : 68% des Brésiliens qui n’ont pas terminé leurs quatre premières années d’études sont pauvres, contre 15% de ceux qui ont plus de huit ans d’études (et 1,9% au-delà de douze ans). L’inégalité dans la distribution du revenu reflète un effort d’éducation insuffisant, sur une très longue période. Certes des progrès ont été faits : la durée moyenne des études est passée de 3,2 à 5,3 années, entre 1976 et 1996. Mais cette moyenne reste nettement inférieure à celle de pays comparables, où elle est comprise entre 9 et 11 années d’études (Argentine, Chili, Mexique, Turquie, etc). Surtout, le niveau d’étude des plus pauvres est particulièrement bas : il est inférieur, par exemple, à celui observé en Inde, au Zimbabwe, en Tanzanie ou en Ouganda [4].

Corollaire, la mobilité sociale au Brésil est inférieure à celle observée dans la plupart des pays voisins. On observe ainsi une corrélation forte entre les niveaux relatifs d’éducation (et donc de revenu) des individus d’une génération à l’autre : la probabilité pour un brésilien d’avoir le même niveau relatif d’éducation que ses parents est de 70%. Cette corrélation inter-générationelle bien qu’en diminution reste nettement supérieure à celle observée au Pérou ou au Mexique (environ 50%), pour ne pas parler des Etats-Unis (35%) [5]. Les implications de politique publique sont renforcées par le constat récent que, parmi les déterminants sociaux du niveau d’éducation et de revenu, l’éducation des parents est la seule variable dont l’effet se soit réduit au cours des dernières décennies, autorisant une mobilité sociale plus forte. Tous les autres caractères classiques d’un environnement socio-culturel défavorable (la profession du père, la région ou la race, par exemple) pèsent autant sur les générations les plus jeunes que sur celles de leurs parents ou de leurs grands-parents. En somme, ceci confirme que l’accès à l’école est bien l’outil privilégié pour accroître la mobilité sociale et corriger l’inégalité des chances entre classes sociales [6].

Dernier élément de ce bilan, le sous-investissement dans l’éducation est d’autant plus dommageable qu’il présente au Brésil un rendement très élevé, supérieur à celui observé dans le reste de l’Amérique latine : en moyenne, une année supplémentaire d’éducation est associée à une rémunération accrue de 15%, contre, par exemple, 8,5% en Argentine ou 11,5% au Chili (voir tableau). Ce constat tient certainement en partie à un niveau moyen d’éducation moins élevé au Brésil que dans ces pays, et donc à une plus grande rareté du travail qualifié. Il ne traduit pas moins un coût d’opportunité très élevé de la sortie précoce de l’école.

Rendement de l’investissement éducatif en Amérique latine
Unité : %
Rendement
République dominicaine7,5
Argentine8,5
Venezuela9,5
Uruguay10
Chili11
Mexique12,2
Colombie13
Brésil14,2

Source : Menezes-Filho - 2001

Cependant, en comparaison avec les années 1970, on constate une diminution de trois points de pourcentage du rendement des années d’études primaires et intermédiaires. Une croissance économique limitée à 1,5% en moyenne sur les vingt dernières années s’est en effet traduite par une faible demande de main-d’œuvre et par une évolution lente vers des secteurs à contenu plus élevé en valeur ajoutée. L’accroissement du taux de chômage dans les catégories intermédiaires a pesé en particulier sur le rendement de l’éducation [7]. Quant aux plus pauvres, ils ont subi au cours des années quatre-vingt-dix une détérioration sensible des revenus du travail, compensée uniquement par l’accroissement des transferts sociaux. C’est grâce à ces transferts que, sur la dernière décennie, le bilan social brésilien apparaît légèrement plus favorable que celui de la plupart des pays voisins [8]. Enfin, au problème ancien de grande pauvreté, a pu s’ajouter une détérioration plus diffuse de la condition salariale. Selon Marcelo Neri [9], au cours des années 1990, la conjonction de réformes de structure profondes et d’une croissance faible a fragilisé une partie des classes moyennes, relativement formées et intégrées au secteur formel. Bien que limité, le risque de déclassement social ou d’un franchissement répété du seuil de pauvreté, à la hausse et à la baisse, serait plus important désormais qu’au cours des décennies antérieures.

Avec l’aimable autorisation de l’auteur, ce texte est extrait d’un article ayant fait l’objet d’une première publication dans La Lettre du CEPII, n° 229 - Décembre 2003

Photo / © jeremyculpdesign - Fotolia.com


[1R. Barros, R. Henriques, R. Mendonça, « A estabilidade inaceitavel : desigualdade e pobreza no Brasil », IPEA, Rio de Janeiro, Texto para discussao 800, juin 2001 (http://www.ipea.gov.br/). La pauvreté se définit par un seuil, en l’occurrence 1,50 dollar par jour au Brésil (70 cents pour le seuil d’indigence). Les inégalités renvoient en revanche à la structure totale de distribution des revenus, qui pourra se refléter dans un beaucoup plus grand nombre d’indices.

[2Econométriquement, l’effet de la race tend à être absorbé par celui des autres déterminants institutionnels ou sociaux du revenu (éducation, santé, accès aux infrastructures publiques, etc). En d’autres termes, cette variable ne semble pas déterminer, sur le marché du travail, un degré supplémentaire de discrimination par rapport à ceux qui ont été constitués antérieurement à l’entrée sur le marché.

[3Ferreira F. H., Lanjouw P., Neri M. (2003), « A Robust Poverty Profile for Brazil Using Multiple Data Sources », Revista Brasileira de Economia, Jan/ March, pp. 60-92. Cette étude, qui tient compte des différents niveaux de prix régionaux et utilise un seuil de pauvreté plus élevé que celui utilisé ici donne, pour une moyenne nationale de 45%, un taux de pauvreté de 78% en milieu rural, contre 32% dans les banlieues des grandes métropoles et 23% au centre.

[4Voir : Menezes-Filho, N. A. (2001), “A Evolução de Educação e seu Impacto no Mercado de Trabalho”, Rio, Instituto Futuro Brasil. Ainsi que : Neri M., Costa D. (2002), « O Tempo das Crianças » mimeo, IBRE/ FGV.

[5Behrman J., Gaviria A., Székely M., « Intergenerational mobility in Latin America », IADB/ BID, Working Paper 452, juin 2001.

[6Bourguignon F., Ferreira F. (2003), « Inequality of outcomes and inequality of opportunities in Brazil », Rio, PUC, Texto para discussão 478. (http://www.econ.puc-rio.br/). Comme le reconnaissent les auteurs, une variable majeure est cependant omise dans de cette estimation : la patrimoine des parents qui, évidemment, se transmet entre générations et qui, dans un pays dont les flux de revenus sont aussi différenciés, depuis aussi longtemps, ont nécessairement un impact majeur. Mais - surprise - aucune donnée n’existe sur ce sujet.

[7Ferreira F. H. G., Barros R. P. (1999), “The Slippery Slope : Explaining the Increase in Extreme Poverty in Urban Brazil, 1976-1996”, Banque Mondiale, Working Paper 2210.

[8Székely M. (2001), « The 1990s in Latin America : Another Decade of Persistent Inequality, but with Somewhat Lower Poverty ». IADB, Research Department Working Paper 454.

[9Conférence donnée au Cepii, le 28 octobre 2003


Date de première rédaction le 5 avril 2006.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Notre actu


Notre rapport sur la pauvreté en France, de nouveau disponible

Newsletter

Espace jeunes

illustration espace jeune

Un outil original pour comprendre les inégalités

Publication



Rapport sur les inégalités en France, édition 2019

Formation

10 mars 2020
Les jeunes face aux inégalités

Voir toutes les formations

Actualités de l'Observatoire

À quoi servent vos dons ?

Boites à outils

Questions clés
Mesurer les inégalités
Lexique
Salaire : êtes-vous riche ou pauvre ?
Patrimoine : êtes-vous fortuné ?
Niveaux de vie : où en est ma commune ?
L’évaluateur des dépenses publiques
Communes : quelle égalité hommes-femmes ?