Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Territoires

L’accueil des tout-petits inégalement réparti sur le territoire

Données 3 octobre 2013

L’accueil des enfants de moins de trois ans en structure collective propose 13 places pour 100 enfants au niveau national, mais varie de 4 à 35 selon les départements.

Territoires Conditions de vie, santé

La France comptait 373 700 places d’accueil en structure collective pour les moins de trois ans fin 2011, soit 11 300 places de plus qu’en 2010, indique une étude du ministère des Affaires sociales et de la santé [1]. Entre 2007 et 2011, on a enregistré 43 160 places de plus, soit une hausse de 13 %. Au cours de cette période, le nombre d’enfants de moins de trois ans a augmenté de 110 000. De son côté, la baisse du taux de scolarisation à deux ans a entraîné une diminution de 70 000 élèves de cet âge à l’école maternelle. C’est donc 180 000 places qu’il aurait fallu créer pour ne faire que stabiliser les besoins, auxquels le réseau des assistantes maternelles n’a pas pu répondre à lui seul. Au total, selon la Caisse nationale d’allocations familiales [2], seul un enfant sur deux de moins de trois ans (soit 1,2 million) peut être accueilli sous une forme ou une autre. Soit environ 800 000 enfants hors structures et assistantes maternelles, en grande majorité (63 % d’entre eux) gardés par leurs parents.

Alors que le nombre de places en « mono-accueil » (crèches traditionnelles qui ne proposent qu’un mode de prise en charge régulier ou occasionnel) a baissé de 90 780 à 81 520 entre 2007 et 2011, celui des crèches « multi-accueil » (plusieurs modes de prise en charge) a nettement augmenté de 136 640 à 198 330, en partie parce que certaines crèches ont fait évoluer leur offre.

Au total, notre pays compte 13 places en accueil collectif pour 100 enfants de moins de trois ans, avec des taux qui évoluent entre 4 et 35 pour 100 enfants selon les départements. Dans certains départements de l’Ouest (Côtes d’Armor, Morbihan, Manche, etc.) et du Nord de la France, il est quasiment impossible aux parents d’opter pour ce mode de garde, tant le nombre de structures est réduit.

Mais la réponse globale aux besoins des parents dépend aussi d’autres paramètres, comme le nombre d’assistantes maternelles ou le taux d’enfants scolarisés à deux ans. Tous types d’accueil confondus, les écarts entre départements vont de 29 à 106 [3] places pour 100 enfants de moins de trois ans. L’ensemble du pourtour méditerranéen est le plus en déficit, avec entre 28 et 46 places. Les parties Ouest et Est sont les plus en avance avec entre 72 et 94 places pour 100 enfants.

Voir aussi notre article : De fortes inégalités territoriales dans l’accueil des jeunes enfants

Photo / Elisavecvous via Wikimedia Commons


[1L’offre d’accueil des enfants de moins de trois ans en 2011 - Drees Études et résultats n° 840, mai 2013

[2Taux de couverture de l’accueil du jeune enfant en 2011 - Observatoire national petite enfance.

[3Le ratio peut être supérieur à 100 pour diverses raisons : en particulier les places peuvent être totalement ou partiellement utilisées par des enfants âgés de plus de 3 ans (notamment dans le cas de l’accueil par les assistantes maternelles) ; d’autre part, les enfants peuvent parfois cumuler plusieurs types d’accueil. Par exemple, un même enfant de moins de 3 ans peut être scolarisé à temps partiel et bénéficier d’un autre mode de garde sur une même journée.


Date de première rédaction le 3 octobre 2013.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Territoires


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Monde

Sur le même sujet

Analyses 25/04/2019
Chômage : quels territoires profitent le plus de la reprise ?
Analyses 11/04/2019
Ces communes où les jeunes adultes sont pauvres
Entretiens 26/03/2019
« La pauvreté du rural est surestimée », entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités
Analyses 08/03/2019
Inégalités femmes-hommes : la situation des communes
Entretiens 04/01/2019
« La marge est partout », entretien avec Samuel Depraz, géographe
Analyses 29/05/2018
Comment définir le territoire des inégalités ?
Propositions 17/05/2018
Inégalités urbaines : faire émerger la mixité
Analyses 26/04/2018
Les trois quarts des pauvres vivent hors des quartiers prioritaires
Données 13/04/2018
Quel est le taux de pauvreté dans ma commune ?
Données 16/02/2018
Niveau de vie et inégalités : comment se situe votre commune ?