Les immigrés frappés par la pauvreté et les bas revenus

23 mars 2016 - Les immigrés ont un niveau de vie inférieur d’un tiers à celui des non immigrés. Leur taux de pauvreté approche les 40 % contre 14 % en moyenne en France.


Les personnes vivant au sein d’un ménage immigré ont un niveau de vie   mensuel moyen équivalent à 1 349 euros, contre 2 012 euros pour celles vivant dans un ménage non immigré, un tiers de moins (données Insee de 2012). Cet écart varie également selon le pays d’origine des personnes de référence du ménage. Celles originaires d’Afrique ont un niveau de vie mensuel moyen de 1 183 euros, contre 1 695 euros pour celles originaires d’un pays d’Europe.

Les immigrés touchent des salaires plus faibles que les non immigrés, du fait de leur moindre ancienneté, des types d’emplois occupés, des secteurs d’activité, et de niveaux de qualifications moins élevés. Les immigrés qui n’ont pas la nationalité française sont aussi interdits d’emploi dans toute une partie de la fonction publique. Des discriminations jouent, mais de façon marginale en matière de salaires : à caractéristiques équivalentes, les immigrés ne sont pas moins payés que les autres, selon une étude de l’Insee (données 2008). La situation serait sans doute moins évidente en se concentrant sur les postes d’encadrement. Plus on monte dans la hiérarchie, moins les écarts s’expliquent par des différences de compétences ou de responsabilités, et plus ils se fondent sur de la discrimination. Il faudrait également pouvoir étudier les parcours des personnes et non simplement des photographies à un instant T.


Niveau de vie selon l'origine
Unité : euros
Niveau de vie mensuel moyen
Personnes vivant au sein d'un ménage immigré1 349
- Personne de référence née en Afrique1 183
- Personne de référence née en Europe1 695
- Personne de référence née dans un autre pays ou apatride1 292
Personnes vivant au sein d'un ménage non immigré2 012
Ensemble1 939
France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
Source : Insee - Données 2012 © Observatoire des inégalités

38 % de pauvres

38,1 % des personnes vivant dans un ménage immigré sont pauvres (au seuil de 60 % du niveau de vie médian  ), soit 3,5 fois plus que les non immigrés. Pour les personnes vivant au sein d’un ménage immigré dont la personne de référence est née en Afrique, le taux est de 43,2 %, contre 23,6 % pour celles nées en Europe.

Ces forts niveaux de pauvreté peuvent être expliqués par différents éléments :les ménages immigrés sont en moyenne plus jeunes, ils plus souvent constitués de familles et les adultes sont moins qualifiés. Ne pas bénéficier de réseaux dans l’univers professionnel, moins bien maîtriser la langue, l’interdiction de certains emplois aux étrangers hors Union européenne, les discriminations sont autant d’explications à considérer pour expliquer les écarts entre immigrés et non immigrés. Les immigrés subissent à la fois les difficultés que rencontrent en général les milieux populaires et des difficultés propres à leurs origines.


La pauvreté selon l'origine
Unité : %
Taux de pauvreté au seuil à 60 % du revenu médian
Personnes vivant au sein d'un ménage immigré38,1
- Personne de référence née en Afrique43,2
- Personne de référence née en Europe23,6
- Personne de référence née dans un autre pays ou apatride45,1
Personnes vivant au sein d'un ménage non immigré11,0
Ensemble13,9
France métropolitaine, ménages dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
Source : Insee - Données 2012 - © Observatoire des inégalités,

Pour en savoir plus :

Photo / © Ivan Constantin

Date de rédaction le 23 mars 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

FERMER