Territoires



Des taux de chômage très inégaux selon les départements

19 juillet 2017 - 6 % de chômeurs dans le Cantal, 15 % dans les Pyrénées-Orientales, le chômage ne frappe pas tous les territoires avec la même ampleur. Les départements d’Outre-mer atteignent, quant à eux, des taux supérieurs à 19 %, et même 27 % pour La Réunion.


Du Cantal aux Pyrénées-Orientales, le taux de chômage varie de 6,3 % à 15,4 % selon l’Insee (données 3e trimestre 2016). Le taux de chômage moyen national, d’environ 10 %, n’est pas représentatif des écarts qui existent selon les territoires. Plusieurs départements, le Cantal, mais aussi la Lozère ou la Mayenne ont des taux inférieurs à 7 %. Inversement, les Pyrénées-Orientales, l’Hérault, l’Aisne, le Gard, l’Aude affichent des taux supérieurs à 13 %.

Deux grands facteurs influencent le niveau du chômage dans les territoires : le dynamisme de l’activité économique d’une part, la composition de la population de l’autre. Certaines zones comptent en effet une part moins importante de personnes en âge de travailler que d’autres.

Le taux de chômage n’est pas corrélé de manière simple avec l’activité. Certains départements ont un bas niveau de chômage parce que leur dynamisme économique est faible depuis longtemps et qu’ils attirent peu de nouveaux arrivants. Prenons l’exemple de la Lozère. D’une part, les jeunes ont peu de chances d’y trouver du travail et vont chercher un emploi ailleurs, notamment dans les départements proches comme le Gard et l’Hérault où le taux de chômage est bien plus élevé en conséquence (respectivement 13,5 % et 13,9 %). D’autre part, la Lozère attire peu de nouveaux habitants. Inversement, par son dynamisme, l’Hérault (notamment l’agglomération de Montpellier) « aspire » la main d’œuvre en provenance des territoires limitrophes et du coup se retrouve avec un niveau de chômage élevé.

En revanche, certains départements comme les Yvelines (7,4 %) ou la Mayenne (6,8 %), également dynamiques économiquement, n’attirent pas autant et comptent relativement peu de chômeurs. Dans le cas de la Mayenne, la ville du Mans n’exerce pas l’attraction d’une ville comme Montpellier. Dans les Yvelines, les prix élevés des logements dans la plupart des villes dissuade les populations peu qualifiées des autres départements de venir s’y installer, d’autant que les transports en commun permettent d’y venir travailler.

Taux de chômage par département
Unité : %

Les dix départements où le chômage est le moins élevé
Cantal6,3
Lozère6,4
Mayenne6,8
Aveyron7,3
Haute-Savoie7,3
Ain7,4
Yvelines7,4
Hauts-de-Seine7,6
Jura7,7
Essonne7,7
Les dix départements où le chômage est le plus élevé
Pyrénées-Orientales15,4
Hérault13,9
Aisne13,7
Gard13,5
Aude13,4
Vaucluse12,9
Seine-Saint-Denis12,8
Aube12,6
Nord12,6
Pas-de-Calais12,3
France métropolitaine9,7

Source : Insee - Données du 3e trimestre 2016 - © Observatoire des inégalités

Le chômage dans les départements d’Outre-mer

Alors que le taux de chômage moyen est de 9,9 % en métropole en 2014 (dernière année disponible pour les DOM), les départements d’Outre-mer affichent des taux extrêmes qui varient de 19,3 % en Martinique à 26,8 % à La Réunion, département le plus touché. Ces niveaux très élevés de chômage sont liés à la situation économique de ces territoires, à leur relatif isolement et à la surreprésentation des jeunes peu qualifiés. La crise a fortement frappé des secteurs masculinisés comme le bâtiment ou l’industrie. Par ailleurs, en dépit de la « manne » touristique, ces départements peinent à développer leur activité économique. Ces territoires sont aussi marqués par de très fortes inégalités de revenus qui limitent la croissance de la demande locale et donc de l’activité.


Photo / Pôle emploi Versailles

Date de rédaction le 27 avril 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

FERMER