Le diplôme des mères et l’aide aux devoirs

1er mars 2006 - 80 % des mères ayant au maximum le niveau de fin de primaire se sentent dépassées pour aider leurs enfants au collège à faire leurs devoirs.


Quel que soit le milieu social et le niveau d’étude, les parents passent de plus en plus de temps à aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Cette aide reste très souvent l’apanage des mères, qui y consacrent en moyenne deux fois plus de temps que les pères.

Mais les enfants de parents diplômés disposent d’un avantage évident. Quand l’enfant est au collège, 80 % des mères ayant au maximum le niveau de fin de primaire se sentent dépassées pour les aider, contre un quart des mères diplômées de l’enseignement supérieur. Au total, la moitié des mères se sentent dépassées.

L’importance du travail extra-scolaire en France, ajouté à des évaluations très fréquentes, alimente l’anxiété des enfants et de leurs parents. Ce qui bénéficie aussi au secteur très lucratif du soutien scolaire.

Proportion de mères se jugeant dépassées par l'aide aux devoirs, en fonction de leur niveau de diplôme et du niveau d'étude de leurs enfants
Unité : %
Elémentaire
Collège
Lycée
Niveau de diplôme de la mère
Certificat d'études primaires308091
CAP ou BEP257278
BEPC185370
Bac professionnel ou technologique153470
Bac général93260
Enseignement supérieur52645
Ensemble225263

Source : Insee - Enquête Permanente sur les conditions de vie des ménages, éducation et famille - année scolaire 2002/2003, ensemble des ménages composés de la mère seule ou de deux parents dont l'un des enfants est scolarisé en élémentaire, au collège ou au lycée.

Photo / © Ella - Fotolia.com

Date de rédaction le 1er mars 2006

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Pourquoi les enfants d’immigrés réussissent mieux à l’école que les autres

9 octobre 2012
En apparence, les jeunes d’origine immigrée réussissent moins bien que les autres à l’école. Mais si l’on tient compte de leur milieu social, c’est tout l’inverse...

FERMER