Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent

23 février 2016 - A 35 ans, un homme cadre supérieur a une espérance de vie de 49 ans, un ouvrier, de 42 ans, soit six ans d’écart. Chez les femmes, la différence est deux fois moindre.


A 35 ans, un homme cadre peut espérer vivre jusqu’à 84 ans, contre 77,6 ans pour un ouvrier, selon l’Insee (donnée moyenne entre 2009 et 2013), soit plus de six ans d’écart. L’espérance de vie à 35 ans d’une femme cadre est de 53 ans (elle peut espérer vivre jusqu’à 88 ans) contre 49,8 ans pour une ouvrière (qui peut espérer vivre jusqu’à 84,8 années), soit trois années de différence.

Les inégalités d’espérance de vie entre milieux sociaux résultent d’un ensemble de facteurs. La qualité et l’accessibilité du système de soins jouent un rôle secondaire par rapport aux conditions et à la durée du travail, l’attention portée au corps, l’alimentation ou les modes de vie en général (consommation d’alcool ou de tabac, pratiques à risque). C’est en partie ce qui fait que l’espérance de vie des femmes ouvrières est supérieure même à celle des hommes cadres. La valorisation de l’endurance - en particulier chez les hommes dans les métiers physiques -, mais aussi les difficultés à s’arrêter de travailler sans risquer de perdre son emploi lors de la vie active, ont un impact sur la durée de vie des catégories les plus modestes.

Depuis les années 1970, l’espérance de vie à 35 ans a augmenté en moyenne de 5,5 ans pour les femmes et de 6,7 ans pour les hommes. Globalement, l’amélioration des conditions d’emploi et la baisse du temps de travail, la progression des niveaux de vie   et l’élévation des qualifications ont joué favorablement. Cet allongement a profité autant aux catégories sociales favorisées qu’à celles qui le sont moins : au cours de la période, les écarts sont en effet restés stables.

A l’avenir, l’extension de la couverture maladie, et surtout l’attention croissante portée dans notre société à la santé, de l’alimentation à l’hygiène en passant par la réduction de la consommation de tabac ou d’alcool [1] vont dans le bon sens. Mais la remise en cause des progrès en matière de temps de travail et la faible prise en compte de la pénibilité dans les droits à la retraite jouent inversement. Des progrès seraient possibles pourtant, notamment en agissant sur la durée passée au travail dans les professions les plus pénibles physiquement (industrie, bâtiment et travaux publics notamment), ainsi que les conditions du travail lui-même.

Espérance de vie des hommes à l’âge de 35 ans selon la catégorie sociale
Unité : années
Hommes
1976-1984
Hommes
1983-1991
Hommes
1991-1999
Hommes
2000-2008
Hommes
2009-2013
Cadres sup.41,743,745,847,249
Prof. interm.40,541,64345,146,7
Agric.40,341,743,644,646,2
Artis., commer. et chefs d'entrep.39,64143,144,846
Employés37,238,640,142,344,9
Ouvriers35,737,338,840,942,6
Inactifs27,727,528,430,433,1
Ensemble37,839,240,842,844,5
Ecart entre cadres sup. et ouvriers66,476,36,4
Lecture : compte tenu des niveaux de mortalité mesurés entre 2009 et 2013, un homme cadre de 35 ans pouvait espérer vivre en moyenne encore 49 années, soit jusqu’à 84 ans au total.
Source : Insee - © Observatoire des inégalités
Espérance de vie des femmes à l’âge de 35 ans selon la catégorie sociale
Unité : années
Femmes
1976-1984
Femmes
1983-1991
Femmes
1991-1999
Femmes
2000-2008
Femmes
2009-2013
Cadres sup.47,549,749,851,753
Prof. interm.46,448,149,551,251,9
Agric.45,746,848,849,651,1
Artis., commer. et chefs d'entrep.4647,448,850,351,4
Employés45,647,448,749,951,1
Ouvriers44,446,347,248,749,8
Inactifs44,345,447,14747,6
Ensemble4546,44849,450,5
Ecart entre cadres sup. et ouvriers3,13,42,633,2
Lecture : compte tenu des niveaux de mortalité mesurés entre 2009 et 2013, une femme cadre de 35 ans pouvait espérer vivre en moyenne encore 53 années, soit jusqu’à 88 ans au total.
Source : Insee - © Observatoire des inégalités

L’espérance de vie en bonne santé

Chez les hommes, l’écart d’espérance de vie à 35 ans sans incapacité entre cadres supérieurs et ouvriers est encore plus grand que l’écart d’espérance de vie global. Ainsi, l’espérance de vie à 35 ans des cadres sans problèmes sensoriels et physiques est de 34 ans, contre 24 ans chez les ouvriers, soit un écart de 10 ans. Non seulement les cadres vivent plus longtemps, mais aussi en meilleure santé. Ils bénéficient donc de retraites beaucoup plus élevées, mais aussi plus longues.


L'espérance de vie en bonne santé
Espérance de vie totale et sans incapacité à 35 ans chez les hommes
Unité : années
Cadres
Ouvriers
Ecart
Espérance de vie totale47416
Espérance de vie sans incapacité en matière de soins personnels45387
Espérance de vie sans incapacité dans les activités en général40328
Espérance de vie sans problèmes sensoriels et physiques342410
Source : Ined - Données 2003 - © Observatoire des inégalités
Avertissement : les données des deux tableaux ne sont pas établies pour les mêmes années et donc non directement comparables.

Pour en savoir plus :

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers, Insee Première n°1584 - février 2016.

La « double peine » des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte, Ined - Population et société n°441 - janvier 2008.

Photo / © Liaurinko Fotolia.com

Notes

[1En matière d’alcoolisme, la pression des producteurs est forte pour éviter davantage de prévention.

Date de rédaction le 15 juin 2010

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale

15 mars 2016
53 % d’enfants d’ouvriers ont des dents cariées en classe de CM2, contre 26 % d’enfants de cadres supérieurs. Le milieu social d’origine joue un rôle important en matière de santé bucco-dentaire.

L’obésité chez les jeunes : le poids du milieu social

6 octobre 2015
Un enfant de grande section de maternelle fils d’ouvrier a 4,5 fois plus de risque d’être obèse qu’un enfant de cadre supérieur. En classe de CM2 cette proportion est de 0,8 % chez les enfants de cadres, contre 7 % chez les enfants d’ouvriers.

Espérance de vie : avantage aux femmes

21 août 2015
En France, les femmes vivent toujours plus longtemps que les hommes. Mais depuis les années 1990, l’écart se resserre, notamment en matière d’espérance de vie en bonne santé.

L’inégal accès à la complémentaire santé

16 septembre 2014
11 % des ménages les plus modestes ne sont pas couverts par une complémentaire santé, contre 2 % des plus aisés.

2,2 millions de salariés exposés à un produit cancérigène

7 janvier 2014
10 % des salariés sont exposés à un produit cancérigène. C’est le cas de 28 % des ouvriers qualifiés contre 2,3 % des cadres supérieurs. Une population aussi plus souvent masculine.

Obésité et milieux sociaux

24 avril 2013
Deux fois plus d’adultes obèses chez les artisans, commerçants, agriculteurs, ouvriers et employés que chez les cadres supérieurs. L’obésité ne touche pas de la même façon les catégories sociales.

L’exposition aux maladies professionnelles

10 novembre 2010
Le risque de se voir reconnaître une maladie professionnelle est 37 fois plus élevé pour un ouvrier que pour un cadre. Les femmes ouvrières ont un risque six fois supérieur à la moyenne de souffrir de troubles musculo-squelettiques.

Mesure des discriminations à l’accès aux soins par testing

3 septembre 2009
Des opérations de testing montrent que les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) subissent des discriminations de la part de médecins, surtout des spécialistes, qui refusent de les recevoir.

Cigarette : les inégalités s’accroissent entre les milieux sociaux

19 décembre 2004
48,5 % des ouvriers fument contre 23,8 % des cadres...

FERMER