Les discriminations à l’embauche persistent en France

14 mars 2017 - Selon un testing réalisé auprès d’entreprises à l’occasion d’embauches, le choix des employeurs se porte deux fois plus sur une candidature dite « hexagonale » que sur un candidat « maghrébin ». Les discriminations à l’embauche persistent en France.


Sur 843 réponses positives reçues en retour de 3 000 candidatures envoyées à une quarantaine de grandes entreprises françaises pour des postes d’employés et de managers, 36 % favorisent le candidat dit « hexagonal », 16 % le candidat « maghrébin » [1], soit 20 points d’écart selon le résultat d’un testing mené par ISM Corum pour le ministère du Travail [2]. 1 500 paires de CV (soit 3 000 candidatures) ont été envoyées en réponse aux offres d’emploi de 43 grandes entreprises de plus de 1 000 salariés, représentant neuf secteurs d’activité et réparties sur la France entière. Seuls les noms et prénoms des CV différaient. La formation, l’expérience, l’âge, le diplôme et l’adresse étaient équivalents. La nationalité française figurait explicitement sur chaque CV, en particulier sur ceux aux patronymes à consonance maghrébine.

L’écart est plus important pour les postes d’employés que pour ceux de managers : sur les 387 réponses positives reçues pour les postes d’employés, la candidature « hexagonale » est retenue dans 40 % des cas, contre 17 % pour la candidature « maghrébine », soit 23 points de différence. Sur les 456 réponses positives pour les postes de managers, la candidature hexagonale est retenue dans 32 % des cas, contre 16 % des candidatures maghrébines, soit 16 points d’écart.

Que nous dit ce testing ?

Il faut prendre ces données avec précaution : il s’agit d’une expérience menée dans un petit nombre de grandes entreprises privées (40) sur quelques offres spécifiques (en particulier des postes d’employés et de managers). Une part de l’écart tient aussi au fait que le recruteur peut choisir un CV plutôt qu’un autre sans que ce choix soit basé sur un critère de discrimination basée sur l’origine supposée (le premier CV venu, le hasard…). Cela dit, au total, plus de deux fois plus de candidatures « hexagonales » sont favorisées par rapport aux candidatures « maghrébines ». Ce chiffre montre l’étendue des préjugés qui persistent. Et pour celles et ceux qui en font l’expérience, la violence de cette discrimination est extrême : elle heurte la valeur fondamentale de l’égalité entre citoyens.

Il ne faut pas oublier que l’origine migratoire peut aussi être un signe d’appartenance aux milieux populaires et cela peut aussi jouer dans le processus de sélection. Une partie de la sélection se fait en amont, par le biais des inégalités sociales qui frappent en premier lieu les personnes d’origine immigrée.

Les discriminations à l'embauche selon l'origine
Unité : %
Proposition identique
Choix favorisant la candidature hexagonale
Choix favorisant la candidature maghrébine
Total
Poste d'employé434017100
Poste de manager523216100
Ensemble483616100
Champ : 40 entreprises de 1 000 salariés ou plus. Testing réalisé du 31 mars au 31 juillet 2016. 387 réponses positives ont été reçues pour les postes d'employés et 456 pour les postes de managers.
Source : ISM Corum, ministère du Travail - © Observatoire des inégalités

Illustration : affiche réalisée par Laura GOULAY-MARTEL et Aissata GASSAMA dans le cadre du Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2015.

Notes

[1Une centaine d’identités ont été utilisées, les unes aux noms et prénoms à consonance « hexagonale » (Céline Parmentier, Guillaume Clerc) et les autres à consonance « maghrébine » (Malika Sayed, Fayçal Brahimi).

Date de rédaction le 14 mars 2017

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Cinq millions d’emplois demeurent fermés aux étrangers non européens

19 avril 2017
Plus d’un emploi sur cinq, soit 5,4 millions de postes de travail, demeurent inaccessibles aux étrangers non européens en France.

Chômage des immigrés : le poids des inégalités sociales et des discriminations

23 mars 2016
Près d’un cinquième des immigrés sont au chômage, contre un dixième des Français nés en France.

Emploi : les immigrés discriminés ?

12 août 2014
22 % des immigrés originaires d’Afrique étaient au chômage en 2012, contre 8,6 % des actifs non issus de l’immigration. Un écart qui s’explique par des discriminations mais aussi par bien d’autres facteurs.

Mobilité sociale : les enfants d’immigrés font aussi bien que les autres

9 octobre 2012
42,1 % des enfants d’immigrés deviennent ouvriers contre 30 % des personnes sans ascendance directe immigrée. Mais cet écart s’explique davantage par les positions sociales défavorisées de leurs parents que par leur origine géographique.

Les catégories sociales des étrangers

15 décembre 2010
66 % des Turcs et 52 % des Marocains actifs en France sont ouvriers, contre 23 % des Français de naissance. 6 % sont cadres, contre 15 % des Français.

Les enfants d’origine étrangère peinent à trouver un emploi

24 août 2010
77 % des jeunes occupent un emploi en moyenne trois ans après la fin de leurs études, mais c’est le cas de 66 % des enfants dont les deux parents sont nés à l’étranger.

Mesure des discriminations à l’embauche par testing

3 septembre 2009
La couleur de la peau, le sexe, le patronyme influent sur la probabilité de trouver un emploi. Des opérations de testing permettent de toucher du doigt les discriminations subies dans le monde du travail.

Discriminations à l’embauche des jeunes d’origine immigrée

13 juin 2007
Un candidat de nationalité française avec un nom et un prénom français a, en moyenne, entre 1,5 et 3 fois plus de propositions d’entretien d’embauche qu’un français d’origine marocaine.

FERMER