Catégories sociales



Ouvriers : un travail sous contrôle

10 janvier 2017 - Près de la moitié des ouvriers non qualifiés n’ont pas la liberté de faire varier les délais fixés pour effectuer une tâche, contre trois cadres sur dix. Les premiers sont aussi deux fois plus nombreux que les seconds à ne pas pouvoir interrompre leur travail.


Près de la moitié des ouvriers (qualifiés ou non) n’ont pas la possibilité de faire varier les délais fixés pour accomplir une tâche, contre trois cadres sur dix, selon le ministère du Travail [1] en 2013. 38 % des ouvriers non qualifiés n’ont pas la possibilité d’interrompre une tâche à tout moment, à peu près dans les mêmes proportions que les employés (36,4 %) et les ouvriers qualifiés (31,8 %), contre 18,6 % des cadres supérieurs. La part de salariés concernés par des contraintes liées au travail à la chaîne est de 4 % en 2013 [2]. Pour l’essentiel, il s’agit d’ouvriers non qualifiés (le taux pour eux est de 13,7 %) qui voient leurs gestes au quotidien rythmés par une machine. Ces contraintes sont beaucoup moins répandues chez les professions intermédiaires et les employés (moins de 3 %) dont beaucoup travaillent dans le secteur tertiaire. Pouvoir organiser son temps de travail, gérer soi-même ses tâches ou ne pas dépendre d’une machine automatisée, composent quelques-uns des indicateurs qui déterminent l’autonomie des salariés au travail (voir encadré). L’absence de marges de manœuvre, la répétitivité et l’automatisation des actions a des conséquences sur la santé des salariés.

Il faudrait entrer davantage dans le détail pour bien comprendre le monde du travail. Ces données occultent des écarts bien plus importants à l’intérieur même des catégories socioprofessionnelles. Entre un employé de banque et un caissier de grand magasin, le niveau d’autonomie n’a rien à voir.

L’autonomie dans le travail reste un marqueur profond de la structuration de l’univers professionnel et donc de la société tout entière. Elle est pourtant largement occultée dans le débat public. Les heures de travail ne se valent pas selon les métiers. Une heure de travail à la chaîne, rythmée par une machine, n’a rien à voir avec une heure durant laquelle on va pouvoir passer par la machine à café ou jeter un coup d’œil à ses messages personnels sur Internet. Aux inégalités de rémunérations s’ajoutent des écarts dans la contrainte. Malgré les discours sur l’importance de « l’épanouissement au travail », la réalité reste bien celle d’un monde scindé entre les dirigeants et les exécutants, même s’il faut ajouter les intermédiaires entre ces deux catégories.

Ce décalage entre un monde du travail idéalisé et la réalité heurte ceux qui sont confrontés à ce manque d’autonomie, nourrissant un mal-être [3]. Le choc est d’autant plus fort que ce contrôle s’étend de plus en plus dans le secteur des services, par exemple au sein des centres d’appels téléphoniques ou des entreprises de nettoyage. Une partie des jeunes, de mieux en mieux diplômés, que le parcours scolaire destine à être du « bon côté » du pouvoir, se retrouve à subir les injonctions du métier, sans avoir droit au chapitre.

L'autonomie dans le travail par catégorie socioprofessionnelle
Unité : %
Cadres et professions intellectuelles supérieures
Professions intermédiaires
Employés
Ouvriers qualifiés
Ouvriers non qualifiés
Ensemble
Rapport ouvriers non qualifiés/cadres
Part de salariés qui déclarent ne pas pouvoir interrompre leur travail18,628,636,431,837,930,22,0
Part de salariés soumis à un travail à la chaîne 0,32,02,610,413,74,145,7
Part de salariés qui ne peuvent pas faire varier les délais fixés30,234,633,646,648,536,31,6
Ensemble des salariés. France métropolitaine.
Source : ministère du Travail, Insee - Données 2013 - © Observatoire des inégalités
Les formes de l’autonomie dans le travail
Plusieurs facteurs peuvent déterminer l’autonomie dans le travail. Le fait, par exemple, de ne pas pouvoir interrompre une tâche librement ou d’être dépendant physiquement d’une machine qui détermine les gestes quotidiens. Cela peut aussi être le fait de ne pas pouvoir faire varier les délais d’exécution des tâches. Enfin, l’autonomie peut être liée à la participation aux décisions qui concernent l’activité. On peut avoir des tâches répétitives mais pouvoir en changer, par exemple, plus ou moins librement, les organiser différemment.

Pour en savoir plus :

Photo / © Kadmy - Fotolia

Notes

[1« Autonomie dans le travail », Synthèse.Stat’ n°16, ministère du Travail, octobre 2015.

[2« Intensité du travail et usages des technologies de l’information et de la communication », ministère du Travail, Synthèse.Stat’ n°14, 30 juin 2015.

[3Voir le site de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Date de rédaction le 10 janvier 2017

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

24 février 2017
Avec 4 % de chômeurs, les cadres supérieurs restent largement épargnés par la crise. Ce n’est pas le cas des ouvriers non qualifiés, dont le taux de chômage s’élève à 20 %.

Les ouvriers plus fréquemment victimes d’accidents du travail

29 novembre 2016
Les ouvriers représentent 63 % des victimes d’accidents du travail, les cadres supérieurs, 2 %. Le monde du travail des uns n’a rien à voir avec celui des autres.

Travail pénible : les ouvriers à la peine

23 septembre 2014
54 % des ouvriers connaissent des contraintes de rythme de travail contre 26 % des cadres supérieurs. 32 % des ouvriers déclarent subir des nuisances sonores sur leur lieu de travail, contre 6 % des cadres. Entre les métiers les moins qualifiés et le haut de la hiérarchie, les conditions de travail n’ont pas grand chose à (...)

La mobilité sociale en France

11 avril 2013
La moitié des fils de cadres supérieurs deviennent cadres supérieurs, contre un dixième des fils d’ouvriers. Les chances d’accès aux positions sociales sont loin d’être équivalentes.

Davantage de congés pour les cadres que pour les ouvriers

15 février 2013
41 jours de congés annuels pour les cadres supérieurs contre 32 pour les ouvriers. Le nombre de jours de repos varient fortement selon la catégorie sociale, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise.

FERMER