Les ouvriers plus fréquemment victimes d’accidents du travail

29 novembre 2016 - Les ouvriers représentent 63 % des victimes d’accidents du travail, les cadres supérieurs, 2 %. Le monde du travail des uns n’a rien à voir avec celui des autres.


62,6 % des victimes d’accidents du travail [1] sont des ouvriers, alors qu’ils ne représentent que 23 % des salariés, selon les données 2012 du ministère du Travail [2]. Les employés représentent un quart des victimes, les professions intermédiaires, un dixième et les cadres supérieurs 2,2 %. Les ouvriers sont aussi les plus touchés si l’on considère la fréquence d’accidents rapporté au million d’heures travaillées : celui-ci est 17 fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres (respectivement 42,9 accidents du travail pour un million d’heures travaillées contre 2,5). Les deux tiers (66 %) des accidents mortels concernent des ouvriers, alors que 10 % impliquent des cadres.

Les catégories socioprofessionnelles travaillent dans des conditions qui n’ont rien à voir entre elles, et elles s’exposent à une pénibilité physique et des risques très inégaux [3], dont l’accident est le stade ultime. Les ouvriers, exécutants manuels (souvent des hommes jeunes) ont des séquelles de ces conditions de travail bien plus graves que les autres catégories socioprofessionnelles. L’usure du corps s’en ressent : via la fatigue physique, mais aussi par des limitations fonctionnelles allant jusqu’au handicap permanent. Pour ces métiers pénibles, le travail a un impact bien plus grand que pour les autres sur les conditions de vie.

Accidents du travail par catégorie socioprofessionnelle
Répartition des accidents (en %)
Répartition des accidents mortels (en %)
Taux de fréquence par million d'heures travaillées
Répartition dans la population active (en %)
Cadres2,29,72,518,0
Professions intermédiaires10,011,311,827,0
Employés25,212,917,931,0
Ouvriers62,666,042,923,0
Ensemble100,0100,021,8100,0
Lecture : en 2012, 62,6 % victimes d'accident du travail sont des ouvriers.
Source : Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés, Insee, calculs ministère du Travail - Données 2012 - © Observatoire des inégalités

Baisse ou hausse des accidents ?

Selon le ministère du Travail, le nombre d’accidents du travail, reconnus par l’administration, a baissé de près de 81 000 entre 2005 et 2013 (de 699 000 à 618 000). Ce phénomène résulte à la fois du développement des politiques de prévention, de meilleurs équipements de protection, de réglementations plus strictes et du déclin de l’industrie, secteur où les accidents sont plus répandus. Entre le milieu des années 1980 et le début des années 2010, le nombre d’accidents ayant entraîné un arrêt maladie est passé de 5,4 à 3,6 pour 100 salariés, selon l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes). Ceci dit, les enquêtes Conditions de travail du ministère du Travail réalisées à partir des déclarations des salariés indiquent, à l’inverse, une hausse des accidents au cours de la même période : 6,7 % des salariés déclaraient avoir été victimes d’un accident de travail dans les douze derniers mois, en 2013, contre 5,7 % en 2005. Comment expliquer ce décalage ? L’augmentation du nombre d’accidents déclarés dans les enquêtes par les salariés (différent par rapport aux déclarations administratives) peut être lié à une sensibilité croissante : on déclare des accidents qu’on ne déclarait pas avant. Il est aussi possible que la souffrance au travail s’accroisse sans pour autant que cela se traduise par des déclarations administratives, par peur des conséquences que cela peut avoir pour sa carrière. Certains arrêts maladie sont provoqués par le travail sans être comptabilisés comme tels. Dans les enquêtes du ministère menées auprès des salariés, sans conséquences professionnelles pour eux, on retrouve les résultats d’une souffrance bel et bien liée au travail.

Photo / © Alexey Klementiev - Fotolia.com

Notes

[1L’étude du ministère du Travail prend en compte les accidents reconnus par le fait du travail ou à l’occasion du travail provoquant une lésion corporelle ou psychique et ayant entraîné un arrêt de travail d’au moins un jour.

[2« Les accidents du travail et les accidents de trajet », ministère du Travail, Dares résultats n° 039, juillet 2016.

Date de rédaction le 29 novembre 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Chômage : les non-qualifiés en première ligne

24 février 2017
Avec 4 % de chômeurs, les cadres supérieurs restent largement épargnés par la crise. Ce n’est pas le cas des ouvriers non qualifiés, dont le taux de chômage s’élève à 20 %.

Ouvriers : un travail sous contrôle

10 janvier 2017
Près de la moitié des ouvriers non qualifiés n’ont pas la liberté de faire varier les délais fixés pour effectuer une tâche, contre trois cadres sur dix. Les premiers sont aussi deux fois plus nombreux que les seconds à ne pas pouvoir interrompre leur travail.

Travail pénible : les ouvriers à la peine

23 septembre 2014
54 % des ouvriers connaissent des contraintes de rythme de travail contre 26 % des cadres supérieurs. 32 % des ouvriers déclarent subir des nuisances sonores sur leur lieu de travail, contre 6 % des cadres. Entre les métiers les moins qualifiés et le haut de la hiérarchie, les conditions de travail n’ont pas grand chose à (...)

La mobilité sociale en France

11 avril 2013
La moitié des fils de cadres supérieurs deviennent cadres supérieurs, contre un dixième des fils d’ouvriers. Les chances d’accès aux positions sociales sont loin d’être équivalentes.

Davantage de congés pour les cadres que pour les ouvriers

15 février 2013
41 jours de congés annuels pour les cadres supérieurs contre 32 pour les ouvriers. Le nombre de jours de repos varient fortement selon la catégorie sociale, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise.

FERMER