Monde



Six millions d’enfants meurent prématurément chaque année dans le monde

27 octobre 2016 - Près de six millions d’enfants meurent chaque année avant d’atteindre leurs cinq ans dans le monde. Un chiffre important, mais qui baisse assez nettement. Deux tiers de ces décès pourraient être facilement évités.


Six millions d’enfants sont morts avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans dans le monde en 2015. 760 000 suite à une pneumonie [1], 500 000 de déshydratation en raison d’une diarrhée, 380 000 à cause d’autres maladies infectieuses, liées notamment à la malnutrition, survenant au cours des premiers jours de la vie. Les deux tiers de ces décès sont dus à des maladies qui pourraient être évitées. En effet, près d’un quart des enfants (23,3 %) meurent de pneumonie. Ce taux s’élève à 28 % en Asie du Sud contre 8 % dans les pays riches. Le recours à des traitements peu coûteux, comme on les connaît dans les pays développés (aérosols anti-inflammatoires, antibiotiques), aurait pour conséquence de réduire considérablement les risques. Le constat est encore plus éloquent pour la diarrhée, qui représente 15 % des décès d’enfants de moins de cinq ans dans le monde, mais seulement 2,5 % dans les pays riches. Dans ce domaine, l’hygiène et l’accès à une eau correctement traitée sont essentiels pour améliorer la situation. 11,8 % des décès chez les moins de cinq ans dans le monde sont dus à des infections liées à la malnutrition survenant durant le premier mois de vie, contre 4,2 % dans les pays riches. La malnutrition des enfants est un facteur sous-jacent de la mortalité infantile : les enfants mal-nourris se défendent moins bien contre les maladies.

Le paludisme continue à tuer essentiellement en Afrique subsaharienne : 294 000 enfants en 2015 sur un total de 306 000 décès dans le monde. Là aussi, des protections simples, de type moustiquaires imprégnées d’insecticide ou pulvérisations d’insecticide dans les habitations, ainsi que l’administration d’un traitement préventif à tous les moins de cinq ans pendant la saison de forte transmission permettraient de réduire considérablement le nombre de décès.

Heureusement, les progrès en matière de mortalité chez les moins de cinq ans sont très importants : le nombre de décès d’enfants a diminué de moitié dans le monde en un quart de siècle, passant de 12,7 millions en 1990 à 5,9 millions en 2015, alors que la population mondiale est passée sur la période de 5,3 milliards à 7,3 milliards d’habitants.

Le nombre de décès a été divisé par cinq en Asie de l’Est et Pacifique, diminution due notamment à la Chine, qui est passée de 1,6 million d’enfants de moins de cinq ans décédés en 1990 à 181 000 en 2015, soit de 53,8 décès à 10,7 pour 1 000 naissances sur la période. En Asie du Sud, ce nombre de décès a été divisé par 2,5, là aussi essentiellement sous l’effet d’un seul pays, l’Inde, qui est passée de 3,6 à 1,2 million de décès, soit de 125,8 décès pour 1000 naissances en 1990 à 47,7 en 2015. En Afrique subsaharienne, la situation s’améliore aussi, même si cela semble beaucoup plus lent, de 3,8 à 3 millions de décès chez les moins de cinq ans entre 1990 et 2015. Encore faut-il prendre la mesure du phénomène, le taux de mortalité des moins de cinq ans dans cette région a été divisé par 2,2 sur la même période passant de 180 décès pour 1 000 naissances en 1990 à 83 en 2015.

Réduire encore davantage la mortalité des moins de cinq ans est loin d’être une question d’accès à des systèmes de soins ultra-sophistiqués. Il s’agit bien plus là de mesures concrètes et relativement faciles à mettre en oeuvre, comme l’amélioration de la qualité de l’alimentation, le respect des règles d’hygiène et l’assainissement de l’eau. Si l’Afrique parvenait à atteindre le même niveau de décès qu’en Europe centrale, près de trois millions d’enfants de moins de cinq ans seraient sauvés chaque année. Au fond, ce sont surtout les difficultés de développement de ces régions, les conflits qui s’y déroulent et la concentration de la richesse entre les mains d’une minorité qui tuent les enfants en bas âge.

Chaque année, 300 000 femmes meurent à l’accouchement
La plupart des femmes sont loin d’accoucher dans la sécurité d’une salle d’hôpital. Chaque année, 300 000 mères meurent en accouchant selon la Banque mondiale. Près de neuf de ces décès sur dix ont lieu en Afrique subsaharienne (66,3 %) et en Asie du Sud (21,8 %). Heureusement, ce phénomène demeure extrêmement rare si on le rapporte aux 140 millions de naissances qui ont lieu dans le monde chaque année. Pour autant, une grande partie de ces décès, souvent liés à la difficulté d’accès à des services de santé et au manque de personnel de soins dans les pays pauvres, pourraient être évités.
Taux de mortalité et nombre de décès des moins de cinq ans dans le monde
1990 (en milliers)
1990 (en ‰)
2015 (en milliers)
2015 (en ‰)
Asie de l'Est et Pacifique2 52859,153718,0
Europe et Asie centrales*29457,69020,5
Amérique latine et Caraïbes58658,417518,8
Afrique du Nord et Moyen-Orient52968,422324,7
Asie du Sud4 687129,31 87052,5
Afrique subsaharienne3 864180,32 94383,1
Pays développés (revenu élevé)nd**10,3nd**4,9
Monde12 74990,65 94542,5
* Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Géorgie, Kazakhstan, Kosovo, Macédoine, Moldavie, Monténégro, Ouzbékistan, République kirghize, Roumanie, Serbie, Tadjikistan, Turquie, Ukraine. ** non disponible
Source : Banque mondiale - © Observatoire des inégalités

Avertissement : Le total du nombre de décès répartis par cause est de 3,3 millions et non de 5,9 millions. Un écart de 2,6 millions probablement dû à d’autres causes que celles listées dans les tableaux ci-dessous. Ce qui révèle la fragilité des données mondiales.

Les causes de la mortalité des moins de cinq ans dans le monde
Unité : %
Pneumonie
Diarrhée
Autres maladies infectieuses, périnatales* ou nutritionnelles
Blessures
Paludisme
Maladies non transmissibles**
Malformations de naissance
Autres***
Asie de l'Est et Pacifique24,010,28,418,21,613,110,414,1
Europe et Asie centrales20,69,410,812,20,018,417,611,1
Amérique latine et Caraïbes20,28,89,713,70,216,720,010,6
Afrique du Nord et Moyen-Orient23,812,57,413,90,317,112,912,1
Asie du Sud27,920,910,69,40,99,65,415,1
Afrique subsaharienne21,815,013,28,815,35,44,416,0
Pays développés (revenu élevé)8,42,54,2180,627,726,811,9
Monde23,315,611,810,29,48,26,315,3
* Survenant au cours des 28 premiers jours de la vie. ** Maladies cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires chroniques (asthme) et le diabète, *** Méningite, complications liées à la prématurité, VIH, rougeole, complications à l'accouchement, coqueluche, septicémie et autres maladies infectieuses du nouveau-né, tétanos. Lecture : dans le monde, 23,3 % des décès chez les moins de cinq ans sont dus à la pneumonie.
Source : Organisation mondiale de la santé - Données 2015 - © Observatoire des inégalités
Les causes de la mortalité des moins de cinq ans dans le monde
Unité : milliers
Pneumonie
Diarrhée
Autres maladies infectieuses, périnatales* ou nutritionnelles
Blessures
Paludisme
Maladies non transmissibles**
Malformations de naissance
Autres***
Asie de l'Est et Pacifique64 02827 19622 39348 6834 18734 98727 84837 662
Europe et Asie centrales8 9144 0714 6545 26407 9287 0614 736
Amérique latine et Caraïbes18 8198 2279 02512 78414615 56618 6649 947
Afrique du Nord et Moyen-Orient22 55511 8016 97313 16723816 16112 25411 479
Asie du Sud224 583168 01085 24475 9937 18777 56143 048122 582
Afrique subsaharienne418 042288 632253 873167 914294 383104 12285 065305 842
Pays développés (revenu élevé)3 4751 0161 7187 41023011 42411 0544 908
Monde760 416508 953383 880331 215306 371267 749205 534479 156
* Survenant au cours des 28 premiers jours de vie, ** Maladies cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires chroniques (asthme) et le diabète, *** Méningite, complications liées à la prématurité, VIH, rougeole, complications à l'accouchement, coqueluche, septicémie et autres maladies infectieuses du nouveau-né, tétanos. Lecture : dans le monde, 740 416 enfants de moins de cinq ans sont décédés des suites d'une pneumonie en 2015.
Source : Organisation mondiale de la santé - Données 2015 - © Observatoire des inégalités
Qu’est-ce que la mortalité infantile ?
Le taux de mortalité des moins de cinq ans (pour 1000 naissances) désigne la probabilité de décéder pour un enfant entre sa naissance et le jour de son cinquième anniversaire. Il comprend le taux de mortalité infantile qui désigne la probabilité de décéder avant son premier anniversaire et le taux de mortalité néonatale qui désigne la probabilité de mourir au cours des 28 premiers jours de vie.

Photo / © Kokhanchikov - Fotolia.com

Notes

[1La pneumonie est une infection respiratoire aigüe affectant les poumons, selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé. Causée par un virus, des bactéries ou un champignon, elle se soigne notamment par un antibiotique peu coûteux, l’« amoxicilline » ou encore par de simples anti-inflammatoires.

Date de rédaction le 27 octobre 2016

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Malgré de réels progrès, la tuberculose continue à frapper les plus pauvres

19 février 2016
La tuberculose a fortement reculé en vingt-cinq ans dans le monde. Deux millions de cas en moins ont été dénombrés entre 1990 et 2014, alors que la population mondiale a augmenté. Mais en Afrique les progrès sont beaucoup moins évidents.

Les inégalités d’espérance de vie dans le monde

25 février 2014
En un demi-siècle, l’espérance de vie a augmenté pour l’ensemble de la population dans le monde. L’écart entre populations pauvres et riches reste toutefois toujours très important.

840 millions de personnes sous-alimentées dans le monde

29 octobre 2013
840 millions de personnes demeurent sous-alimentées dans le monde, dont 550 millions en Asie.

L’accès à la médecine inégalement réparti dans le monde

13 juin 2013
Cuba compte 672 médecins pour 100 000 habitants, l’Éthiopie n’en compte que trois. En haut de l’échelle, les pays riches se caractérisent par un nombre de médecins supérieur à 200 pour 100 000 habitants, en bas de l’échelle, les pays de l’Afrique subsaharienne en compte à peine 20 pour 100 000 habitants.

Le sida dans les pays pauvres

1er décembre 2007
Le Swaziland, avec 33,4 % des personnes de 15 à 49 ans touchées par le sida, fait partie des 14 pays africains où l’espérance de vie diminue.

FERMER