Portrait social des classes

4 décembre 2015 - Des revenus à l’éducation, en passant par le logement ou la santé, les inégalités entre classes sociales continuent à structurer notre société. Une synthèse des données qui séparent les cadres supérieurs des ouvriers.


Salaires, niveaux de revenus, pratiques de loisirs, etc. : notre société demeure structurée par les écarts qui existent entre milieux sociaux. La « moyennisation » - mise en exergue dans les années 1990 et 2000 - a fait long feu. Le revenu, le diplôme, la profession ou l’histoire familiale continuent de façonner les pratiques.

Le premier clivage qui sépare les catégories sociales est le niveau de vie  . Avec un salaire mensuel net moyen de 4 072 euros en 2013, les cadres supérieurs touchent 2,4 fois plus que les ouvriers (1 686 euros). On ne mesure pas toujours très clairement l’ampleur d’un tel écart : chaque mois, les premiers peuvent dépenser ou épargner 2 386 euros de plus que les seconds, soit près de deux mois de travail d’un smicard (le Smic mensuel se monte actuellement à 1457.52 euros). Ces inégalités de niveaux de vie   se retrouvent, en version amplifiée, en matière de patrimoine. La fortune médiane (la moitié possède plus, l’autre possède moins) d’un cadre supérieur est de 214 500 euros, contre 5 500 euros pour un ouvrier non qualifié. Près de 40 fois moins.

Les écarts ne sont pas moins importants dans le domaine scolaire, même si les jeunes issus des couches sociales les moins favorisées obtiennent plus souvent le baccalauréat aujourd’hui qu’hier. Un enfant de cadre supérieur a deux fois plus de chances que celui d’un ouvrier d’obtenir un bac général et quinze fois plus de décrocher un bac S (données 2002). Dans les filières les plus sélectives d’un système adepte du tri social, les enfants des classes populaires sont très rarement représentés.

Les mondes professionnels des cadres et des ouvriers n’ont rien à voir entre eux. Le taux de chômage des premiers est resté insensible à la crise, alors que celui des ouvriers non qualifiés atteint 20 %. En 2013, six fois plus d’ouvriers que de cadres travaillent dans des conditions pénibles (respirer des fumées ou des poussières par exemple). A 35 ans, un ouvrier a une espérance de vie de 40,9 ans contre 47,2 ans pour un cadre supérieur, soit 6,3 ans de plus.

Les conditions de vie des cadres et des ouvriers sont également le reflet des inégalités entre milieux sociaux. 20 % des ouvriers vivent dans un logement inconfortable (de qualité médiocre ou surpeuplé) en France, contre 8 % des cadres. 47 % des ouvriers partent en vacances contre 82 % des cadres, soit près de deux fois plus. Les pratiques culturelles se sont diffusées au cours des trente dernières années mais les inégalités d’accès à la culture restent présentes : les cadres sont ainsi trois fois moins nombreux que les ouvriers à n’avoir pas lu de livre dans une année.

Finalement, hormis dans les petites classes à l’école ou dans la rue, ces milieux ont peu de lieux où ils se croisent. Et logiquement, ils ne se mélangent pratiquement pas : seuls 3,4 % de cadres supérieurs sont mariés avec une ouvrière, et 2,2 % d’ouvriers vivent avec une femme cadre supérieur.

Portrait des classes sociales
Cadres supérieurs
Ouvriers
Revenus
Salaire net mensuel moyen (Insee, données 2013)4 072 euros1 686 euros
Chômage
Taux (Insee, données 2014)4 %19,9 % (2)
Patrimoine
Patrimoine nets (1) médian (Insee, données 2010)214 500 euros5 500 euros (2)
Education
Obtention du bac général (ministère de l'Education, données 2014)76 %32 %
Conditions de travail
Respirer des fumées ou des poussières sur leur lieu de travail (ministère de l'Emploi, données 2013)11 %66 %
Santé
Espérance de vie à 35 ans chez les hommes (Ined, données 2008)47,2 ans40,9 ans
Logement
Qui vit dans un logement inconfortable ? (Insee, données 2006)8 %20 %
Culture
N'a lu aucun livre dans l'année (Insee, données 2012)20 %69 %
Loisirs
Taux de départ en vacances (Crédoc, juin 2014)82 %47 %
Homogamie
Qui se marie avec qui ? (calculs de Milan Bouchet-Valat d'après l'Insee, données 2011) 3,4 % sont mariés à une ouvrière2,2 % sont mariés à une cadre supérieure
(1) Une fois les dettes déduites. (2) Ouvrier non qualifié.

Photo / © PJDespa - Fotolia.com

Date de rédaction le 4 décembre 2015

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Changeons les règles du jeu

25 avril 2017
Retard scolaire des élèves de milieux modestes, discriminations dans l’accès au logement, salaires plus faibles des femmes : il est temps de changer les règles du jeu. Tel est le message du film réalisé par l’agence Herezie pour l’Observatoire des inégalités. À partager massivement.

« Les tensions de notre société naissent dans le refus de voir la situation de domination des catégories aisées ». Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

5 avril 2017
Les diplômés ont-ils pris en otage le discours sur les inégalités au détriment des classes populaires ? Entretien avec Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de Slate.fr.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : qui sont les lauréats ?

28 mars 2017
La quatrième cérémonie de remise des prix du concours « Jeunesse pour l’égalité » organisé par l’Observatoire des inégalités s’est déroulée mercredi 22 mars dernier, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville de Paris. Un lieu hautement symbolique pour les 250 jeunes présents qui ont occupé, quelques heures durant, les sièges des élus parisiens. Découvrez les (...)

Les classes sociales, un outil indispensable pour comprendre les inégalités

21 février 2017
Les inégalités se creusent, et pourtant on oublie de plus en plus souvent la question des classes sociales. Celle-ci est pourtant indispensable si l’on veut comprendre les formes de dominations de notre société. Une analyse du sociologue François Dubet, extraite de la Revue Française de Socio-Economie.

Prendre (enfin) en compte le malaise des classes populaires et moyennes

14 février 2017
Les politiques publiques doivent d’urgence répondre au malaise des classes populaires et moyennes. En agissant sur deux grands leviers : réformer l’école et s’attaquer au poids des hiérarchies dans le monde du travail. Par Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017 : la liste des nominés

13 février 2017
L’Observatoire des inégalités publie la liste des nominés pour le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2017. Et maintenant, en route pour la remise des prix le 22 mars prochain.

Inégaux face à la pollution : tout commence au travail

20 septembre 2016
Près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Un sur dix est exposé à au moins un produit cancérogène. Ce sont d’abord les travailleurs des milieux populaires qui subissent ces nuisances. Par Valérie Schneider.

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

La jeunesse face aux inégalités : une formation pour mieux comprendre

9 septembre 2016
Le 11 octobre prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation sur le thème « La jeunesse face aux inégalités ». Objectif : mieux comprendre les réalités des jeunes d’aujourd’hui.

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

FERMER