Le 3e prix « Jeunesse pour l’égalité » est terminé !

27 novembre 2015 - D’année en année, les jeunes sont toujours plus nombreux à participer à ce concours qui leur est spécialement destiné : 228 œuvres nous sont parvenues des quatre coins de la planète cette année : de Cali en Colombie, à Porto au Portugal en passant par Istanbul et New-York, Tours ou Palaiseau. Découvrez les finalistes !


Entre copains, avec leurs professeurs en classe, avec leurs animateurs des services jeunesse ou d’associations, les jeunes qui ont participé au concours « Jeunesse pour l’égalité » ont réalisé des vidéos et des affiches avec les moyens du bord, ou l’appui de personnes plus expérimentées. Ce qui donne des supports très différents : de l’affiche très grand format dessinée à plusieurs mains, au photomontage numérique, de la vidéo réalisée avec un téléphone portable au rap scénarisé. Ils ont chanté, caricaturé, témoigné, détourné les images et les situations, joué avec les mots, inversé les rôles pour mieux dénoncer les injustices qui les frappent. Les discriminations à l’embauche, celles en lien avec l’homosexualité, les inégalités entre les hommes et les femmes, à l’école, dans l’accès aux loisirs, un ascenseur social en panne : les œuvres couvrent un large panel des domaines dans lesquels s’exercent les inégalités et les discriminations et des personnes qu’elles touchent.

Toutes ont un point commun : nous avoir émus. Nous avons vu et ressenti la capacité des jeunes à se mobiliser, à se motiver pour réaliser ces projets, leur envie de donner leur point de vue et de redonner espoir dans une période difficile de l’Histoire de notre pays. A l‘Observatoire des inégalités, nous avons bien conscience que nos publications peuvent en décourager plus d’un. Dans ces œuvres, il y a à la fois cette conscience des difficultés que rencontrent les uns et les facilités qui existent pour les autres. Mais il y a aussi et surtout cette volonté de surmonter ces inégalités. Et de clamer : « Pourquoi pas moi ? ». Pourquoi la couleur de ma peau, mon sexe, mon handicap, mon adresse, mon origine sociale détermineraient mon avenir ? Cela rend confiant, car l’avenir est entre leurs mains. Si leurs œuvres traduisent leurs pensées et celles de leur génération toute entière, vivre bien ensemble est clairement l’une de leurs priorités.

Que d’émotions aussi à la découverte des dossiers d’inscription : les règlements lus et acceptés, remplis et signés par leurs propres mains, encouragés par leurs parents, amis, éducateurs, enseignants qui se sont emparés de ce concours pour les faire réfléchir sur le monde qui les entoure. Merci à eux.

Les participants ne seront pas tous récompensés malheureusement. Seuls 12 prix parmi les 53 finalistes seront décernés. Notre choix n’a pas été simple : bravo à ceux qui l’emporteront. A l’heure où le paraître l’emporte plus souvent que le fond, nous les avons sélectionnés non pas sur la forme, mais pour le sens de leur travail. Il y aura des déçus, nous le savons bien. Qu’ils mesurent bien une chose : l’important, ici comme ailleurs, était de participer, pas d’être décoré. C’est pourquoi il nous semble indispensable de tous les remercier pour leur participation à ce concours. Les œuvres seront mises en ligne sur notre site www.jeunes.inegalites.fr dans notre « vidéothèque » et notre « affichothèque », elles pourront aussi servir de supports pour évoquer les inégalités et les discriminations avec d’autres jeunes.

Le 9 décembre : venez nombreux à la remise des prix !
Nous vous invitons à venir nombreux à la cérémonie de remise des prix qui aura lieu à Paris, le 9 décembre prochain, de 14h à 18h (ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, 14 avenue Duquesne, salle Laroche, voir le plan d’accès ici). Inscrivez-vous vite en ligne ici. Suite aux événements survenus à Paris le 13 novembre, les contrôles de sécurité sont renforcés. Merci de vous munir impérativement d’une pièce d’identité lors de votre venue.

Découvrez les vidéos finalistes :
Vidéos 11-15 ans
Vidéos 16-25 ans
Découvrez les affiches finalistes.

Pour tout renseignement :
Constance Monnier
concoursvideo@inegalites.fr
06 38 67 01 09

Le Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2015 bénéficie du soutien du Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires et de la Mairie de Paris.

Photo extraite d’une série d’affiches réalisées pour le concours « Jeunesse pour l’égalité » (édition 2014).

Date de rédaction le 27 novembre 2015

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

24 juin 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

Quelle politique pour réduire les inégalités ?

7 juin 2016
De l’école au monde du travail, en passant par l’accès aux soins ou au logement, la France, l’un des pays les plus riches au monde, a les moyens de s’attaquer aux inégalités. Encore faudrait-il en avoir la volonté politique. Par Louis Maurin et Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

23 mai 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

L’anti-sociologie ou l’art de faire disparaître la domination sociale

4 février 2016
En dénonçant une prétendue « culture de l’excuse », nombre d’intellectuels cherchent à légitimer les processus de domination, au fondement des inégalités. Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure de Lyon, décrypte le procédé. Extrait de « Pour la sociologie », ed. La Découverte.

« Les classes sociales ne disparaissent pas, elles changent de visage ». Entretien avec Camille Peugny, sociologue

12 janvier 2016
Les classes sociales ont disparu du discours politique, au profit des discriminations liées au sexe, à l’âge, à la couleur de peau, etc. D’autres dimensions sont pourtant nécessaires pour dessiner les contours des nouvelles couches modestes. Entretien avec Camille Peugny, sociologue, maitre de conférences à Paris (...)

Comment la gauche « moderne » a abandonné les classes populaires

8 janvier 2016
Les inégalités sont à la mode, tant qu’elles sont compatibles avec les hiérarchies sociales. La gauche « moderne » a abandonné les classes populaires, qui lui rendent la monnaie de sa pièce. Un point de vue de Louis Maurin. Extrait du quotidien « Le Monde ».

Encore un Noël au goût amer pour les catégories populaires

19 décembre 2015
Noël sera l’occasion d’un immense déballage. Les plus aisés ne connaissent pas la crise, alors qu’une partie de la population décroche. Un contraste de plus en plus saisissant. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Prix « Jeunesse pour l’égalité » : découvrez les lauréats 2015

15 décembre 2015
Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a remis en personne le mercredi 9 décembre les prix aux grands gagnants 2015 de la troisième édition du concours « Jeunesse pour l’égalité ». Découvrez les lauréats.

Les classes sociales sont de retour !

7 décembre 2015
Les classes sociales, enterrées trop vite, continuent de structurer la société française. Refuser de le voir conduit au ras-le-bol social et au vote extrême. L’analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

FERMER