Les inégalités continuent à augmenter en France

24 septembre 2015 - Les inégalités continuent à se creuser en France entre les plus pauvres et les plus riches. La période 2011-2013 voit une baisse du revenu des plus riches, mais ils restent largement gagnants sur dix ans. L’analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités


« Au regard des principaux indicateurs, la réduction des inégalités amorcée en 2012 s’accentue en 2013 ». Pour l’Insee, qui vient de livrer ses données 2013 sur les revenus [1], les inégalités de revenus se réduisent. En 2013, le rapport entre le seuil d’entrée au sein des 10 % les plus riches et celui des 10 % les plus pauvres est resté stable. L’indice dit de « Gini » (qui compare la distribution des revenus à une distribution égalitaire) a diminué de 0,305 à 0,291. La masse des revenus détenue par les 20 % les plus riches était 4,6 fois supérieure à celle détenue par les 20 % les plus pauvres en 2012, ce rapport est passé à 4,3 en 2013.

Un grand nombre de commentaires de ces données, rédigés dans l’urgence, ont repris cette analyse. Pourtant, cette façon de voir les choses reste très incomplète et mérite d’être analysée en détail. Les variations sur une ou deux années ont peu de sens compte tenu des marges d’erreur. L’Insee a changé de méthode en 2010, puis en 2012 : on ne dispose pas de série historique complète. Pour comprendre les évolutions, il faut se livrer à des calculs compliqués qui permettent d’éviter les ruptures de série, ce que fait l’Observatoire des inégalités, notamment sur la pauvreté. Par ailleurs, l’Insee n’a diffusé qu’une partie des données [2].

Que peut-on dire, malgré tout, des nouvelles données ? Contrairement à ce que nous observions les années précédentes, sur la période 2008-2013, ce dixième supérieur voit son niveau de vie   moyen baisser (-3 200 euros annuels pour l’ensemble de la période), seules les tranches de 70 % à 90 % des revenus les plus élevés connaissent une hausse de leur niveau de vie annuel. Le niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres a perdu 240 euros. En euros, les plus aisés ont donc perdu davantage que les plus pauvres. Le fléchissement des revenus des plus riches tient à la baisse des revenus financiers (la crise de 2008 est passée par là) et surtout aux hausses d’impôts mises en place entre 2011 et 2013. En particulier, le plafonnement des niches fiscales, la création d’un taux à 45 % pour l’impôt sur le revenu, la baisse du plafond du quotient familial et l’imposition des revenus du capital au barème de l’impôt sur le revenu, ont joué en 2013. Cet effort est indéniable. Pour cette seule année 2013, le niveau de vie annuel moyen des 10 % les plus aisés aurait diminué de 3 800 euros selon l’Insee. Cette baisse, qui est censée avoir alimenté le « ras-le-bol fiscal » des couches aisées, est aujourd’hui décrié par la majorité elle-même et a laissé place à des diminutions de prélèvements, dont on verra les effets sur la hausse des inégalités dans deux ans.

Les revenus des plus pauvres se maintiennent, notamment du fait des minima sociaux et des allocations logement, pourtant désormais dans le collimateur du gouvernement. Selon l’Insee, le niveau de vie annuel moyen des 10 % les plus démunis aurait augmenté de 300 euros en 2013, mais constitue un changement. Les plus en difficulté se situent un cran en dessous. Un titulaire du RSA touche 461 euros par mois une fois déduit le forfait logement, bien moins que le seuil des 10 % les plus pauvres (900 euros) ou leur niveau de vie moyen (680 euros). Rappelons enfin qu’entre 2013 et fin 2014, le nombre de titulaires du RSA a augmenté de 200 000, soit une progression de 13 %. Depuis 2008, la hausse est de 510 000 (+43 %). La progression de 2013 n’empêche pas qu’entre 2008 et 2013, le niveau de vie moyen annuel du dixième le plus démuni a baissé de 240 euros. Considérer que la situation des plus démunis s’améliore reste une vue de l’esprit.

+ 4 300 euros par an pour les 10 % les plus aisés en dix ans

Si l’on veut vraiment comprendre l’évolution des inégalités dans notre pays, il faut prendre du recul. Un effort fiscal a été fait au sein des couches aisées entre 2011 et 2013. Au passage, celui-ci aurait sans doute gagné en légitimité s’il avait été plus largement réparti notamment au sein des couches moyennes (pas au sens médiatique, mais statistique du terme).

Reste qu’entre 2003 et 2013, le niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres a baissé de 320 euros en valeur annuelle, alors que celui des 10 % les plus riches a augmenté de 4 300 euros. Clairement, l’effort réalisé en 2013 masque l’ampleur des diminutions d’impôts obtenues avant 2011. Au total, l’écart entre les riches et les pauvres s’est creusé de 4 600 euros par an sur dix ans. Les premiers ont gagné en plus l’équivalent de six mois de revenus des seconds (680 euros mensuels). Il ne s’agit pas seulement d’une forte hausse des revenus des ultra-riches, comme on le dit souvent, mais d’une distance qui s’accroît entre les catégories populaires et aisées. On peut choisir de ne pas voir ce phénomène, mais alors on doit s’attendre à supporter les tensions sociales qui peuvent en résulter.

Foto / © Kwest - Fotolia.com

Notes

[1Voir « Les niveaux de vie en 2013 », Insee première n° 1566, septembre 2015.

[2Les données plus complètes ne seront livrées qu’en février prochain.

Date de rédaction le 24 septembre 2015

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

La mesure des inégalités : qu’est-ce qu’un « décile » ? A quoi ça sert ?

19 août 2016
Déciles, quartiles, fractiles et cie : tout le monde en parle, sans toujours bien comprendre de quoi il s’agit. Mise au point de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

« Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » : un ouvrage pour agir

15 juin 2016
L’Observatoire des inégalités publie un ouvrage collectif rassemblant des propositions concrètes pour réduire les inégalités.

Portrait des quartiers en difficulté

10 juin 2016
Le taux de pauvreté atteint 42 % dans les quartiers en difficulté contre 16 % dans les villes qui les abritent. Une population plus souvent jeune, familiale, peu diplômée et étrangère.

Quelle politique pour réduire les inégalités ?

7 juin 2016
De l’école au monde du travail, en passant par l’accès aux soins ou au logement, la France, l’un des pays les plus riches au monde, a les moyens de s’attaquer aux inégalités. Encore faudrait-il en avoir la volonté politique. Par Louis Maurin et Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

La rupture conjugale, une épreuve économique pour les femmes

17 mai 2016
300 000 couples se séparent chaque année, dont la moitié ont des enfants mineurs à charge. Ces ruptures entraînent une baisse du niveau de vie, qui touche d’abord les femmes. L’analyse de Xavier Molénat, reprise du site AlterEcoplus.

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Que faire contre les inégalités ? Testez notre évaluateur des dépenses publiques

29 avril 2016
Que faire contre les inégalités ? Mesurez les solutions concrètes avec notre évaluateur des dépenses publiques. Des crèches au logement social en passant par la sécurité, beaucoup aurait pu être fait à la place des 46 milliards perdus dans le « pacte de responsabilité ».

Inégalités : pourquoi le modèle social français marche mal

26 avril 2016
Ecartelé entre le modèle libéral anglo-saxon et le modèle social-démocrate scandinave, le modèle social français fonctionne mal. Une situation qui mécontente tout le monde, mais n’est pas prête de changer. Le point de vue de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.

FERMER