Encore un Noël au goût amer pour les catégories populaires

19 décembre 2015 - Noël sera l’occasion d’un immense déballage. Les plus aisés ne connaissent pas la crise, alors qu’une partie de la population décroche. Un contraste de plus en plus saisissant. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Les fêtes de fin d’année seront l’occasion d’un immense déballage. Téléphones et tablettes seront des invités de marque. Dès novembre, les catalogues de jouets ont ouvert le bal. Début décembre, les rues se sont illuminées, les « marchés » de Noël se sont installés et la chasse aux cadeaux a commencé.
Comment une telle frénésie de consommation est-elle possible dans un pays frappé de plein fouet par une crise d’une ampleur inégalée, où le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de deux millions depuis 2008 selon Pôle Emploi ?

Le poids des marchands

Deux grands types de raisons expliquent la situation actuelle. La première est liée au poids des marchands. L’injonction à consommer est immense. Ils déversent des tonnes de publicités dans nos boîtes aux lettres, envahissent les murs des villes, Internet, la presse, la radio et la télévision pour nous pousser à passer à l’acte. Leur lobbying pèse lourd. Ces marchands sont si bien outillés qu’ils ont réussi à pousser une majorité de gauche, censée défendre d’autres valeurs, à engager au nom de l’emploi une extension de l’espace de la consommation le dimanche. Ceux qui s’en offusquent sont présentés comme des nostalgiques de la société d’avant-hier (un classique du genre pour défendre la flexibilité). La France a besoin d’une classe de nouveaux serviteurs.

La deuxième raison est liée aux écarts de revenus qui augmentent entre les ménages. Pas seulement entre une poignée de riches dont les revenus s’envolent et tous les autres, comme on le pense pour se rassurer dans les classes « moyennes supérieures » (traduisez : catégories aisées) [1]. Cette orgie tient au fait qu’un gros tiers du pays, qui est à l’abri du chômage, continue à s’enrichir. Ce tiers a comme un « haut-le-cœur fiscal » selon l’expression du Premier ministre. Haut-le-cœur à l’idée de devoir payer pour le tiers qui s’enfonce, qui « bénéficie » de minima sociaux. La crise du « pouvoir d’achat   » est un leurre, qui masque la progression des revenus des uns et la baisse de ceux des autres. Une partie des personnes dont les moyens sont limités tentent de rester dans la course, de montrer - notamment à leurs enfants - qu’ils ne sont pas déclassés, et entrent dans la surenchère. Ils dépensent comme d’autres boivent : pour oublier. La gueule de bois arrivera au réveillon du jour de l’an, quand les cartes de crédit seront débitées.

Goût amer

Notre orgie aura lieu, mais ces jours laisseront un goût amer pour une partie de la population. Un Iphone 6 représente à lui seul un mois d’indemnisation pour la moitié des chômeurs. Un bon nombre de soirées de Noël des foyers favorisés équivaudra à six mois à un an d’allocations chômage. On peut continuer à ne pas voir ce qui se joue aujourd’hui, à s’empiffrer en réclamant moins d’impôts. A faire semblant de croire à des plans de « lutte contre la pauvreté » qui n’ont quasiment aucun moyen, tout en réduisant les charges des entreprises et des ménages de 46 milliards d’euros par an avec le pacte de responsabilité. A découvrir les inégalités et même « l’apartheid social » (selon le mot du Premier ministre) sans rien y changer, il faut en accepter les conséquences : la montée des tensions.
Si la gauche disparaît d’élection en élection, c’est qu’elle a arrêté de défendre les intérêts des catégories populaires. En janvier prochain, les smicards, dont de nombreux jeunes adultes, seront augmentés de 6 euros net, à peine de quoi compenser l’effet de la hausse des prix. La droite n’est pas mieux lotie. Même si elle arrive au pouvoir dans dix-huit mois maintenant, ce qui est probable, il faudra qu’elle entende le message plutôt que de se lancer dans la surenchère extrémiste. Ce n’est pas d’un pacte de « responsabilité » qui nourrit les profits des entreprises dont notre pays a besoin, mais d’un plan d’urgence de solidarité.

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

Une première version de ce texte sous le titre « L’orgie de Noël » a été publiée sur le site de :

.

Notes

[1En France, les « riches », ce sont toujours ceux dont le niveau de vie est 1 000 ou 2 000 euros au-dessus du sien.

Date de rédaction le 22 décembre 2014

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Inégaux face à la pollution : tout commence au travail

20 septembre 2016
Près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Un sur dix est exposé à au moins un produit cancérogène. Ce sont d’abord les travailleurs des milieux populaires qui subissent ces nuisances. Par Valérie Schneider.

Participe au Prix « Jeunesse pour l’égalité » 2016-2017 ! « Tous égaux ? »

12 septembre 2016
À vos caméras, appareils photo, téléphones, ordinateurs… ! L’Observatoire des inégalités lance la quatrième édition du Prix « Jeunesse pour l’égalité », un concours de communication visuelle ouvert aux jeunes de 11 à 25 ans sur le thème « Tous égaux ? ».

La jeunesse face aux inégalités : une formation pour mieux comprendre

9 septembre 2016
Le 11 octobre prochain, l’Observatoire des inégalités organise à Paris une formation sur le thème « La jeunesse face aux inégalités ». Objectif : mieux comprendre les réalités des jeunes d’aujourd’hui.

« Que faire contre les inégalités ? » : la campagne continue

19 août 2016
Avec plus de 20 000 euros collectés, notre seconde campagne de financement participatif est un nouveau succès. L’Observatoire des inégalités vous remercie et vous en dit un peu plus sur ses projets.

Les plus aisés sont davantage aidés pour partir en vacances

28 juillet 2016
De nombreuses aides existent pour partir en vacances mais elles ne réduisent que faiblement les inégalités entre catégories sociales. En cause : les différences de statut dans l’emploi, la taille de l’entreprise pour les salariés, mais aussi le réseau social, le niveau de vie ou le diplôme. Par Valérie Schneider.

Quelle politique pour réduire les inégalités ?

7 juin 2016
De l’école au monde du travail, en passant par l’accès aux soins ou au logement, la France, l’un des pays les plus riches au monde, a les moyens de s’attaquer aux inégalités. Encore faudrait-il en avoir la volonté politique. Par Louis Maurin et Nina Schmidt, de l’Observatoire des inégalités. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

Inégalités : pourquoi autant d’écart entre les discours et les actes ?

11 mai 2016
Les inégalités sont à la mode dans le discours politique, mais les décisions ne sont pas à la hauteur. Comment expliquer l’hypocrisie actuelle ? Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

L’anti-sociologie ou l’art de faire disparaître la domination sociale

4 février 2016
En dénonçant une prétendue « culture de l’excuse », nombre d’intellectuels cherchent à légitimer les processus de domination, au fondement des inégalités. Bernard Lahire, professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure de Lyon, décrypte le procédé. Extrait de « Pour la sociologie », ed. La Découverte.

« Les classes sociales ne disparaissent pas, elles changent de visage ». Entretien avec Camille Peugny, sociologue

12 janvier 2016
Les classes sociales ont disparu du discours politique, au profit des discriminations liées au sexe, à l’âge, à la couleur de peau, etc. D’autres dimensions sont pourtant nécessaires pour dessiner les contours des nouvelles couches modestes. Entretien avec Camille Peugny, sociologue, maitre de conférences à Paris (...)

Comment la gauche « moderne » a abandonné les classes populaires

8 janvier 2016
Les inégalités sont à la mode, tant qu’elles sont compatibles avec les hiérarchies sociales. La gauche « moderne » a abandonné les classes populaires, qui lui rendent la monnaie de sa pièce. Un point de vue de Louis Maurin. Extrait du quotidien « Le Monde ».

FERMER