Précarité : un marché du travail à deux vitesses

27 février 2015 - La plupart des salariés sont à l’abri de la précarité. Une minorité de jeunes peu qualifiés tourne sur des emplois précaires. Une analyse extraite du Centre d’observation de la société.


La précarité est très loin d’être généralisée. Le monde du travail se scinde entre un univers de salariés relativement protégés des aléas de la vie professionnelle, et un volant de précaires qui tournent sur des petits boulots. « Le fonctionnement du marché du travail tend à s’éloigner d’un modèle de file d’attente, où les emplois instables sont des tremplins vers l’emploi stable, pour se rapprocher d’un modèle segmenté, où les emplois stables et instables forment deux mondes séparés, les emplois instables constituant une « trappe » pour ceux qui les occupent », estime Claude Picart de l’Insee, auteur d’une étude essentielle pour comprendre le fonctionnement du marché du travail [1] publiée par l’Insee et passée inaperçue.

Le taux de précarité (CCD et intérim rapportés à l’emploi salarié du privé), a fortement progressé entre le milieu des années 1980 et la fin des années 1990, de 5 % à 12 %. Depuis, il est resté stable. La précarisation du travail est déjà ancienne et ne touche qu’une frange très réduite des actifs. La part de salariés dont l’ancienneté est inférieure à un an (indicateur que l’auteur qualifie de « mobilité ») a peu évolué depuis le début des années 1980, autour de 18 %.

Pourtant, l’auteur indique que la rotation des emplois (le flux total des embauches et des débauches au cour d’une année) a quintuplé en trente ans, de 38 à 177 %. Cette rotation est la somme des mobilités (l’ancienneté de moins d’un an) et de ce qu’il appelle le « roulement » : les personnes entrées dans l’entreprise au cours de l’année mais qui l’ont quittée avant la fin de l’année [2], souvent sur la base de contrats très courts. Ce roulement n’apparaît pas quand on mesure la précarité à un moment donné puisque les salariés ont déjà quitté leur poste, mais il correspond bien à une précarisation des emplois. C’est lui qui augmente, alors que la mobilité ne change pas.

Les contrats précaires sont de plus en plus courts et de plus en plus nombreux. Les précaires « tournent » de plus en plus sur des petits bouts d’emploi, avec, en face, les salariés stables, qui s’accrochent à leur emploi. L’étude de l’Insee porte sur les salariés du privé, mais le dualisme du marché du travail est encore plus marqué dans le secteur public où la plus grande précarité côtoie des emplois protégés.

Ces résultats confirment un travail plus ancien du Centre d’études de l’emploi, selon lequel parmi les actifs ayant quitté l’école depuis au moins cinq ans, la part de ceux qui avaient effectué plus des trois quarts de leur carrière auprès d’un même employeur était passée de 26 à 32 % du total entre 1982 et 2007 [3].

De la mobilité choisie à la mobilité subie

La phénomène du roulement concerne d’abord des jeunes peu qualifiés, même si l’auteur de l’étude relève que les plus âgés sont de plus en plus concernés. Ces jeunes finissent par trouver un emploi plus stable, mais au bout d’un temps beaucoup plus long qu’autrefois. La file d’attente d’accès à l’emploi s’est allongée, donnant l’impression de s’éterniser pour ceux qui y sont coincés.

Jusqu’au début des années 1980, les plus diplômés étaient ceux qui changeaient le plus d’entreprise, volontairement pour progresser dans leur carrière. Désormais les moins qualifiés sont touchés par une mobilité subie. Après les professionnels des arts et du spectacle, les taux de rotation sont a maxima pour les ouvriers non qualifiés de la manutention, les cuisiniers et les ouvriers qualifiés du gros œuvre du bâtiment. Les auteurs du Centre d’études de l’emploi évoquent l’idée d’une « dualisation structurée mais en trompe l’œil » : la stabilité d’une partie des salariés serait liée au vieillissement de générations installées dans l’emploi et la mobilité se concentrerait sur les emplois les moins qualifiés et certains secteurs très concurrentiels, alors que pour les cadres, les professions intermédiaires, les emplois de la sphère publique ou les grandes entreprises industrielles ou financières, celle-ci est beaucoup moins évidente.

Extrait du Centre d’observation de la société.

Notes

[2La période n’est pas forcément une année civile.

[3Voir « Mobilité et stabilité sur le marché du travail : une dualisation en trompe-l’oeil », Thomas Amossé et Mohamed-Ali Ben Halima, Connaissance de l’emploi, numéro 75, Centre d’études de l’emploi, décembre 2010.

Date de rédaction le 27 février 2015

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Emploi : 7,7 millions de personnes fragilisées

16 mars 2017
Chômeurs, travailleurs précaires et découragés du travail : en France, près de huit millions de personnes, soit un quart du total des actifs, sont fragilisées face à l’emploi.

Une formation unique en France pour comprendre les inégalités

31 janvier 2017
Le 30 mars prochain, l’Observatoire des inégalités organise une formation unique en France sur la question des inégalités. Objectif : se doter des outils pour mieux comprendre la situation sociale de notre pays.

Inégaux face à la pollution : tout commence au travail

20 septembre 2016
Près d’un salarié sur trois respire des fumées ou des poussières ou est en contact avec des produits dangereux pour sa santé sur son lieu de travail. Un sur dix est exposé à au moins un produit cancérogène. Ce sont d’abord les travailleurs des milieux populaires qui subissent ces nuisances. Par Valérie Schneider.

Sanctionner les abus du recours aux contrats précaires

17 juin 2016
Pour réduire les inégalités face à l’emploi, il faut mieux former les jeunes et sanctionner l’abus de recours aux contrats précaires. Rendre l’emploi encore plus flexible n’est pas la bonne solution. Par Denis Clerc, économiste, fondateur du magazine Alternatives économiques. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent (...)

Portrait des quartiers en difficulté

10 juin 2016
Le taux de pauvreté atteint 42 % dans les quartiers en difficulté contre 16 % dans les villes qui les abritent. Une population plus souvent jeune, familiale, peu diplômée et étrangère.

Code du travail : une loi pour affaiblir durablement les salariés

25 février 2016
Le projet de loi de réforme du Code du travail constitue un changement sans précédent au détriment des salariés. Un tournant marquant dans notre histoire économique et sociale. Le point de vue de Benjamin Coriat, économiste, membre du comité d’animation des Économistes atterrés. Extrait d’AlterEcoPlus.

Les plus pauvres décrochent, qui s’en soucie ?

4 juin 2015
L’Observatoire des inégalités publie son premier « Rapport sur les inégalités en France ». Une analyse des données présentées dans ce document par Louis Maurin, son directeur.

Inégaux face au rythme du temps

23 janvier 2015
Travail à la chaîne, le dimanche, la nuit, en horaires décalés... Les inégalités dans l’usage et le contrôle du temps façonnent nos modes de vie. Les plus favorisés réclament toujours plus de flexibilité pour les autres, au nom de la modernité. Par Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

La France aux deux visages

14 novembre 2014
Le paysage dressé par les données de l’Observatoire des inégalités est double. D’un côté, la France du progrès. De l’autre, celle pour qui ces progrès sont de moins en moins bien partagés. L’Observatoire des inégalités publie une note de synthèse sur les écarts qui se creusent dans notre société.

Chômage : l’apparente égalité entre femmes et hommes

29 août 2014
Les taux de chômage des hommes et des femmes se sont nettement rapprochés ces dernières années. Mais d’autres indicateurs permettent de mettre en évidence les inégalités qui persistent entre les hommes et les femmes sur le marché du travail. Une analyse de Mathilde Guergoat-Larivière et Séverine Lemière, économistes.

FERMER