Revenus et inégalités : le premier bilan de l’impact de la crise pour les communes

16 juillet 2013 - A Rennes, les revenus des plus riches ont augmenté de 5,5 % entre 2008 et 2011, ceux des plus pauvres ont diminué de 11,8 %. La crise creuse les inégalités, mais les moyennes nationales masquent des écarts encore plus importants au niveau local.


L’Insee vient de livrer les premières données sur les revenus des communes pour 2011 (hors impôts et prestations sociales) qui permettent d’établir un premier bilan de la crise. Nos données pour les 150 plus grandes villes de France confirment que l’on assiste à un décrochage par le bas : les plus pauvres s’appauvrissent.

Les villes où le revenu médian progresse le plus

Observons d’abord les évolutions du revenu médian [1] entre 2008 et 2011. Les villes pour lesquelles la crise semble avoir eu le moins d’effet sont pour partie des villes du Sud de la France et de l’Ouest parisien. A Aubagne, Ajaccio, Salon-de-Provence ou Pessac, le revenu médian annuel pour une personne a progressé de 7 % en dépit de la crise. Même chose à Issy-les-Moulineaux, Puteaux ou Asnières-sur-Seine.

Ces pourcentages reflètent la dynamique des revenus, mais ne renseignent pas sur l’évolution concrète du niveau de vie : quand il s’agit de faire ses courses ou de se loger, on raisonne en euros. Logiquement [2], le revenu médian s’est le plus accru dans les communes les plus riches du pays, situées dans l’Ouest parisien : à Issy-les-Moulineaux, Neuilly-sur-Seine, Boulogne-Billancourt, Vincennes ou Levallois-Perret, la progression est supérieure à 2 000 euros de revenus entre 2008 et 2011. La crise n’a visiblement pas atteint ces communes, même si, pour partie (et notamment pour les communes du Sud de la France), l’arrivée de personnes âgées plus aisées que la médiane a joué un rôle.

Et les quartiers ?
Nos données sur les villes offrent un nouvel éclairage en matière d’évolution des revenus et des inégalités. Il faut cependant en mesurer les limites. A l’intérieur même d’une ville, les écarts peuvent être importants entre les quartiers. Une commune peut connaître une situation globalement favorable, mais avoir en son sein des quartiers dans lesquels les populations sont en difficulté. Ainsi, Salon-de-Provence a connu l’une des plus fortes progressions en matière de revenu médian, mais la situation dans le quartier de La Monaque (zone urbaine sensible) n’est pas florissante. La question posée est celle de l’échelle pertinente d’observation. Pour comprendre les inégalités, se contenter d’une analyse nationale masque une partie de la réalité des problèmes sociaux, mais c’est aussi le cas quand on se situe au niveau communal.

Les villes où le revenu médian diminue

A l’autre bout de l’échelle, on trouve des communes où le revenu médian a diminué : Dunkerque et Le Blanc-Mesnil (-2,4 % chacune). En outre, nos données ne tiennent pas compte de la hausse des prix. Comme ceux-ci ont augmenté de 3 % au cours de la période, cela veut dire que pour une bonne moitié de nos 150 communes, le pouvoir d’achat (le revenu moins l’inflation) des catégories médianes a diminué. Un phénomène profond, qui illustre l’ampleur de la crise. Du Blanc-Mesnil à Bobigny en passant par Drancy, de nombreuses communes de Seine-Saint-Denis figurent parmi celles où les couches moyennes sont les plus fragilisées. Là aussi, la mobilité peut avoir joué : les villes du bas du classement selon l’évolution du revenu médian sont aussi celles qui continuent à accueillir des populations modestes, du fait notamment de loyers qui demeurent relativement moins chers.

Les villes où les riches s’enrichissent le plus

Annecy, mais aussi Nanterre, Ajaccio ou Lille : dans ces communes, le revenu des plus riches augmente le plus en pourcentage. Les couches aisées n’y sont pas forcément les plus riches de France, mais la dynamique est la plus forte. De Fontenay-sous-Bois à Colombes en passant par Alfortville ou Meudon, bon nombre de communes de la banlieue parisienne figurent dans cet ensemble où la croissance du revenu des 10 % les plus riches est de l’ordre de 7 à 8 % entre 2008 et 2011. Si l’on raisonne non plus en pourcentage mais en euros, le niveau de vie des plus aisés progresse de 2 ou 3 000 euros au cours de la même période dans un grand nombre de communes. Parfois plus, comme à Annecy mais aussi Suresnes (+ 4 100 euros), Boulogne-Billancourt (+ 4 500 euros) ou Neuilly-sur-Seine (+ 7 200 euros).

Les villes où les pauvres s’appauvrissent le plus

A l’opposé, dans dix communes de France, la baisse du seuil des 10 % les plus pauvres a été supérieure à 25 % : Roubaix, Béziers, Charleville-Mézières ou Perpignan sont les plus touchées. Certes, ces chiffres doivent être considérés avec précaution car ils n’intègrent pas les prestations sociales, mais les données 2010 de l’Insee avaient montré que même en les prenant en compte, le décrochage des plus pauvres est manifeste.

Dans la plupart des communes, le seuil des 10 % les plus pauvres a diminué si l’on raisonne en euros. Parfois de quelques dizaines d’euros annuels (pour une personne seule), mais dans certains cas d’environ 1 000 euros, comme à Limoges, au Mans ou à Charleville-Mézières.

Les communes où le revenu des pauvres augmente plus que celui des riches, et inversement

Nulle part le revenu des plus riches n’augmente moins vite en euros que celui des plus pauvres : c’est logique, puisque les augmentations sont accordées très généralement en pourcentage. En revanche, il existe quelques communes (12 sur 150) dans notre classement où la progression en pourcentage a été plus rapide pour les 10 % du bas de l’échelle que pour les 10 % du haut de l’échelle. C’est le cas, par exemple, de Courbevoie, Puteaux, Aubagne ou Cagnes-sur-Mer. Dans l’immense majorité des cas, la situation est inverse, avec une hausse souvent comprise entre 4 et 8 % pour les plus riches et une baisse à peu près équivalente pour les plus pauvres.

Les villes où les inégalités augmentent, celles où elles baissent

Mulhouse, Colmar et Carcassonne sont les trois villes où les inégalités ont le plus augmenté, si on les mesure via l’indice dit de Gini qui synthétise l’information sur les inégalités pour l’ensemble de l’échelle des revenus [3]. Mais la crise accroît les inégalités quasiment partout, qu’il s’agisse de villes pauvres comme Mulhouse (13 300 euros de revenu médian) ou d’autres beaucoup plus aisées comme Clamart (25 100 euros de revenu médian). Les inégalités ont malgré tout diminué dans une vingtaine de communes, souvent des villes aisées de banlieue ouest de Paris : Levallois-Perret, Puteaux et Suresnes. Cet effet peut être lié, partiellement, au départ de catégories les plus pauvres compte tenu du niveau des loyers.

Quels enseignements ?

Une grande partie de ces évolutions est liée à la forte progression du chômage depuis 2008. D’autres facteurs démographiques peuvent jouer - mais de façon atténuée sur un horizon de trois ans - comme l’évolution de la monoparentalité, des séparations et de la part de jeunes vivant seuls. Toujours du côté de la démographie, comme on l’a vu, il faudrait distinguer parmi ces évolutions ce qui relève de l’évolution des revenus des habitants présents en 2008 et des flux d’arrivées et de départs.

Toujours est-il que ces données font apparaître la profondeur de la crise. Les plus pauvres des communes déjà en difficulté économique décrochent, avec des baisses de niveau de vie parfois sévères, heureusement en partie compensées par notre système de protection sociale, ce qui n’est pas visible dans les données que nous présentons. Les communes où les revenus progressent le plus sont souvent les plus favorisées de la banlieue ouest parisienne.

Ce décrochage constitue un changement social majeur. Jusqu’à 2008, les inégalités augmentaient par le haut avec l’envolée des hauts revenus. Désormais, elles s’étirent aussi par le bas avec une baisse des bas revenus. Ce phénomène était identifié au niveau global, mais il était en partie masqué par les moyennes nationales : ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Notre méthode
Nous avons comparé l’évolution des revenus des plus grandes communes de France entre 2008 et 2011. Le revenu présenté est un revenu fiscal déclaré pour l’équivalent d’une personne. Il ne comprend ni les impôts, ni les prestations sociales : nos données tendent donc à exagérer les inégalités. Il s’agit de revenus courants, l’inflation n’est pas déduite : l’évolution du pouvoir d’achat (le revenu moins la hausse des prix) est donc inférieure (de l’ordre de 3 %). Notre étude ne prend en compte que 150 villes, soit l’équivalent d’un seuil d’environ 40 000 habitants. Elargir notre échantillon aurait modifié nos classements, même si les inégalités sont moindres dans les communes de plus petite taille, en général. Nous n’avons pas retenu les villes des départements d’outre-mer dans le classement, elles occuperaient l’ensemble des premières places en matière d’inégalités et de bas revenus : les plus pauvres des Dom ont des revenus très faibles, alors que les plus riches ont des revenus comparables aux populations des villes aisées de métropole.
Les trente villes où le revenu annuel des plus pauvres a le plus diminué entre 2008 et 2011
Seuil de revenu des 10 % les plus pauvres
Département
2008
en euros
2011
en euros
Variation en euros
Variation en %
Roubaix592872- 285- 99
Béziers341 453803- 650- 45
Charleville-Mézières82 5771 637- 940- 37
Perpignan661 000669- 331- 33
Saint-Quentin022 6771 801- 876- 33
Carcassonne112 4491 697- 752- 31
Calais621 6511 145- 506- 31
Limoges874 0382 910- 1 128- 28
Poitiers863 4842 555- 929- 27
Tarbes654 2603 188- 1072- 25
Valenciennes593 1002 358- 742- 24
Alès301 9911 528- 463- 23
Troyes102 9072 244- 663- 23
Le Mans725 4684 398- 1070- 20
Mulhouse682 8592 336- 523- 18
Evreux273 6813 014- 667- 18
Nîmes302 1921 807- 385- 18
Sète343 4142 889- 525- 15
Montauban824 7524 113- 639- 13
Châlon-sur-Saône714 3703 786- 584- 13
Besançon254 5503 963- 587- 13
Narbonne113 6003 136- 464- 13
Reims514 8744 248- 626- 13
Dunkerque595 1014 455- 646- 13
Blois413 7773 301- 476- 13
Belfort903 7393 269- 470- 13
Caen144 7794 204- 575- 12
Rennes355 5374 881- 656- 12
Angers494 8444 283- 561- 12
Albi815 0534 469- 584- 12
Avant impôts et prestations sociales, pour une personne seule. Parmi les 150 plus grandes villes de France.
Source : Calcul Compas, d'après Insee - © Centre d'observation de la société

Pour aller plus loin : téléchargez les données pour les 150 villes du classement sous forme de tableau Excel

Extrait du Centre d’observation de la société.

Photo / Guillaume de clermont 60 - Creative Commons - Wikimédia

Notes

[1Il sépare la population en deux, autant gagne moins, autant gagne plus.

[2Ceci est lié au fait que la grande majorité des augmentations sont réalisées en pourcentage. x % de 1 000 fait toujours moins que x % de 10 000 euros.

[3Indice qui compare la situation des revenus dans la commune à une situation d’égalité parfaite, plus il est proche de zéro plus les inégalités sont faibles, plus il est proche de un plus elles sont élevées.

Date de rédaction le 16 juillet 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les pauvres vivent dans les grandes villes, pas en périphérie

17 mai 2017
65 % des personnes pauvres vivent dans les grandes villes, là où habitent aussi les plus riches et où les inégalités de revenus sont les plus élevées.

Les dix quartiers prioritaires les plus pauvres de France

19 juillet 2016
Les quartiers les plus en difficulté affichent des taux de pauvreté supérieurs à 70 %. Près de deux fois plus que dans l’ensemble des quartiers prioritaires de la ville et cinq fois plus que la moyenne nationale. Notre classement des dix quartiers prioritaires les plus pauvres de France.

Niveau de vie et inégalités : testez votre commune

10 juin 2016
Combien gagnent les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres dans votre commune ? Quel est le niveau des inégalités ? Testez le comparateur des territoires élaboré par le Compas, en partenariat avec l’Observatoire des inégalités et la Gazette des communes.

Territoires : où vivent les pauvres ?

6 octobre 2014
Près de 60 % des personnes pauvres vivent dans de très grandes villes. 2,5 millions résident dans des communes de 200 000 habitants ou plus, 1,3 million dans l’agglomération parisienne. Extrait du Centre d’observation de la société.

Les communes aux plus gros patrimoines

21 janvier 2014
Avec un patrimoine moyen de 4,6 millions d’euros, Neuilly-sur-Seine arrive en tête des grandes villes qui comptent les patrimoines les plus élevés de France.

Des départements d’outre-mer marqués par les difficultés sociales et les inégalités

8 octobre 2013
Oubliés de bien des études nationales, les départements d’outre-mer sont pourtant confrontés à des difficultés économiques et sociales majeures. Les inégalités qui y règnent sont beaucoup plus importantes que sur le reste du territoire national. Synthèse de données sociales sur les revenus, l’emploi et l’éducation. Extrait d’une note d’études du (...)

Revenus : la France des territoires extrêmes

18 juin 2013
Le revenu médian varie de 2 300 à 58 000 euros selon les quartiers. Une présentation des données extrêmes par type de territoire.

La pauvreté dans les régions

14 juin 2013
Le taux de pauvreté varie de 11,6 % en Bretagne à 19,7 % en Corse. Les régions du Nord et du Sud de la France sont les plus touchées.

La pauvreté dans les départements

14 juin 2013
Le taux de pauvreté varie en France selon les départements de 4 % à près de 15 %. La pauvreté est plus forte au nord et au sud de la France.

Villes riches, villes pauvres : le revenu des habitants

23 novembre 2012
L’Observatoire des inégalités présente son classement des villes où les habitants sont les plus riches et des villes où ils sont les plus pauvres parmi les 200 plus grandes villes de France. A Neuilly-sur-Seine, le revenu médian par habitant est 4,5 fois plus élevé qu’à Roubaix.

FERMER