Les inégalités d’héritage selon la catégorie sociale

24 septembre 2013 - Un tiers des héritages reçus s’élèvent à moins de 8 000 euros. En moyenne, 15 % dépassent les 100 000 euros. Un chiffre qui tombe à 5,6 % pour les ouvriers non-qualifiés.


Un tiers des héritages sont inférieurs à 8 000 euros et 85 % à 100 000 euros, selon les données de l’enquête patrimoine de l’Insee pour 2010. Cela signifie que la très grande majorité des héritages en ligne directe (entre parents et enfants) ne sont pas soumis à l’impôt sur les successions puisque l’abattement dans ce cas est justement de 100 000 euros.

Ceux qui héritent appartiennent le plus souvent aux catégories favorisées : l’héritage permet de transférer la fortune entre générations et assure ainsi le maintien des inégalités de niveau de vie dans le temps. Pour la moitié de la population de milieu employé ou ouvrier, percevoir un héritage supérieur à 100 000 euros n’arrive quasiment jamais : moins de 10 % des héritages sont de ce niveau. Mais même chez les catégories beaucoup plus favorisées, les gros héritages ne sont pas la règle : c’est le cas de 30 % pour les professions libérales et de 22 % pour les cadres supérieurs. Il faut dire que dans certains cas, dans les milieux les plus favorisés, la succession a été préparée à l’avance avec des dons anticipés qui permettent d’échapper en toute légalité à l’impôt.

Outre qu’elle est montée en épingle par les médias et gonflée par les sondages, la sensibilité à la succession au sein des catégories pas toujours fortunées s’explique par plusieurs raisons. D’abord, la peur de perdre un capital qui, même sans grande valeur, peut avoir un caractère affectif très fort : la maison de famille. Chaque enfant peut bénéficier de 100 000 euros d’abattement pour chacun des parents, ce qui laisse de la marge. Ensuite, une méconnaissance des mécanismes de l’impôt sur les successions. Enfin, les abattements sont faibles hors de la ligne directe et la fiscalité peu adaptée aux transformations de la famille.

Répartition des héritages
Selon leur montant et la catégorie sociale des héritiers
Unité : %
Moins de 8 000 euros
De 8 000 à moins de 30 000 euros
De 30 000 euros à moins de 100 000 euros
100 000 euros ou plus
Ensemble
Agriculteur22,423,731,722,2100,0
Artisan, commerçant18,733,830,916,6100,0
Profession libérale9,825,933,630,7100,0
Cadre et profession intellectuelle supérieure sauf profession libérale19,132,126,522,3100,0
Profession intermédiaire30,330,423,216,1100,0
Employé37,330,024,78,0100,0
Ouvrier qualifié35,537,417,59,6100,0
Ouvrier non qualifié40,840,812,85,6100,0
Retraité agriculteur41,222,319,916,6100,0
Retraité artisan, commerçant, cadre, profession libérale22,224,627,226,0100,0
Retraité salarié sauf cadre38,429,021,311,3100,0
Ensemble33,028,623,415,1100,0

Source : Insee - données 2010, France - Héritages reçus

Pour en savoir plus :
- Transmissions intergénérationnelles dans l’enquête Patrimoine 2010 : donations, héritages et aides, Insee résultats, n° 142 Société - février 2013.

- Donations financières : quand les inégalités se transmettent aussi … - Sabine Le Bayon, Sandrine Levasseur et Pierre Madec, OFCE le blog (10 juin 2013).

Photo / © Gina Sanders - Fotolia.com

Date de rédaction le 24 septembre 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Salaires : quand les ouvriers vont-ils rattraper les cadres ?

24 janvier 2017
Il faut aujourd’hui près de 170 ans en moyenne aux ouvriers pour compter atteindre le salaire que les cadres touchent actuellement. Dans les années 1970, cette durée était inférieure à 40 ans.

Salaires : les inégalités entre catégories sociales se creusent avec l’âge

6 janvier 2017
Entre 21 et 25 ans, l’écart de salaires entre les ouvriers non qualifiés et les cadres s’élève à 1 270 euros par mois. A 65 ans, il atteint 5 700 euros. La progression des salaires est loin d’être la même pour toutes les catégories socioprofessionnelles en France.

Niveaux de vie : les catégories populaires décrochent

15 janvier 2016
Toutes les catégories sociales ont vu leur niveau de vie augmenter entre 2000 et 2012. Un gain d’environ 2 000 euros pour les ouvriers, de 3 000 euros pour les cadres, de 1 000 euros pour les employés. Cependant, depuis 2008 les écarts se rouvrent.

La pauvreté ne frappe pas au hasard les catégories sociales

18 décembre 2015
La moitié des pauvres sont ouvriers ou employés. Parmi les personnels de services aux particuliers, le taux de pauvreté est de 24 %.

Professions : qui gagne combien ?

9 octobre 2015
Avec un salaire mensuel moyen net de 4 000 euros en moyenne, les cadres supérieurs gagnent 2,4 fois plus que les ouvriers. Chaque mois, ils disposent de 2 350 euros de plus à dépenser que les catégories populaires.

L’impact de la crise sur les niveaux de vie des catégories sociales

27 mai 2014
Un gain de 500 euros pour les cadres supérieurs entre 2008 et 2012, une perte de 500 euros pour les ouvriers et les employés. La crise ne touche pas de la même manière toutes les catégories sociales.

Le niveau de vie des catégories sociales

1er mai 2013
4 300 euros par mois pour les professions libérales, 3 000 euros pour les cadres supérieurs et entre 1 550 et 2 000 euros pour les catégories populaires. Les niveaux de vie diffèrent du simple au double selon les catégories sociales.

FERMER