Territoires



Le niveau de diplôme dans les quartiers en difficulté

11 mars 2014 - 18 % des habitants des zones urbaines sensibles ont un diplôme supérieur au baccalauréat contre 43 % de la population des villes ayant une Zus.


44,3 % de la population vivant au sein des zones urbaines sensibles (Zus) n’a aucun diplôme ou un niveau inférieur au BEP-CAP, contre 19,7 % des habitants des unités urbaines ayant une Zus. La différence de niveau de diplôme entre Zus et hors Zus [1] est moins marquée au niveau baccalauréat : 14,9 % détiennent un niveau bac contre 18,1 % des habitants hors Zus. Toutefois, plus le niveau d’études s’élève, plus les inégalités se creusent. 18,4 % de la population des Zus a un diplôme supérieur au bac, alors que c’est le cas de 43,4 % de la population hors Zus.

Cet écart est lié aux conditions mêmes d’attribution des logements sociaux : qui dit faibles ressources, dit souvent faible niveau de qualification. Compte tenu de la ségrégation spatiale du territoire [2], de la localisation des établissements définie par la carte scolaire, certaines écoles regroupent des élèves dont les parents sont peu diplômés, ce qui pénalise ces jeunes. Ce phénomène alimente la reproduction sociale [3] dans les quartiers sensibles.


Répartition de la population suivant le niveau de diplôme
Selon le territoire
Unité : %
Zus
Hors Zus
France métropolitaine
Aucun diplôme, niveau inferieur au BEP-CAP44,319,722,5
Niveau BEP-CAP22,518,824,3
Niveau bac14,918,118,3
Niveau supérieur au bac18,443,434,9

Source : Observatoire des zones urbaines sensibles - rapport 2013 - Données 2012 - © Observatoire des inégalités , France métropolitaine, population active.

Pour en savoir plus :

  • « Rapport 2013 », Observatoire des zones urbaines sensibles, Secrétariat du Comité interministériel des villes, décembre 2013.
  • Nos articles :

La situation des zones urbaines sensibles

De quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

Photo / © Andres Rodriguez - Fotolia.com

Notes

[1« Hors Zus » désigne les territoires hors zones urbaines sensibles des agglomérations ayant une Zus.

[2Le fait que les mêmes catégories sociales soient concentrées aux mêmes endroits.

[3Le fait que les enfants de parents peu diplômés deviennent à leur tour peu diplômés.

Date de rédaction le 13 décembre 2011

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Éducation : les politiques territoriales servent-elles à quelque chose ?

11 mai 2017
Comme souvent en France, la multiplication des annonces et des dispositifs masque une incapacité à agir. En matière d’éducation, les politiques territoriales n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait de la revue Constructif (...)

Les revenus et la pauvreté dans les quartiers sensibles

11 mars 2014
1 860 euros, c’est le revenu mensuel moyen des ménages vivant dans les zones urbaines sensibles, contre 3 000 euros dans le reste des agglomérations qui comprennent une Zus. Les plus jeunes habitants de ces territoires sont près de trois fois plus pauvres qu’ailleurs.

Le chômage dans les zones urbaines sensibles

11 mars 2014
Près de 24 % de chômeurs dans les zones urbaines sensibles (Zus). Un taux deux fois et demi plus important que dans le reste du territoire.

Niveau de diplôme et chômage dans les quartiers sensibles

11 mars 2014
Près de la moitié de la population des quartiers en difficulté ne possède aucun diplôme contre 20 % des résidents hors des zones urbaines sensibles. Cet écart a des répercussions directes sur le chômage, plus élevé dans ces quartiers.

Qualité de vie et logement dans les zones urbaines sensibles

27 décembre 2012
56 % des habitants des zones urbaines sensibles ont une mauvaise image de leur quartier. 16 % considèrent leurs conditions de logement insuffisantes ou très insuffisantes.

FERMER