Hommes et femmes



L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes

8 mars 2017 - Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se réduisent. Ils ont régulièrement baissé du milieu des années 1970 à la fin des années 1990. Depuis 1995, le rattrapage se poursuit, mais à un rythme ralenti. Selon cette tendance, il faudrait encore plusieurs dizaines d’années pour atteindre l’égalité salariale entre femmes et hommes.


Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet [1] percevaient en moyenne deux tiers des salaires masculins. En 1998, elles ont franchi le seuil des 80 %. Le rattrapage a été particulièrement rapide entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Depuis, il se poursuit à un rythme plus lent. Les femmes ont grignoté seulement trois points au cours des 15 dernières années, pour atteindre 83 % du niveau de salaire des hommes en 2013.

Deux grandes raisons expliquent le rattrapage. Les discriminations purement liées au sexe (difficiles à mesurer) ont sans doute diminué : la généralisation du travail salarié des femmes a banalisé leur emploi, au moins dans certains secteurs (droit, médecine et communication par exemple). Surtout, la scolarisation des filles a nettement élevé le niveau de qualification des femmes sur le marché du travail. Les places des hommes et des femmes au travail se sont rééquilibrées.

Que s’est-il passé depuis 1995 pour que le rattrapage ralentisse, alors que les femmes sont désormais plus diplômées que les hommes ? Les femmes semblent confrontées à un « plafond de verre » qui les empêche d’atteindre la pleine égalité salariale. Un grand nombre d’emplois qu’elles occupent se trouvent dans le secteur des services, peu qualifié, où les salaires sont faibles : grande distribution, services à la personne, etc. En même temps, de nombreux postes à responsabilités, les mieux rémunérés, leur restent fermés. Enfin, une part des femmes semble refuser la compétition à laquelle elles devraient se livrer pour obtenir l’égalité des salaires, dans un marché du travail très hiérarchisé. Pour de nombreuses raisons : par choix personnel – orienté notamment par l’éducation des jeunes filles –, du fait du soin aux enfants toujours inégalement réparti, ou parce qu’elles savent qu’elles partent dans la compétition avec un handicap.


Graphe plein écranGraphe plein écran       Plus de donnéesPlus de données
Rupture de série en 1994. Données pour le secteur privé. Lecture : en 2013, le salaire moyen des femmes qui travaillent à temps complet est égal à 83 % de celui des hommes.

Photo / © stefanolunardi - Fotolia

Notes

[1On ne dispose pas d’éléments historiques pour les salaires tous temps de travail confondus. Les données présentées passent sous silence l’écart de rémunération lié au temps partiel, qui concerne plus souvent les femmes que les hommes.

Date de rédaction le 29 janvier 2013

© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Soutenir l'Observatoire des inégalités

Sur le même sujet

Les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes : état des lieux

27 mai 2016
Tous temps de travail confondus, les hommes gagnent 23 % de plus que les femmes. Près de 11 % des écarts de salaires entre les deux sexes sont inexpliqués et relèvent d’une discrimination "pure".

Le niveau des retraites selon le sexe

7 mai 2013
Les femmes qui ont exercé une activité professionnelle perçoivent une retraite de base inférieure de 21 % à celle des hommes. Tous régimes confondus, cet écart est de 42 %.

FERMER